logo
Mouvements de navires à Marseille - Fos
Françoise Massard / Photos Emmanuel Bonici
Navires cités dans cette page ( cliquez sur leurs noms ) : - Francis Beaufort - Joseph Plateau - Lydia D - Mistral 7 - Simon Stevin - STX Rose 1 - STX Rose 2 - Sun Rise - Sun Shine -
Cette page se lit chronologiquement de bas en haut
Page suivante
Les travaux à bord du caissonnier MARCO POLO avancent… (dossier mis en ligne le 23.01.2018)

Nous avons présenté ci-dessous le projet d'agrandissement de la principauté de Monaco (terrains gagnés sur la mer) et, dans ce cadre, le rôle du caissonnier MARCO POLO de Bouygues : à savoir la préfabrication dans le port de Marseille des 18 caissons (de 27 m de haut) qui formeront la base de la ceinture de protection de la nouvelle extension de l’Anse du Portier à Monaco.

La construction des caissons avance maintenant à un rythme régulier, à une cadence optimisée par la prise en main et le savoir-faire des équipes de Bouygues, lesquelles travaillent jour et nuit. A ce jour (23.01.2018), trois caissons sont sortis du caissonnier et le quatrième est en cours de fabrication. Le caisson N°1, l'un des plus complexes, est complètement achevé et a été remorqué, comme on le voit ci-dessous, jusqu'à la digue du large où une zone de mouillage a été balisée et équipée de corps-morts pour ancrer les caissons.
C’est le remorqueur néerlandais LYDIA D (cf. ci-dessous) qui a, avant Noël 2017, été chargé de la mise en place des balises et des corps-morts de la zone de mouillage. Le remorquage des caissons et leur amarrage sur les corps-morts sont, eux, assurés par les remorqueurs portuaires de Marseille, qui agissent à deux ou trois tant la masse, et donc l'inertie de ces caissons est importante.
LYDIA D
LYDIA D
LYDIA D
LYDIA D
LYDIA D (Rotterdam) - IMO 9582764 - Indicatif d'appel PCNI - MMSI 246196000 - Remorqueur - 31,05x10,00x3,45 m - TE 2,85 m - JB 306 - JN 91 - Ptot 2 850 kW (deux moteurs 4T-12cyl Caterpillar 3512B-HD / deux hélices à pas fixe) - V 8 nd - Prop. d'étrave (360 kW) - Générat. aux. 2 x 118 kW - Traction au croc 52 t - Constr. 11.2011 (Neptune Shipyards BV, Aalst, Pays-Bas) - Propr./Gérant Stemat BV / Boscalis (Papendrecht, Pays-Bas) - Pav. NLD.
Deux autres caissons sont en cours de finition dans la zone du chantier. Celle-ci peut en effet accueillir un caisson dans le caissonnier, ainsi que deux caissons juste à coté, ces derniers devant rester sous la portée des grues, mais également rester à distance du quai : pour cela, ils sont en mis en appui sur une structure métallique installée spécialement sur pieux, ceci afin de bénéficier du tirant d’eau maximal (ce TE max ne vient pas jusqu'au quai, idem dans la zone de stockage).
On voit ci-dessous le caissonnier à son immersion presque maximale (il affiche 17,20 m de tirant d’eau), et ce lorsque le troisième caisson sort du caissonnier. Cette manœuvre de sortie avec un très fort tirant d'eau prouve, une fois de plus, que les installations du port de Marseille offrent d'énormes possibilités. 
Les deux premières photos ci-dessous montrent le caissonnier MARCO POLO de jour et de nuit. La troisième photo montre le troisième caisson complètement sorti (à sa droite, on aperçoit le remorqueur MISTRAL 7 qui participe au déplacement du caisson).

