Le chantier de la frégate L'HERMIONE à Rochefort : pose de la mâture (2012-2013)
Françoise Massard

 
Dossier monté chronologiquement : les éléments les plus anciens sont donc en bas de page, les étapes les plus récentes en haut de page


La frégate L'HERMIONE a désormais son deuxième niveau de mâture (13.04.2013) — Photos  Association Hermione-La Fayette

Comme nous l'avons vu ci-dessous, le premier étage de la mâture de la frégate L'HERMIONE a été posé le 09.03.2013. C'est donc au tour du deuxième niveau de mâture d'être posé en cette nouvelle journée historique du 13.04.2013. Ces opérations de "guindage" (c'est le terme de marine consacré) ont été effectuées 'à l'ancienne" par les gréeurs du chantier, c'est-à-dire manuellement, à l'aide de guinderesses tournées aux cabestans de la frégate.



Le petit mât de hune a été mis en place au-dessus du bas-mât de misaine (mât avant) à l'aide du petit cabestan (à six barres) situé sur le pont de gaillard d'avant (photo de gauche ci-dessus). Puis le mât de perroquet de fougue fut installé au-dessus du bas mât d'artimon. C'est au moyen du grand cabestan (à 12 barres) situé sur le pont de batterie (photo milieu ci-dessus) que les gréeurs ont pu lever le grand mât de hune.


A 17h00, l'ensemble des pièces constituant le deuxième niveau de la mâture était à poste. L'HERMIONE culmine à ce stade à 38 m de haut. Rappelons que la mâture de L'HERMIONE est réalisée en lamellé collé de pin d'Orégon. Les ferrures et cerclages des mâts ont été fabriqués par l'atelier forge du chantier. Le gréement, quant à lui, est pratiquement entièrement en fibres naturelles, à l'identique de celui du navire d'origine !



La prochaine étape, programmée le 17.05.2013, consistera à poser le troisième niveau de mâts (petit et  grand mâts de perroquet, mât de perruche et élévation du bout dehors à l'avant). Les vergues basses seront également installées à cette occasion… à vos agendas.



La frégate L'HERMIONE a désormais ses trois bas-mâts (09.03.2013)

Nous avons vu la pose du bas-mât de misaine en 10.2012. En ce 09.03.2013, la frégate va recevoir les sections inférieures de ses deux autres mâts. Ces premières photos ont été prises en fin de matinée. Un certain nombre de nouveaux éléments de mâts ont été posés ce matin. Tout d'abord le petit mât de hune (16,9 m de haut quand même) qui est la partie médiane du mât de misaine. Le mât a simplement été gruté et stocké le long du bas-mât de misaine. Il sera positionné à son emplacement définitif lors de la phase suivante de pose de la mâture (mi-avril).


Ensuite, ce fut le bout-dehors (12,35 m de long) qui fut treuillé à bord de la frégate et placé le long du mât de beaupré, comme on le voit ci-dessous. Son positionnement définitif, dans le prolongement du mât de beaupré, sera effectué probablement mi-mai.


Mais bien sûr, c'est le bas-grand mât (27 m de haut) qui est le plus spectaculaire. En même temps que cet élément de grand mât ont été hélitreuillés la grande hune (plateforme d'environ 20 m2) et le gréement dormant du grand mât, l'ensemble pesant environ 12 t. Rappelons que, dans le cas de L'HERMIONE, le gréement dormant (c'est-à-dire l'ensemble des cordages fixes qui servent à maintenir les mâts : haubans, galhaubans, étais) est en manille (fibre tirée des feuilles d'une variété de bananier poussant aux Philippines, l'abaca). Il équivaut à environ 8 km. Le gréement courant (ensemble des cordages mobiles ou manœuvres qui servent à manœuvrer les voiles : bras, balancines, marchepieds, etc.) sera, quant à lui, en chanvre des Pays-Bas. Seuls environ 10 % de ses 16 km seront en fibres synthétiques (pour des raisons de sécurité).


Le treuillage est interrompu sur le temps du déjeuner et ce n'est qu'en début d'après-midi qu'est mise en place la section inférieure du troisième mât, celui tout à l'arrière de la frégate : le bas-mât d'artimon (16,58 m). Comme pour le grand mât, la hune et le gréement dormant du mât d'artimon ont été grutés en même temps. Le "gabier" du jour semblait très à l'aise dans son exercice de voltige…


Voilà, en cette fin d'après-midi du 09.03.2013, les trois bas-mâts de l'HERMIONE sont dans leurs positions définitives. On l'a dit à propos du bas-mât de misaine (posé en octobre 2012), les mâts sont réalisés en bois d'orégon lamellé-collé, puis cerclés à chaud. Pour info, l'orégon est un arbre originaire d'Amérique du Nord et qui peut atteindre une cinquantaine de mètres. Ce bois est réputé pour sa solidité et sa qualité (pas de nœuds, très peu de défauts). Quand l'HERMIONE aura reçu tous ses éléments de mâture, sont tirant d'air sera de 47 m. Prochaine étape : pose du deuxième étage de mâture (mi-avril).


Le levage et le positionnement des différents éléments ont été effectués grâce à une puissante grue appartenant à la société AltéAd (Carquefou, Loire Atlantique). Le chantier a profité de la présence de la grue pour lui faire descendre quelques affûts de canon afin qu'ils soient repeints (à terre). Toutes ces opérations ont été menées sous la responsabilité de Jens Langert (de l'entreprise suédoise JB Rigger), en charge (avec son équipe) de l'ensemble du gréement de l'HERMIONE.


