Passage du Cap Horn (février 2008)
de Buenos Aires à Valparaiso à bord du NORWEGIAN DREAM
Françoise Massard

Navires cités dans la page (ciquez sur leurs noms pour un accès direct) : Dreamward - Norwegian Dream - Norwegian Majesty -

 


En clquant "gauche" sur les photos, on les ouvre en grand format. Ctrl W permet de revenir à la fenêtre principale


C'est à bord du NORWEGIAN DREAM, propriété de l'armement Ocean Dream et opéré par Norwegian Cruise Line (Groupe Star Cruises, Miami, Bahamas) que je viens de réaliser un vieux rêve : naviguer autour de l'Amérique du Sud, passer le mythique Cap Horn et voir aussi le "Phare du bout du monde" cher à Jules Verne...

Construit aux Chantiers de l'Atlantique (Saint-Nazaire) en 1991-1992, sous le nom de DREAMWARD (après 17 mois de construction, baptême le 06.12.1992, marraine : la chanteuse américaine Diana Ross) pour NCL, ce navire de croisières sera rallongé (en Allemagne) de 40 m en 1998 (cf. infra) et prendra alors son nom de NORWEGIAN DREAM (en mai 1998). Il sera de nouveau rénové en 2005.

Confortable (j'avais pour ma part une cabine avec coin salon et balcon privé), il dispose de six restaurants, neuf bars et salons, une grande salle de spectacles, un casino, un café internet, un salon de coiffure, une galerie marchande, un centre fitness, une salle de jeux pour les enfants, deux piscines, deux bains bouillonnants, un parcours jogging sur le pont promenade (deux tours complets équivalent à 1 km environ), un cours de basket-ball / volley-ball, un practice de golf, etc. Treize ponts, dont neuf accessibles aux passagers (par neuf ascenseurs). Visite des emménagements.


NORWEGIAN DREAM
Caractéristiques principales
IMO / Indicatif d'appel
Longueur hors tout
LPP
Largeur hors tout / largeur enregistrée
Creux
Tirant d'eau d'été
Jauge brute / Jauge
nette
Port en lourd
Puissance
Vitesse de croisière
Capacité passagers / Cabines
Capacité membres d'équipage
Construction / Coût initial
Port d'enregistrement
Pavillon
9008419 / C6LG5
229,84 m
190,04 m
32,10 m / 28,50 m
17,83 m
7,00 m
50 764 ums / 28 641 ums
6 731  t
18 638 kW
18,5 nds
1 748 / 874 (dt 704 ext.)
750 max.
1992 / 240 M$ US
Nassau
BHS

Dernière minute (avril 2008) : l'armement américain NCL vient de vendre le NORWEGIAN DREAM (et le NORWEGIAN MAJESTY) à l'armateur grec Louis Cruises pour un total de 380 millions de dollars. Ils quitteront respectivement la flotte NCL en octobre 2008 et octobre 2009.


Samedi 2 février 2008

Avant d'embarquer pour une navigation d'une quinzaine de jours à bord du NORWEGIAN DREAM, faisons-en d'abord un tour extérieur. Les photos n'ont pu être prises lors de l'embarquement à Buenos-Aires, eu égard aux nombreuses formalités obligatoires dont les exercices de sécurité et d'évacuation du navire, mais le lendemain, lors de l'escale de Montevideo.

NORWEGIAN DREAM
NORWEGIAN DREAM
NORWEGIAN DREAM
NORWEGIAN DREAM
Belle étrave
Gros plan sur la passerelle
Pupitre aileron bâbord
Nous sommes bien en Uruguay
 
NORWEGIAN DREAM
NORWEGIAN DREAM
NORWEGIAN DREAM
NORWEGIAN DREAM
Muraille un peu trop imposante
Quelques cabines avec balcon privé
Ponts supérieurs en terrasses et vastes espaces intérieurs multi-étagés
 
NORWEGIAN DREAM
NORWEGIAN DREAM
NORWEGIAN DREAM
NORWEGIAN DREAM
Cheminée non... basculée (1)
Divers modèles de canots de sauvetage et de chaloupes de débarquement
(1) Le mât et la cheminée du Norwegian Dream basculent en effet partiellement afin de lui permettre de passer sous des ouvrages d'art dont l'intrados est trop bas.
 
NORWEGIAN DREAM
NORWEGIAN DREAM
NORWEGIAN DREAM
NORWEGIAN DREAM
Quelques-uns des radeaux de sauvetage (pont promenade)
Bossoir d'embarcation et ses treuils

Pour terminer cette présentation extérieure du navire, revenons — en photos — sur sa jumboïsation de 1998 aux Chantiers Lloyd Werft de Bremerhaven (Allemagne). Durée des travaux : deux mois. Coût de l'opération : 69 M$ US.