Parallelement à la construction des caissons, les travaux avancent également sur le site de Monaco. C'est la drague luxembourgeoise FRANCIS BEAUFORT (IMO 9262780 / Pas de photo) qui a fait la préparation du fond où reposeront les caissons et c’est le navire luxembourgeois SIMON STEVIN (photos ci-dessous, faites à grande distance depuis un portique de la darse 2) qui prépare le lit d’agrégats sur lequel ils reposeront. Ce navire charge à Fos, deux fois par semaine, 30 000 t d’agrégats, puis rejoint Monaco (en 12 h environ). Une fois sur place, il dépose avec grande précision ces agrégats sur le fond. A noter que ces matériaux de remblai non seulement tapissent le fond où seront positionnés les caissons, mais seront également répartis autour des caissons une fois ceux-ci mis en place et à l'intérieur de ces derniers afin de les ballaster pour les maintenir sur le fond. Les centaines de milliers de tonnes de granulats qui seront ainsi chargés à Fos sont extraits par Jean Lefebvre Méditerranée Entreprise, sur le site dit "Vallon Valtrède" à Châteauneuf-les-Martigues (JLM Entreprise, dont le siège est à Aix-en-Provence, exploite depuis 1973 des gravières, des sablières, des carrières d'argile et de kaolin, etc.). D'après Bouygues Construction, le SIMON STEVIN a opéré à ce jour cinq chargements-déchargements (sur la trentaine qui seront sans doute nécessaires pour acheminer environ 900 000 t d'agrégats). De par sa destination — la pose de pipelines en mer — ce navire est habitué à déverser des roches sur fonds marins puisque c'est ainsi que sont ensevelis les câbles et tuyaux sous-marins (à noter que son nom rend hommage au mathématicien et mécanicien — travaux en hydrostatique notamment — Simon Stevin né à Bruges en 1548, mort à La Haye en 1620).

SIMON STEVIN (Luxembourg) - IMO 9464807 - Indicatif d'appel LXUB - MMSI 253309000 - Navire de pose de pipelines - 191,50x40,00x13,22 m - TE 9,25 m - JB 35 034 - JN 10 510 - PL 35 930 t - Ptot 22 505 kW (cinq moteurs 4T-9cyl MAN-B&W-STX 9L32/40 couplés à cinq générateurs qui alimentent quatre moteurs électriques (de 3 350 kW chacun) entraînant quatre propulseurs azimutaux) - V 15,5 nd - Quatre propulseurs transversaux (2 x 2 000 kW en tunnel à l'avant / 2 x 3 350 kW directionnels rétractables en position milieu) - Générat. aux. 1 x 1 530 kW / 1 x 360 kW - Cap. 40 000 m3 (2 cales) - Peut embarquer deux ROVs et un hélicoptère - Emménagements pour 70 personnes - Constr. 02.2010 (Construcciones Navales del Norte, Sestao, Espagne) - Propr. Jan De Nul (Hofstad-Aaist, Belgique) - Gérant/Opérat. Dredging & Maritime Management / Jan De Nul Group (Capellen, Luxembourg) - Pav. LUX. Sistership : JOSEPH PLATEAU (IMO 9619000 / 04.2013).



Arrivée à Marseille (à bord du SUN RISE) du caissonnier MARCO POLO (pour le chantier d'agrandissement de Monaco) - Dossier mis en ligne le 25.11.2017


