Départ de L'HERMIONE pour ses premiers essais en mer (Rochefort / 06 & 07.09.2014)
Françoise Massard
Cliquez sur les photos pour les agrandir
Page suivante
La "frégate de la liberté" L'HERMIONE à deux jours de son départ pour ses premiers essais en mer de deux mois (Rochefort, le 05.09.2014)
Derniers préparatifs, dernières manœuvres d'entraînement pour l'équipage avant que L'HERMIONE ne quitte le 06.09 après-midi (si tout va bien) la cale de radoub Napoléon III pour le port de commerce de Rochefort où elle passera la nuit. Puis, le 07.09 après-midi, descente de Charente, cap sur l'Ile d'Aix au large de laquelle elle va mouiller pour sa première nuit en mer. Elle restera quelques jours au large de l'île d'Aix, puis naviguera pendant deux mois pour tester tous les matériels et poursuivre l'entraînement de l'équipage en "grandeur réelle". L'HERMIONE reviendra à son port d'attache, Rochefort, à la mi-novembre.


Rappel de ses caractéristiques : longueur hors tout 65 m - longueur de coque 44,27 m - largeur 11,20 m - creux 5,78 m - hauteur hors tout 54 m - poids à vide 660 t - poids final 1 260 t - 2 000 chênes issus de forêts françaises - 400 000 pièces de bois (dont 62 couples) et de métal (certaines pièces de bois pouvant dépasser les 50 cm d'épaisseur) - 25 km de cordages pour le gréement (pratiquement tout en manille — fibre d'abaca des Philippines — et en chanvre des Pays-Bas, seuls 10 % des cordages sont en matériaux synthétiques) - 1 000 poulies (de 40 sortes différentes) - 2 200 m2 de voilure (17 voiles en toile de lin, avec des finitions réalisées à la main comme au XVIIIe siècle, par Anne Renault) - hauteur du grand mât 56,5 m (dont 45 m au-dessus du pont) - 1 t d'étoupe pour le calfatage - dimensions du safran 8,00x1,40x0,32 m - poids du safran 2,7 t - longueur du timon 7,40 m - deux ancres (de plus de 1,5 t chacune) - 26 canons tirant des boulets de 12 livres sur le pont de batterie -  8 canons tirant des boulets de 6 livres sur le pont de gaillard - poids total des canons 58 t - poids total des affûts 17 t - plus de 2 000 boulets embarqués (poids total de l'ordre de 15 t) - 2,5 t de poudre dans la "soute aux poudres" - coût total 25 M€ (dont près de 40 % couverts par les recettes des visites — plus de 4 millions de visiteurs depuis 1997, date de début du chantier). Sisterships : CONCORDE (dont les plans ont servi pour la reconstruction de L'HERMIONE) - COURAGEUSE - FÉE.

Préparatifs sur le chantier de L'HERMIONE, le 06.09.2014, avant sa sortie de la cale Napoléon III cet après-midi ou cette nuit
Ayant la chance d'être invitée à cet évènement de première sortie en mer de L'HERMIONE, j'ai le plaisir d'assister à toutes les étapes de ce qui est l'aboutissement de 17 ans de travail collectif pour la construction de cette réplique de la frégate à bord de laquelle le Marquis de La Fayette embarqua le 10 mars 1780 pour aller soutenir les Américains dans leur Guerre d'Indépendance. Ici, présentation de l'équipage participant à la première étape des essais en mer de L'HERMIONE, essais qui débutent ces 06 & 07.09.2014. Ils dureront deux mois afin de tester équipages et matériels en naviguant entre Bordeaux et Brest. Ce premier équipage comprend 72 membres. Autour du Commandant Yann Cariou, 17 autres marins professionnels (dont 4 marins de la Marine nationale) et 54 volontaires… parmi lesquels 38 % de filles. Le Commandant Cariou, impliqué de longue date dans la construction de L'HERMIONE, a commandé l'ETOILE puis, pendant trois ans, le BELEM.


Les volontaires ont été présélectionnés sur lettre de motivation et CV. Sur les 800 candidatures, 150 volontaires (de tous milieux) ont finalement été retenus, âgés de 18 à 58 ans (le plus jeune tient la bouée de L'HERMIONE sur les photos ci-dessus), la majorité ayant de 20 à 30 ans. Bien sûr, il leur faut non seulement être motivés par l'aventure, mais aussi être en bonnes conditions physiques et… ne pas avoir le vertige ! Futurs gabiers, ils doivent en effet être aptes à monter dans le gréement pour aller manœuvrer les voiles. Parmi eux, près d'une soixantaine de femmes. Ils viennent de toute la France, avec cependant deux-tiers de "picto-charentais". Après une première formation essentiellement théorique (commune à tous) de trois jours, ils ont suivi à tour de rôle de nombreux stages pratiques encadrés par des marins professionnels, et ce depuis l'automne 2013. Ils ont été associés à toutes les grandes étapes de "finition" de la frégate (pose des mâts, des voiles, etc.). Encadrés par des matelots, ils ont répété à maintes reprises les manœuvres. Leur motivation et leur investissement leur permettent aujourd'hui d'intégrer l'équipage pour ces essais en mer. Ils se relaieront aux escales durant ces deux mois afin que la totalité des volontaires participent à une partie de cette première vraie navigation. Après la présentation, l'équipage remonte à bord. Je fais moi-même un rapide tour à bord de L'HERMIONE avant que la passerelle ne soit enlevée !



