Un demi-tour du monde à bord du CMA CGM NABUCCO (déc.2006-févr. 2007)
Françoise Massard




Lundi 15  janvier 2007

De Hong Kong à Shanghai


Venant de Hong Kong dont nous avons appareillé hier en fin d'après-midi, nous avons 790 milles à parcourir pour atteindre notre prochaine escale : Shanghai. Nous naviguons donc toute cette journée du 15.01. Beau temps, bonne visibilité, trafic intense pendant cette matinée de navigation en mer de Chine Orientale. Pour ma part, matinée calme, je lis tranquillement à la passerelle divers documents sur les ports de Chine. En voici un cours extrait (cf. encadré ci-après).

La Chine et ses ports
"En 2005, les ports chinois ont traité 3,8 milliards de tonnes de marchandises (70 % vracs secs, 15 % vracs liquides, 15 % marchandises générales) et 75,6 millions de conteneurs (evp) alors que 13 milliards d'euros ont été dépensés en travaux de développement portuaire. L'objectif du gouvernement pour la fin de la décennie est de porter le tonnage à 5 milliards et le nombre de conteneurs à 130 millions d'evp. La Chine a besoin de céréales et de matières premières (minerais, charbon, pétrole) pour ses besoins industriels intérieurs. A l'inverse, les secteurs manufacturiers d'exportation dopent de manière accélérée la conteneurisation."
On ne peut mieux synthétiser le dynamisme des ports chinois que cet extrait d'une "Note de synthèse" de l'Isemar récemment publiée... A lire en entier !
Source : Paul TOURRET — Les spécificités du modèle de développement des ports chinois, Note de synthèse n° 87, Isemar, septembre 2006.

Quelques pêcheurs sur la route du Nabucco... euphémisme !

Un nombre impressionnant de bateaux de pêche
(noter l'échelle à gauche de l'écran de droite)
Exemples de bateaux très
proches les uns des autres
Gros plan
sur un modèle courant ici


Point de midi
: pression 1 030 hPa - température de l'air 18 °C - température de l'eau 16 °C - humidité relative 71 % - vent N force 5 - état de la mer 3/4 - route de fond 033° - dérive 0° - correction gyro 0° - déviation – 2° - cap gyro 035° - cap compas 035° - latitude 25° 58,2' N - longitude 120° 27,5' E

L 'ETA à Shanghai est actuellement aux environs de 2 h la nuit prochaine. Courte nuit en perspective...


Mardi 16  janvier 2007

ESCALE DE SHANGHAI - YANGSHAN
Lat. 31° 12' N - Long. 122° 00' E - GMT + 8

En fait, l'arrivée à Shanghai, ou plutôt son nouveau Terminal conteneurs Yangshan, étant bien confirmée en pleine nuit, et sachant que je n'y verrai strictement rien d'autant que le temps ne s'améliore pas, je décide finalement de ne pas me faire réveiller. Ce sera donc la surprise demain matin...

Le nouveau Terminal conteneurs de l'île de Yangshan
Cf. photos du pont de 32 km qui le relie au continent et du terminal lui-même dans le document en annexe

L'accostage s'est donc parfaitement déroulé cette nuit : tout était fini à 5 h 05. Le CMA CGM Nabucco est à quai au poste 8 du Terminal de Yangshan (ci-dessus). Mais un brouillard intense recouvre les environs. De la passerelle, on voit à peine l'avant du navire ! Mes photos auront un caractère "Hamiltonien"... sans le talent correspondant hélas !

Installations gigantesques avec spreaders travaillant en double : deux "40 pieds" ou...

... quatre "20 pieds" sont donc manutentionnés en même temps. C'est 3 800 mouvements de conteneurs
qui seront réalisés durant cette escale qui n'aura pas duré 24 h. Impressionnant...