La Principauté de Monaco est une étroite bande de terre de 2 km2, coincée entre mer et montagne. Cette exiguïté naturelle a régulièrement conduit la Principauté à s’étendre progressivement sur la mer (avec la réalisation des terre-pleins Portier et Sporting, des plages du Larvotto, du quartier de Fontvieille ou encore de l’extension du port Hercule, pour un total de plus de 40 ha gagnés sur la mer, soit 20 % du territoire). Une nouvelle et ambitieuse extension en mer a été récemment lancée, extension visant à créer, bien sûr, des superficies supplémentaires, mais aussi à explorer de nouvelles manières de préserver et de valoriser le patrimoine naturel marin dans un contexte marqué par une grande densité urbaine.
A terme, cette extension permettra la réalisation de 60 000 m2 de surfaces habitables (immeubles de luxe et maisons indviduelles), environ 3 000 m2 de commerces, un parc végétalisé, une extension du "Grimaldi Forum" (d’environ 5 000 m2), un parking public, un petit port (d’une trentaine d’anneaux), ainsi que de larges espaces publics (avec une place centrale et des cheminements piétons, dont une promenade littorale ombragée tout autour du nouveau quartier).
L'ensemble des intervenants (architectes, bureau d'études, urbanistes, paysagistes, constructeurs, contrôleurs) est donné en fin du dossier joint.
Les travaux de l’infrastructure maritime qui servira de socle à cette extension en mer de la Principauté ont été confiés à Bouygues Travaux Publics. Cette infrastructure maritime sera constituée d’une ceinture de protection (constituée de caissons en béton armé) et de remblais. C’est dans le Grand Port Maritime de Marseille que ces caissons sont préfabriqués depuis septembre 2017.
L’usine de préfabrication est installée dans les bassins Est du port (sur des surfaces louées au GPMM). Cette zone de préfabrication des caissons se compose d’un espace de travail de 10 000 m2 à quai permettant, notamment, d’assurer les travaux préparatoires de ferraillage et de montage des coffrages des caissons.
Elle comprend également une zone de 32 000 m2 sur le plan d’eau où est positionné le "caissonnier" qui est un dock flottant (spécifique à ce chantier). Long de 56 m, pour une largeur de 50 m et une hauteur de 27 m, ce caissonnier MARCO POLO permettra de préfabriquer les 18 caissons (de 27 m de haut, cf. ici) qui formeront la base de la ceinture de protection de la nouvelle extension de l’Anse du Portier.
Ce caissonnier a été construit par le chantier polonais Crist installé depuis 1990 à Gdynia. C'est le navire semi-submersible porteur de colis lourds SUN RISE (ex STX ROSE 2 entre sa mise en service en 10.2012 et 07.2013) qui a transporté le MARCO POLO jusqu'à Marseille où il est arrivé le 22.08.2017.

Le caissonnier MARCO POLO de Bouygues (photo milieu ci-dessous) est donc arrivé à Marseille le 22.08.2017, directement du chantier Crist de Gdynia (Pologne) à bord du navire semi-submersible sud-coréen SUN RISE (ex STX ROSE 2) — photo ci-après à gauche. Ce "porteur de colis lourds" est proche du STX ROSE 1 (photo de droite / cf. infra) — qui navigue aujourd'hui comme SUN SHINE — et appartient au même armement que lui, à savoir le coréen Pan Ocean. Pour info, le caissonnier MARCO POLO a été conçu par le bureau d’études varois le groupe D2M (Six-Fours-les-Plages, France), qui a également travaillé sur les études d’amarrage des caissons en béton après leur sortie du caissonnier (en attendant leur transfert à Monaco) et des pontons d’accès.
SUN RISE (Majuro) - IMO 9623219 - Indicatif d'appel V7ZD3 - MMSI 538004795 - Porteur de colis lourds (Navire semi-submersible) - 168,50x40,00x10,30 m - TE 7,123 m - JB 21 825 - JN 6 547 - PL 24 629 t - Ptot 9 000 kW (trois moteurs 4T-8cyl MAN-B&W-STX 8L32/40 couplés à trois générateurs qui alimentent deux moteurs électriques de propulsion / deux propulseurs directionnels) - V 13 nd - Prop. d'étrave - Générat. aux. 5 x 3 430 kW - Cap. de ballastage 48 814 m3 - Constr. 10.2012 (STX (Dalian) Shipbuilding, Wafangdian, Liaoning, Chine) - Propr./Gérant/Opérat. Pan Ocean (Séoul, Corée du Sud) - Pav. MHL - Ex STX ROSE 2 (10.2012-07.2013).
SUN SHINE (Panama) - IMO 9471616 - Indicatif d'appel H9JL - MMSI 370708000 - Porteur de colis lourds (Navire semi-submersible) - 174,00x40,00x8,50 m - TE 5,028 m - JB 17 825 - JN 5 348 - PL 16 715 t - P 7 200 kW (deux moteurs 4T-8cyl MAN-B&W-STX 8L32/40 / deux hélices à pas fixe) - V 11,5 nd - Prop. d'étrave (500 kW) - Cap. ballastage 43 814 m3 - Constr. 12.2008 (STX Offshore & Shipbuilding, Jinhae-Changwon, Corée du Sud) - Propr./Gérant/Opérat. Pan Ocean (Séoul, Corée du Sud) - Pav. PAN - Ex STX ROSE 1 (12.2008-12.2013).

