Escapade en Corse occidentale (05.2012)
Françoise Massard / Photos Emmanuel Bonici

Navires cités dans cette page ( cliquez sur leurs noms ) : - Aquarius II - Capu d'Ortu - Natura - Punta Bianca - Ville d'Ajaccio - Ville de Porto -
 

Vedettes CAPU D'ORTU et PUNTA BIANCA à Girolata.

CAPU D'ORTU et PUNTA BIANCA
CAPU D'ORTU et PUNTA BIANCA
CAPU D'ORTU
CAPU D'ORTU - Vedette à passagers - L 24 m - Coque aluminium - Ptot 1 620 kW (deux moteurs) - Cap. 196 passagers - Equipage 4 - Gérant Nave Va - Promenades en mer (Ajaccio, France)
PUNTA BIANCA - Vedette à passagers - L 19 m - Coque aluminium - Ptot 772 kW (deux moteurs) - Cap. 128 passagers - Equipage 4 - Gérant Nave Va - Promenades en mer (Ajaccio, France)

Vedettes à passagers AQUARIUS II et NATURA.

NATURA - Vedette à passagers - Deux ponts (dont un pont supérieur panoramique et un pont inférieur couvert) - Cap. 196 passagers - Gérant Découvertes Naturelles Sarl (Ajaccio, France).
AQUARIUS II - Catamaran à vision sous-marine - Deux ponts (dont un pont supérieur panoramique et un pont inférieur couvert) - Cap. 141 passagers. - Gérant Découvertes Naturelles Sarl (Ajaccio, France).

Vedettes VILLE D'AJACCIO et VILLE DE PORTO


Ces différents navires à passagers ne sont en fait, pour moi, qu'un prétexte… pour présenter, en quelques photos (merci Emmanuel), l'un des joyaux français de la nature : les Calanques de Piana et la Réserve de Scandola. Celles-ci sont situées sur la côte ouest de la Corse (cf. carte grand format en cliquant sur la vignette ci-dessus), à mi-chemin entre Calvi au nord et Ajaccio au sud. Des montagnes tombant vertigineusement dans la mer ("la montagne dans la mer" disent certains Corses), une eau qui varie du turquoise au bleu profond…


Les Calanques de Piana (ou "Calanche di Piana" comme disent les Corses) sont inscrites au patrimoine mondial de l'Unesco depuis 1983. Nous avions évoqué ce superbe site lors du baptême du nouveau transbordeur PIANA de la Compagnie Méridionale de Navigation.


Réserve naturelle de Scandola : celle-ci, uniquement accessible par la mer, se situe au cœur de la façade maritime du Parc naturel régional de Corse (cf. carte) qui s'étend du nord au sud entre Galéria et le Cap Rosso, au niveau de Piana.


En voyant les Calanques de Piana, Guy de Maupassant a écrit (le 05.10.1880 dans Le Gaulois), alors qu'il visitait le Père Henri Didon (un des grands prédicateurs de Notre-Dame de Paris de la seconde moitié du XIXe siècle) retiré au monastère de Corbara : "Mais le P. Didon n'était pas le seul moine que je devais voir en ce voyage, car le lendemain, à la nuit tombante, j'ai traversé les calanches de Piana. Je m'arrêtai d'abord stupéfait devant ces étonnants rochers de granit rose, hauts de quatre cents mètres, étranges, torturés, courbés, rongés par le temps, sanglants sous les derniers feux du crépuscule et prenant toutes les formes comme un peuple fantastique de contes féeriques, pétrifié par quelque pouvoir surnaturel. J'aperçus alternativement deux moines debout, d'une taille gigantesque : un évêque assis, crosse en main, mitre en tête ; de prodigieuses figures, un lion accroupi au bord de la route, une femme allaitant son enfant et une tête de diable immense, cornue, grimaçante, gardienne sans doute de cette foule emprisonnée en des corps de pierre. Après le "Niolo" dont tout le monde, sans doute, n'admirera pas la saisissante et aride solitude, les calanches de Piana sont une des merveilles de la Corse ; on peut dire, je crois, une des merveilles du monde. Mais qui donc les connaîtrait ? aucune voiture n'y conduit, aucun service n'est organisé sur cette côte encore sauvage, dont la route cependant est plus belle, à mon avis, que la "Corniche" tant célèbre."



Véritables curiosités géologiques, ces rochers volcaniques, aux formes extrêmement découpées, sont percés de cavités, les taffoni. Roches rouges, grises, noires, beaucoup de couleurs présentes, parfois avec des changements sans transition.