... d'autant que ce n'est pas au détriment de la sécurité (c'est la première fois que je vois les déverrouilleurs de twistlocks munis de harnais)
A ce rythme là, le Nabucco est vite "tout nu". Des dockers trient les barres de saisissage et les ridoirs qui serviront lors du rechargement
Détail des spreaders jumelés

Port de Shanghai
C'est le plus grand port de Chine, situé à l'embouchure du Yang Tsé Kiang (Chang Yiang). Très importants trafics fret et passagers, construction navale, etc. Sur l'ensemble du port de Shanghai, c'est 1 200 postes à quai, Ce port traite quelque 443 Mt de fret par an, dont 18 Mevp, et voit passer plus de 10 millions de passagers.
Le port comprend une douzaine de zones portuaires différentes, dont le tout nouveau Yangshan (zone portuaire située au large sur une île du même nom) créé de toutes pièces... en 1 300 jours (!) et opérationnel depuis fin 2005. Actuellement une dizaine de postes à quai s'étalant sur 1 600 m. Quand la construction du port sera achévée (date prévue : 2020), ce n'est pas moins de 20 km de quais qui seront disponibles, avec 50 postes à quai qui seront accessibles aux porte-conteneurs post Panamax. Une zone de 30 km2 au sol est prévue pour le stockage des conteneurs. La capacité escomptée à terme est de 25 Mevp/an. Le nombre d'équivalents-vingt-pieds est, pour l'année qui vient de s'écouler, de l'ordre de 3 millions (déjà 1,3 Mevp durant les six premiers mois de fonctionnement de ce nouveau port de Yangshan relié au continent par un pont routier de plus de 30 km). Ce hub (port d'éclatement et de regroupement des conteneurs) dessert Shanghai bien sûr, mais aussi la Chine centrale via le Yang Tsé Kiang, et plus largement tout le nord-est asiatique.


Mercredi 17  janvier 2007

Comme nous repartons dans la nuit du 16 au 17 et que la journée du 16 s'est passée dans un brouillard intense recouvrant toute la région, je ne connaîtrai rien de Shanghai, seulement son fameux Terminal de Yangshan. C'est déjà une belle expérience. La ville de Shanghai, ce sera pour une autre fois. Nous mettons le cap sur Ningbo.

Shanghai - Ningbo : 130 NM (# 240 km)
soit environ 5 h de route pour le CMA CGM Nabucco !
1 NM = 1,852 km



ESCALE DE NINGBO
la"vague paisible" en chinois
Lat. 29° 53' N - Long. 121° 33' E - GMT + 8 - TE max 22 m
Environ 185 Mt de fret/an dont 4 Mevp manutentionnés annuellement

Décosté de Shanghai-Yangshan à 4 h 51 cette nuit, c'est en effet vers 9 h de ce même jour (17.01) que commencent les préparatifs d'accostage à Ningbo. J'ai du mal à suivre ce périple chinois tellement cela va vite : escales rapprochées, dépaysement total (c'est la première fois que je pose mes pieds sur le sol chinois), il me faudra me remémorer tout cela au calme, sur la route du retour vers la France, par exemple lors des douze jours de traversée de l'Océan Indien, avant de rejoindre Suez. Mais revenons à Ningbo... l'arrivée s'y fait dans le brouillard le plus total !

Vu l'épais brouillard, il est plus facile de suivre notre avancée à travers les nombreux îlots
sur la carte électronique qu'aux jumelles !
Le CMA CGM Nabucco continue sa progression dans le brouillard... vive le radar
Un navire fantôme (le GUI HE)

OVERSEAS DONNA
OVERSEAS DONNA
Un autre navire famtôme : le OVERSEAS DONNA
d'après les données AIS
Les multiples ilôts sont plus visibles sur la carte
que de l'aileron de passerelle
OVERSEAS DONNA - Ex OVERSEAS DONA - 334 x 58,05 x 31 m - TE 22,7 m - JB 157 883 ums - JN 109 555 ums - PL 309 498 t - P 23 311 kW - V 15,2 nds - Capacité 342 703 m3 - Constr. 2000 - Pav. Iles Marshall.
C'est à 11 h que deux pilotes chinois montent à bord en vue de notre arrivée à Ningbo. A 12 h 54, nous passons la jetée du Terminal pétrolier et à 13 h 05 celle du Terminal minéralier. Un intense brouillard recouvre toute la zone, il pleut légèrement, un vent très fort (et très froid) souffle, nous doublons les épaisseurs de vêtements et gardons les jumelles sur le nez ! Nous progressons très lentement en raison de la très faible visibilité. Enfin, à 13 h 27, les toulines sont jetées à terre, toutes les gardes capelées à 13 h 30, le Nabucco en position à 13 h 35 et TPLM à 13 h 42. Nous sommes au Terminal conteneurs de Beilun, poste 1.
Ce site de Beilun est situé (cf. copies-écrans des cartes électroniques ci-dessous) près des zones portuaires de Jintang et Daxie, zones en plein développement.