Les travaux de construction du premier caisson ont commencé début septembre. Cette fabrication se déroule en plusieurs étapes. La première d'entre elles consiste à réaliser le radier de chaque caisson et les dix premiers mètres de voile béton via un coffrage glissant. Sous le poids du caisson en cours de construction, le pont du caissonnier est progressivement immergé, permettant ainsi de finaliser le coulage des voiles béton. Le caisson est ensuite mis en flottaison et sorti du caissonnier pour être remorqué jusqu’au poste où seront réalisés les poteaux béton constituant l’ouvrage Jarlan (mur brise vague). Le stockage des caissons avant leur remorquage par voie maritime vers Monaco est prévu dans le bassin Léon Gouret. La fabrication des 18 caissons durera jusqu’en mars 2019. Elle nécessitera un travail posté en trois équipes, 7j/7 et 24h/24. Au total, elle générera plus de 700 emplois directs et indirects, dont plus de 200 embauches locales à durée de chantier et une vingtaine de postes en insertion. Ces contrats de professionnalisation viseront l’obtention d’un titre professionnel de "coffreur-bancheur". En lien avec les acteurs locaux de l’emploi, plus de 30 000 heures seront ainsi valorisées par une action qualifiante sur la durée du projet. Les cinq premières photos ci-après datent de la deuxième quinzaine d'octobre 2017.
Comme on l'a dit précédemment, la préfabrication des caissons est réalisée dans les bassins portuaires de Marseille (trois zones ont été réservées à ce chantier d’envergure). Le GPMM a non seulement l'avantage d'être pas trop loin de Monaco, mais surtout il dispose des surfaces suffisantes pour héberger les installations terrestres (2,2 ha) et flottantes (près de 8 ha) du chantier, et sa profondeur d'eau (22,5 m) permet d'accueillir sans problème le caissonnier. La présence de la centrale à béton Lafarge sur le port (dans les bassins Est) permet par ailleurs d’assurer l’alimentation rapide et continue du chantier. Les caissons constituant l’infrastructure maritime font l’objet d’un traitement des parois favorisant l’accueil d’espèces végétales et animales. Plus globalement, la méthodologie de construction a été choisie de façon à minimiser les impacts sur l’environnement, tant pour la fabrication des différents éléments (à Marseille) que pour l'évacuation des matériaux dragués (à Monaco). Pour les riverains du chantier monégasque, un mur de protection de 5 m de hauteur a pour but de minimiser les nuisances tant sonores que visuelles.
Voici des photos supplémentaires, faites le 15.11.2017 (et donc postérieures aux précédentes), de caissons en cours de fabrication.
Ce chantier marseillais procurera également des retombées économiques pour les entreprises locales ou régionales, lesquelles sont déjà et seront encore plus mobilisées tout au long du développement de ce projet industriel dont le montant total annoncé est de 145 millions d'euros.
A Monaco même, la ceinture de protection sera achevée fin 2019 et, à la même période, débuteront les travaux de la phase "Aménagements". L'infrastructure maritime sera terminée à la fin du premier semestre 2020. La construction des premiers bâtiments commencera au deuxième semestre 2020, les premiers seront livrés en 2022. Le nouveau port et l’extension du Grimaldi Forum seront eux livrés en 2024. Les travaux de cet audacieux projet seront achevés en 2025.

Dernière mise à jour : 07.05.2018
Page suivante

© Françoise Massard
 
  www.cargos-paquebots.net