Quelques vues du Mékong à Chiang Saen et Chiang Khong (Thaïlande) / Houayxay (Laos) - 08.2011
Françoise Massard / Photos Stéphane Barbedienne

Navires cités dans cette page ( cliquez sur leurs noms ) : - Chen Yu - Hai Peng - Wei Pag 3 - Xiang Long 6 Hao - Yuan Xin - Zai Xin -
 

Long d'environ 4 500 km (1), ce qui en fait le dixième ou onzième plus long fleuve du monde (les quatre premières places revenant au Nil, suivi de l'Amazone, du Yang Tse Kiang et du Mississipi, de longueur allant de 6 800 à 6 300 km respectivement), le Mékong est un fleuve transfrontalier qui traverse pas moins de six pays, comme on le voit sur les deux cartes de gauche ci-dessous (docs Wikipedia). Prenant sa source sur la partie Est du Haut plateau Tibétain, il traverse la Chine sur presque la moitié de son cours (environ 2 200 km), puis sert de frontière entre le Laos (à l'Est) et le Myanmar ou Birmanie (à l'Ouest). Après quoi, il pénètre au Laos, puis sert de nouveau de frontière, mais cette fois-ci entre le Laos et la Thaïlande. Après la traversée de ces quatre pays, le Mékong traverse le Cambodge, du Nord et au Sud, et termine sa course en traversant l'extrême sud du Vietnam. C'est là qu'il se sépare en neuf bras (les "neuf dragons") se jetant dans la Mer de Chine du Sud (ou Mer de Chine Méridionale), formant un immense delta (environ 45 000 km2). Le Mékong ("mère de toutes les eaux") prend donc sa source dans l'Himalaya (province chinoise du Qinghai), à environ 5 300 m d'altitude. Quand il arrive au Laos, il n'est plus qu'à 500 m d'altitude. L'ensemble de son bassin (affluents compris) couvre quelque 760 000 km2.
(1) Sa longueur varie entre 4 300 et 4 800 km selon les sources… à tous les sens du terme, les auteurs n'étant pas d'accord entre eux sur l'endroit exact où ce fleuve prend sa source.


Même s'il est loin d'être navigable sur tout son cours, alternant des zones de faibles profondeurs, voire très faibles à la saison sèche, et des zones de grandes profondeurs, entrecoupées de gorges, de chutes, de rapides, barrées de nombreuses iles (comme dans la région des "Quatre milles îles" au Laos) et d'affleurements rocheux, etc., avec des énormes disparités de débits selon les zones et les saisons (débit qui peut varier de 1 000 à 60 000 m3/s), ce fleuve représente malgré tout un axe de communication de première importance, donnant un accès à la mer bien sûr, mais aussi reliant des villages dont beaucoup ne possèdent aucun autre moyen d'accès (pas de route). C'est aussi une véritable richesse économique pour les pays qu'il traverse (et les 60 à 70 millions de personnes qui vivent dans le Bassin du Mékong). Important apport de fertilisants (lors des crues occasionnées à la fois par la fonte des neiges himalayennes et par les pluies de mousson), il permet la culture intensive du riz. Il est très poissonneux (plus de 1 300 espèces, environ 15 % de l'ensemble des ressources mondiales en poissons d'eaux douces), connu entre autres pour son fameux ("célèbre" mais aussi "délicieux" paraît-il) poisson-chat, silure géant de 2 ou 3 m de long. C'est bien sûr aussi une énorme source d'eau potable et une colossale réserve hydroélectrique. La Chine a d'ailleurs lancé de grands travaux à l'amont pour "dompter" le fleuve : dragage, creusement de canaux de navigation latéraux (pour des navires de forte jauge), construction de nombreux barrages, dont un presque aussi important que le "Barrage des Trois Gorges" sur le Yang Tsé Kiang (cf. photo 1 et photo 2 faites en octobre 2007… encore un dossier à monter !).