Chaque membre bénévole a fabriqué lui-même son étui recevant un couteau et un épissoir (tous les volontaires ont suivi un cours de matelotage). A droite, un sifflet de gabier. Il comporte un tube (le "canon"), une "quille" à laquelle est accrochée la "chaîne" (noter son "noeud de gabier") et dont l'extrémité droite est la "bouée" percée, sur sa partie supérieure, d'un trou par lequel s'échappe le son. Ce sifflet, tenu entre le pouce et l'index, émet (en gros) une note basse et une note haute, qu'il est possible (avec de l'entraînement) de décliner en trois tons (plein, gazouillis et vibration ou "trill"). J'ai eu le droit à une démonstration, mais cela ne semble pas si simple qu'il y paraît ! Il faut souffler plus ou moins fort, soulever ou abaiser les doigts, etc.



Sur les deux premières photos ci-dessous, le bateau-porte fermant la cale Napoléon III. Il a été fabriqué aux Pays-Bas et transporté par mer. Les autorités sont un peu soucieuses car ce bateau-porte n'a pas été manœuvré depuis son installation en juillet 2012 lorsque L'HERMIONE était passée de la cale Louis XV à la cale Napoléon III du chantier de l'Arsenal. Or la Charente charrie énormément d'alluvions, et le risque est grand que le système de déballastage soit partiellement obstrué par de la boue séchée. La manœuvre risque donc d'être plus longue que prévu.



Les lamaneurs de Charente (La Rochelle / Rochefort / Tonnay-Charente) sont ici en attente de déplacer le bateau-porte puis de remorquer L'HERMIONE.



Tout l'équipage est à bord de L'HERMIONE, écoutant les dernières consignes du Commandant en attendant le départ.



L'équipage chante également des chants de marins pour amuser les très nombreux adhérents de l'Association Hermione présents pour cet évènement.



Les cœurs se serrent un peu lorsque la coupée quitte L'HERMIONE. L'engagement des volontaires est désormais irréversible…



Les bouts retevant la passerelle sont décapelés et remis à leur poste de mer par des gabiers (jeunes volontaires) montant dans la mâture.



Comme cela était craint, l'ouverture du bateau-porte s'avère plus longue que prévu et la sortie de L'HERMIONE est finalement décalée d'une marée. Le Maire de Rochefort (en costume gris clair sur la première photo ci-dessous), Hervé Blanché, est monté à bord de la frégate afin d'annoncer au public ce report. Un peu de déception car, du coup, L'HERMIONE sortira en milieu de nuit. Mais bon, la fête continue, animée par des danseurs et plusieurs groupes de musiciens, comme celui de droite ci-dessous.




La frégate L'HERMIONE sur le point de quitter sa forme de radoub (07.09.2014)
Le manœuvre du bateau-porte, qui avait échoué hier après-midi, s'est déroulée avec succès cette nuit ! Grâce à l'efficacité des services techniques de la ville de Rochefort, dirigés par Alain Papillon, les systèmes d'évacuation des 400 m3 d'eau de ballast ont été débarrassés de la vase compacte qui les obstruait et le déballastage a pu se faire, sous la responsabilité de Pascal Proust, directeur du port. Environ une heure et demi ont été nécessaires pour libérer (vers 4h du matin ce 07.09) le bateau-porte qui a ensuite été remorqué et amarré plus loin (à son poste d'attente) par les lamaneurs (l'ensemble de la manœuvre d'ouverture de la cale de radoub a duré plus de 3 h). Les lamaneurs ont ensuite pris en remorque L'HERMIONE, à 04h45, pour la sortir de la cale sous les applaudissements des quelques 2 000 personnes encore présentes sur le site de l'Arsenal. C'est dans une ambiance chaleureuse mais empreinte d'émotion que L'HERMIONE a donc quitté l'Arsenal pour rejoindre le port de commerrce de Rochefort, situé un peu plus en amont sur la Charente (en rive droite également) — Photos Association Hermione - La Fayette.

Grâce au professionnalisme des Services techniques de la Ville de Rochefort, le bateau-porte a enfin pu être déballasté.


Bénéficiant d'un badge pour accéder au port de commerce de Rochefort (45° 56' N - 000° 57' W), je ne résiste pas à l'envie d'aller y voir cet hôte inhabituel qu'est L'HERMIONE. Inattendu évidemment, mais aussi anachronique dans ce port plus habitué à recevoir des cargos (comme le MEKHANIK KRASKOVSKIY ou le CELTIC MARINER) qu'une frégate du XVIIIe siècle ! Les trafics de ce port (situé sur la rive droite de la Charente, à environ 15 milles au SE de l'Ile d'Aix) comptent des bois sciés, des céréales, des engrais, des matériaux pierreux, des ferrailles, du charbon, de la tourbe, etc. Les dimensions maximales des navires pouvant passer le sas d'entrée du bassin à flot sont de 115 m de long et de 16,5 m de large. Leur tirant d'eau ne doit pas dépasser 6,5 m. L'HERMIONE répond à ces exigences…
Françoise Massard - 10.09.2014

© Françoise Massard 
 www.cargos-paquebots.net