NORWEGIAN DREAM
NORWEGIAN DREAM
NORWEGIAN DREAM
NORWEGIAN DREAM
Une fois le navire découpé en deux morceaux, ceux-ci sont écartés
Bloc de 250 nouvelles cabines
Mise en place des trois parties

Le nouveau bloc avait été entièrement construit dans un dock voisin, les pré-câblages effectués et les cabines entièrement aménagées (salles de bains comprises). Les photos-montages ci-dessous présentent le navire avant et après allongement.

NORWEGIAN DREAM
NORWEGIAN DREAM
... vu par tribord
... vu par bâbord
Le bloc ajouté comporte le restaurant "Four Seasons" (baies en rotonde) ici au niveau de l'International Desk (pont 9), mais aussi le casino au Star Desk (pont 10), le "Lobby" au Promenade Deck (pont 7) et de nombreuses cabines à divers ponts (Norway Deck, Atlantic Deck, Biscayne Deck, Caribbean Deck... mais au fait, ne serions-nous pas sur un navire américain ?).

Malgré ma démarche directement auprès du Commandant (le "Master" sur un navire anglophone), le Captain Haavard Ramsoey (norvégien), je n'ai malheureusement eu accès ni à la passerelle ni, a fortiori, à la salle machines (code ISPS invoqué évidemment). Voici donc simplement quelques caractéristiques supplémentaires du NORWEGIAN DREAM.

Caractéristiques complémentaires
Propulsion par quatre moteurs diesels MAN B&W, dont deux 8L40/54 et deux 6L40/54 (puissance totale 18 638 kW) - Deux hélices à pas variable Ulstein Liaaen FOD 340 (Rolls-Royce Marine) tournant à 135 tr/min - Entraînement des hélices via deux réducteurs GVE1650L (Rexroth Bosch) - Deux propulseurs d'étrave - Stabilisateur anti-roulis à ailerons repliables (Blohm et Voss) - Deux ancres à l'avant (de 8,7 t chacune) et une ancre à l'arrière (de 4,3 t) - Production d'électricité par deux générateurs diesels BRG-8 et un générateur BRG-6 (tous trois Rolls-Royce Marine) - Consommation de combustible : 1 100 gallons/h (sic), soit près de 100 m3/j  ou de l'ordre de 85-95 t/j (selon la densité du combustible) - Capacité de soute : 475 561 gallons (sic toujours), soit environ 1 800 m3 (1 gallon US = 3,785 x 10–3 m3) - Production d'eau douce par bouilleurs et désalinisateurs à osmose inverse.

Nous visiterons bien sûr l'intérieur du NORWEGIAN DREAM, profitant par exemple d'une journée en mer, mais pour l'instant il me tarde d'embarquer... alors, direction Buenos-Aires ! Après une grosse nuit de vol, la belle capitale de l'Argentine se présente sous un magnifique soleil en ce 2 février 2008... il faut dire qu'on y est au coeur de l'été, hémisphère sud oblige.


Navigation... notre route

Nous donnerons des cartes marines précises au fur et à mesure de ce périple maritime qui nous fera passer de l'Océan Atlantique à l'Océan Pacifique via le légendaire Cap Horn, mais voilà déjà une carte globale de l'Amérique du Sud présentant les différentes escales, de Buenos Aires à Valparaiso, et les distances parcourues entre elles.

Escales
Distance (NM)
Distance (km)
Buenos Aires (Argentine) — Montevideo (Uruguay)
 197
 365
Montevideo — Puerto Madryn (Argentine)
 715
1 324
Puerto Madryn — Port Stanley (Falklands - UK)
 642
 1 188
Port Stanley — Cap Horn (Chili)
 469
 869
Cap Horn — Ushuaia (Argentine)
125
 232
Ushuaia — Punta Arenas (Chili)
 283
 524
Punta Arenas — Puerto Chacabuco (Chili)
773
1 432
Puerto Chacabuco — Puerto Montt (Chili)
292
541
Puerto Montt — Valparaiso (Chili)
 613
 1 135
Total
4 109 NM
7 610 km
Les distances en mer sont exprimées en milles nautiques (en anglais, nautical miles, NM). Cette unité internationale correspond à une minute d'angle du méridien à la latitude de 45° (40 000 km, correspondant à 360 ° ou 360x60 ' ), donc 1 NM = 40 000 / (360x60) = 1,852 km = 1 852 m. Les vitesses des navires sont, quant à elles, exprimées en nœuds (nombre de milles parcourus en une heure) ou knots en anglais.

Page suivante

© Françoise Massard
  www.cargos-paquebots.net