Les deux sites présentés ici, Chiang Saen et Chiang Khong, se situent tous les deux dans la région dite du Triangle d'Or où se rejoignent les frontières du Laos, du Myanmar et de la Thaïlande (cf.  cartes de droite en haut de page - documents personnels - et les photos Google Earth ci-dessus). C'est aussi le point de confluence du Mékong et de son principal affluent, le Ruak. C'est traditionnellement cette zone qui est prise comme limite entre le Haut Mékong et le Bas Mékong. Ces deux ports font partie des trois ports régionaux (le troisième est Ranong) gérés par le PAT (Port Authority of Thailand), organisme qui rapporte directement au Ministre des Transports et des Communications et qui gère bien sûr les deux ports principaux de Thaïlande : Bangkok et Laem Chabang.


Port de Chiang Saen (Thaïlande)

Les photos ci-dessous présentent le port de Chiang Saen, situé sur la rive droite du Mékong, à une trentaine de kilomètres du Triangle d'Or (cf. supra). Coordonnées : 20° 16' N - 100° 05' E. Décalage horaire : GMT+7. Opérationnel depuis 2003, il dépend directement du PAT, comme dit précédemment. Le port accueille des bateaux jusqu'à 200 à 300 tpl. Le trafic de marchandises (environ 200 000 t par an) se fait avec le Laos, la Birmanie et surtout la Chine du Sud (province du Yunnan). Bois de santal, denrées alimentaires (fruits, soja, légumes verts, principalement), huile de palme, vieux plastiques pour recyclage, etc.

Vue générale du port de Chiang Saen
Vue générale du port de Chiang Saen
Vue générale du port de Chiang Saen
WEI PAG
WEI PAG
Vue générale du port de Chiang Saen
WEI PAG 3

Deux types de navires fréquentent ce port : péniches en acier et slowboats en bois (qui transportent alternativement passagers et vivres).

HAI PENG
CHEN YU
HAI PENG
CHEN YU
Slowboat
XIANG LONG 6 HAO

YUAN XIN
ZAI XIN
YUAN XIN
ZAI XIN
River Patrol Boat (PBR 115)

Opérations de chargement… à dos de dockers équilibristes… heureusement il y a un "rail de séparation de trafic" ! Mais certains bateaux (non vus ici) transportent des conteneurs.



Port de Chiang Khong (Thaïlande)

Les photos ci-après ont été faites dans le port de Chiang Khong, situé lui aussi dans la province de Chiang Rai (à peu près à la même latitude que Chiang Saen, mais plus à l'Est). Il est distant d'une cinquantaine de kilomètres de Chiang Saen par la route et de 70 km en navigation sur le Mékong. Coordonnées : 20° 17' N - 100° 24' E. Même décalage horaire : GMT+7. Ce petit port dispose d'un quai d'une centaine de mètres de long, permettant l'amarrage simultané de trois à cinq navires de 80 à 150 tpl. Comme pour le précédent, le trafic annuel de marchandises varie entre 150 000 et 200 000 t. C'est essentiellement un port de transit Thaïlande - Laos, puisqu'il ne faut que 5 min en bateau pour traverser le Mékong jusqu'à Houayxay (Laos).


Nombreux bacs pour faire traverser voitures et camions. Ci-dessus, à droite, la billeterie.



Quelques vues de péniches à quai.


Ci-dessous, respectivement, une autre péniche, un slowboat et un longboat à passagers… pompeusement appelé "ferry" !
A noter que le visa d'entrée au Laos est payant (1 500 baths ou 50 dollars US) alors qu'il est gratuit pour la Birmanie ou la Thaïlande.



Port de Houayxay (Laos)

Houayxay, sur la rive gauche du Mékong, est le port d'entrée au Laos en venant de Thaïlande. De nombreux bacs et ferries, on vient de le voir, traversent le Mékong à partir de Chiang Khong situé juste en face. A noter un important trafic de camions-citernes qui vont y décharger leur plein de carburant et retraversent à vide. A droite, une épave.


 
Dernière mise à jour - 31.12.2011
Cliquez sur les photos pour les agrandir

© Françoise Massard  
  www.cargos-paquebots.net