L'Archipel des Iles Sanguinaires (photos ci-après) sont un ensemble d'ilots porphyriques situés face au Golfe d'Ajaccio (cf. carte précédente). Sur la deuxième photo, le Phare des Sanguinaires. Situé sur la plus grande des îles de l'archipel, la Grande Sanguinaire (Mezzu Mare), ce phare fut le premier construit en Corse (le suivant fut celui de Pertusato, à l'entrée des Bouches de Bonifacio). Cette tour carrée en pierres apparentes est située à 98 m au-dessus du niveau de la mer. Mis en service le 15.11.1844, il sera automatisé en 1984, et non gardé à partir de l'année suivante. Sa portée actuelle est de 24 milles (feu blanc à trois éclats groupés toutes les 15 s). Sur les deux photos de droite, l'une des deux tours "génoises" sensées protéger la golfe d'Ajaccio contre les "incursions barbaresques" (… Constantinople a été reprise par les Turcs il y a déjà longtemps) : la tour de la Parata, construite en 1608 à terre (au bout d'une presqu'île dite de La Parata), l'autre tour étant située sur les Sanguinaires (tour de Castellucio). La Corse appartient toujours à cette époque à la République de Gênes, alors à son apogée. Cet archipel des Sanguinaires inspira Alphonse Daudet (cf. encadré infra).


Extrait des Lettres de mon moulin, par Alphonse Daudet
(…) Cela m'a rappelé tout à fait mes belles insomnies d'il y a trois ans, Quand j'habitais le phare des Sanguinaires, là-bas, sur la côte corse à l'entrée du golfe d'Ajaccio. Encore un joli coin que j'avais trouvé là pour rêver et être seul. Figurez-vous une île rougeâtre et d'aspect farouche ; le phare à une pointe, à l'autre une vieille tour génoise où, de mon temps, logeait un aigle. En bas, au bord de l'eau, un lazaret en ruine, envahi de partout par les herbes, puis des ravins, des maquis, de grandes roches, quelques chèvres sauvages ; de petits chevaux corses gambadant la crinière au vent ; enfin là-haut, tout en haut, dans un tourbillon d'oiseaux de mer, la maison du phare, avec sa plate-forme en maçonnerie blanche, où les gardiens se promènent de long en large, la porte verte en ogive, la petite tour de fonte, et au-dessus la grosse lanterne à facettes qui flambe au soleil et fait de la lumière même pendant le jour… Voilà l'île des Sanguinaires, comme je l'ai revue cette nuit en entendant ronfler mes pins. C'était dans cette île enchantée qu'avant d'avoir un moulin j'allais m'enfermer quelquefois, lorsque j'avais besoin de grand air et de solitude (…). A minuit, le gardien se levait, jetait un dernier coup d'œil à ses mèches, et nous descendions. Dans l'escalier, on rencontrait le camarade du second quart qui montait en se frottant les yeux ; on lui passait la gourde, le Plutarque (…toute la bibliothèque des Sanguinaires). Puis, avant de gagner nos lits, nous entrions un moment dans la chambre du fond, tout encombrée de chaînes, de gros poids, de réservoirs d'étain, de cordages, et là, à la lueur de sa petite lampe, le gardien écrivait sur le grand livre du phare, toujours ouvert : Minuit. Grosse mer. Tempête. Navire au large (…).

Ajaccio vu de la mer et place De Gaulle qui comporte en son centre une statue équestre de Napoléon I.

La statue comporte sur son socle l'inscription suivante : "A la mémoire de Napoléon Ier et de ses frères Joseph, Lucien, Louis et Jérôme. La Corse reconnaissante. Sous le règne de l'empereur Napoléon III, ce monument a été érigé par les soins du prince Napoléon Jerôme (de son vrai nom Napoléon Joseph Charles Paul Bonaparte, cousin de Napoléon III - NDLR), à l'aide de souscriptions volontaires et inauguré le 15 mai 1865."

Porto (Portu en corse) est situé au fond du Golfe du même nom, précédemment cité à propos des Calanques de Piana, de la réserve naturelle de Scandola et du golfe de Girolata (cf. carte). Le golfe de Liscia est situé entre le golfe de Sagone et le golfe d'Ajaccio (cf.carte). Pont génois de Spin' a Cavallu enjambant le Rizzanese, "fleuve" (il se jette directement dans la Méditerranée !) long seulement d'une quarantaine de kilomères et qui débouche dans la mer au Sud de Propriano (Corse du Sud). Porticcio est une petite station balnéaire située sur la rive sud du Golfe d'Ajaccio, à une trentaine de kilomètres de la "ville impériale".

Porto
Golfe de Liscia
Pont génois sur le Rizzanese
Porticcio

 
Dernière mise à jour - 14.06.2012
Cliquez sur les photos pour les agrandir

© Françoise Massard  
  www.cargos-paquebots.net