Progression très lente, mais nous distinguons enfin (sur la carte !) les premières installations portuaires

On commence à deviner le Terminal Conteneurs...

Je n'en verrai guère plus du port de Ningbo... il est 13 h 30 et il ne fait pas vraiment jour !
Il fait très froid sur l'aileron

Située à 370 km au sud de Shanghai, dont elle est séparée par la baie de Hangzhou, et au-dessous de l'archipel Zhoushan, Ningbo est au confluent de trois rivières : Yong Jiang, Fenghua Jiang et Yao Jiang, ce qui lui a donné très tôt (IXe siècle, dynastie des Tang) un statut maritime. C'est d'ailleurs de nos jours l'un des plus grands ports de pêche de Chine (les eaux des îles Zhoushan sont très poissonneuses). Mais, d'où nous sommes, nous ne le verrons pas. Autrefois l'une des premières villes industrielles de Chine, ouverte aux étrangers dès 1842 (traité de Nankin), Ningbo perdit ensuite de sa superbe au profit de Shanghai. C'est la construction, en 1978, du port de Beilun (où nous allons accoster) qui a relancé l'activité de la ville. Ningbo, baignée par la partie nord de la Mer de Chine de l'Est, appartient à la région du Zhejiang.

Il pleut, il vente, il fait très froid, l'eau est très boueuse. Du quai, on ne fait que deviner le parc à conteneurs situé de l'autre côté des bassins. Curieuse impression de se croire en fin de soirée alors qu'on est en début d'après-midi.

Les bassins séparant les quais du parc de stockage des conteneurs sont vides à marée basse.
La photo Google (captée par J.P. Estas) montre une grande partie du Terminal Conteneurs

 
 
 
Les pilotes ne sont pas encore débarqués (le pavillon rouge et blanc n'est pas descendu), mais le Nabucco a hissé le pavillon jaune qui est le pavillon Q ou Québec ( — — • — ) pour signifier qu'il était "indemne" et qu'il demandait la "libre-pratique" (la "libre-pratique", en anglais "clean bill of health" ou "free practice", est l'autorisation donnée à un navire — par les autorités sanitaires — de communiquer librement avec la terre et donc de descendre du navire).
 

Le port comprend cinq zones : Zhenhai (construit en 1974 à l'entrée du Yong Jiang), Ningbo proprement dit, Beilun, Suanshan et Daxie Island. Hormis les porte-conteneurs et les pétroliers / chimiquiers, les navires touchant cette zone portuaire transportent essentiellement des produits ferreux, du charbon, du ciment, des céréales, des fertilisants, etc. Depuis 2005, ce port s'est associé à celui de Zhoushan, pour n'en plus former qu'un seul.


Malgré l'épais brouillard qui ne semble pas vouloir se lever, je décide quand même d'aller faire un tour à terre et d'aller visiter (rapidement... ) la ville de Ningbo distante de 30 km du terminal. Malheureusement, le temps de régler les problèmes administratifs, d'attendre le taxi (!) et de parcourir les 30 km (en freinant un peu tout le long du chemin... tant la circulation, assez dense d'ailleurs, est assez "libérée" des règlements !!!), je ne verrai qu'une toute petite partie de cette ville, et en grande partie de nuit.


 
     
Revenue à bord vers 22 h, je vérifie l'ETD : l'heure estimée du départ vers Xiamen est toujours 5 h 30 pour cette nuit. Vu cette heure de nouveau matinale... toujours sans beaucoup de visibilté, je laisse mon réveil à son heure habituelle : 7 h, pas la peine de l'avancer ! Je me promets simplement de monter à la passerelle avant de prendre mon petit déjeuner.

Ningbo - Xiamen : 480 nm (# 890 km)
soit environ 18 à 20 h de route pour le CMA CGM Nabucco
1 nm = 1,852 km


Page précédente
Page suivante

© Françoise Massard
  www.cargos-paquebots.net