Animations tout au long de la journée. Ici les hommes du "Fort Brouage".


Pour finir, quelques vues de l'atelier gréement. Les cordages (près de 25 km en tout) sont étirés à l'aide d'un treuil de façon à les allonger et pour les empêcher de se déformer par la suite. Ils sont ensuite enduits de goudron pour les protéger des intempéries. Le goudron (naturel) est un liquide noir, visqueux, collant, obtenu par carbonisation du bois de pin. A noter que certains cordages sont "fourrés", c'est-à-dire entouré d'un gros fil de chanvre goudronné pour les protéger.


Ci-dessous, un peu perdue dans la forme double (forme Louis XV) où a été construite l'HERMIONE (avant de rejoindre en juillet dernier la forme Napoléon III où elle se trouve actuellement), la petite drague du port de Rochefort (port de plaisance en particulier) : CLEONE.



Ici des photos prises ce 09.03.2013 au matin par l'une des bénévoles du chantier, Marie-France Colin

Levage du petit mât de hune (section intermédiaire du mât de misaine) et stockage le long de ce mât (en attendant d'être définitivement installé lors de la prochaine phase de mise en place de la mâture, mi-avril). Les gréeurs ont utilisé le petit cabestan de l'HERMIONE pour faciliter son positionnement (temporaire). Puis hélitreuillage et stockage momentané le long du mât de beaupré du bout-dehors de beaupré.


Mise en place du bas-grand mât, puis du bas-mât d'artimon. Sur les deux dernières photos, le premier étage de la mâture est au complet.
 



La frégate L'HERMIONE commence à prendre de la hauteur (10.2012)

Nous avons visité la frégate HERMIONE en 04.2012 alors qu'elle commençait à être mise en eau dans la forme de radoub Louis XV de Rochefort. Puis nous avons assisté à sa mise à flot et son remorquage, via la Charente, jusqu'à la forme de radoub Napoléon III où elle est restée ainsi tout l'été. Nouvelle grande étape de ce chantier : début de la pose de la mâture en 10.2012. Les photos suivantes ont été prises le 24.10.2012, mais ce premier élément de mâture — le bas-mât de misaine — a été en fait posé le 05.10.2012 (je n'avais pu me rendre à Rochefort ce jour là). Le mât de misaine est le mât situé à l'avant de la frégate. Il sera constitué de trois parties, comme les deux autres mâts d'ailleurs. La partie médiane ou petit mât de hune sera posée mi-avril 2013, et la partie supérieure ou petit mât de perroquet le sera mi-mai 2013. Entre temps seront posés les parties basses des deux autres mâts (normalement en 02.2013).


Le mât de beaupré, mât incliné (à 26°) saillant sur l'avant du voilier, a quant à lui été posé le 06.10.2012. Il mesure un peu plus de 14 m de long et pèse 3 t. Il est prolongé par le bout-dehors de beaupré. Il a été réalisé par l’entreprise Gauthier Lamellés Collés (Serent, Morbihan), à partir de pièces de pin d'orégon coupées en tasseaux et assemblées par collage.


Les finitions des mâts ont été faites ensuite à Rochefort, directement sur le chantier de l'HERMIONE, par l’entreprise Asselin (menuisier-charpentier spécialisé dans la restauration de patrimoine, implanté à Rochefort, mais aussi à Paris, Marseille, Thouars, Ile de La Réunion, ainsi qu'aux Etats-Unis et en Russie).


Sur les deux premières photos ci-dessous, vue rapprochée du chouquet, pièce d'assemblage (à l'extrémité du mât de beaupré) entre ce mât et son prolongement, le bout dehors, parfois appelé bâton de foc, qui sera posé ultérieurement. A droite, un exemple de palan multiple (l'ensemble du gréement de l'HERMIONE comprend environ mille poulies).


Ci-dessous, la hune de misaine ou plateforme intermédiaire du mât de misaine. En navigation, les gabiers s'y tiennent à tour de rôle pour avertir d'un quelconque danger.


Le bas-mât de maisaine mesure 23,5 m de haut et pèse autour de 10 t. Il traverse les trois ponts de la frégate (pont de gaillard / pont de batterie / faux-pont) et repose directement sur la quille. Le jeu autour du mât, au passage des trois ponts, est de l'ordre de 10 mm. Sa pose demande donc puissance mais aussi précision ! Ses quatorze haubans et ses deux étais comportent quelque 350 m de cordage (de diamètre variant entre 10 et 60 mm). Sur la deuxième photo, montage progressif des échelons des haubans par une jeune dame qui n'a pas l'air d'avoir le vertige (elle porte évidemment un harnais de sécurité). Ces enfléchures sont constituées de cordages disposés horizontalement entre les haubans pour permettre aux gabiers de monter dans la mâture. Sur la photo de droite, des poulies dites "cap de mouton" (toujours par paires) qui servent à rider (raidir) les haubans.


Quelques photos de l'atelier gréement.


Atelier voilage. En navigation, l'HERMIONE pourra déployer 1 200 m2 de voiles. Les vingt voiles se répartiront entre voiles carrées (qui donneront la puissance au navire) et voiles triangulaires (focs et voiles d'étais qui lui donneront sa manœuvrabilité quand la frégate aura besoin de serrer le vent).


 
Dernière mise à jour - 08.09.2014
Cliquez sur les photos pour les agrandir

© Françoise Massard  
  www.cargos-paquebots.net