Quais de Seine à Paris (août-septembre 2012)
Françoise Massard

Ci-dessus, barque en bronze gallo-romaine trouvée à Blessey (Côte-d'Or), sans doute un ex-voto à la déesse Sequana
Page suivante

C'est dans la Côte d'Or, près de Saint-Germain-Source-Seine, que la Sequana, autrement dit la Seine, prend sa source à 471 m d'altitude. Sur les presque 800 km qui la mènent jusqu'à la Manche (elle s'y jette entre Le Havre et Honfleur), la Seine traverse de nombreux départements (17 exactement) dont ceux de l'Ile de France, y compris celui de Paris. Ses principaux affluents sont : Oise, Marne, Aube (en rive droite) et Yonne, Loing, Essonne, Eure (en rive gauche). Ses principaux ports : Paris (Paris-Tolbiac, Gennevilliers, Bonneuil-sur-Marne, Limay, Montereau, etc.), Rouen, Le Havre (d'autres photos ici). Le bassin de la Seine comprend 1 584 km de voies navigables dont 581 km de voies à grand gabarit (> 650 t), 854 km de voies au gabarit Freycinet (écluses de 39 m de long et 5,20 m de large), 87 km de voies à vocations multiples et 62 km de voies touristiques. La Seine proprement dite est classée "navigable" sur 517 km, à partir de Marcilly-sur-Seine (à sa confluence avec l'Aube). La dénivellation de 67 m entre Marcilly et la mer est franchie grâce à 25 écluses, dont seulement 6 entre Paris et la mer (26 m de dénivelé pour une longueur totale de 355 km). La Seine navigable est fluviale entre Marcilly et le Pont Jeanne d'Arc à Rouen (PK 242), puis maritime au-delà (les bateaux de commerce ont obligation de prendre un pilote de la Station de Pilotage de la Seine). La vitesse maximale autorisée varie selon les sections : 28 km/h de la mer à La Bouille (PK 260) - 14 km/h de La Bouille au pont Jeanne d'Arc à Rouen (PK 242) - 12 km/h du PK 242 au PK 233 - 18 km/h du PK 233 au PK 8,7 (pont du périphérique aval à l'entrée de Paris) - 12 km/h dans Paris. La navigation commerciale bénéficie d'une priorité absolue sur les bateaux de plaisance, même si ceux-ci naviguent à la voile ou à la rame. Le bief de Paris est compris entre les écluses de Suresnes (à l'aval), de Port-à-l'Anglais (à l'amont) et de Saint-Maurice (sur la Marne).

PK = point kilométrique, le PK 0 étant à Paris. A noter que les vitesses en navigation fluviale s'expriment en km/h et non en nœuds (nd).

Balade le long des quais rive gauche entre le pont Mirabeau et le pont d'Iéna

Long de 173 m pour 20 m de large (avec une travée centrale de 96 m), le pont Mirabeau relie le quai de Javel (Paris XV) au quai Louis-Blériot (Paris XVI), connectant la rue de l'Amiral Cloué et le rond point du Pont Mirabeau. Conçu par les ingénieurs Paul Rabel, Jean Résal et Amédée Alby, ce pont en arc fut construit entre 1893 et 1896 par l'entreprise de constructions métalliques Daydé & Pillé (intégrée aujourd'hui au groupe Eiffel). Les piles du pont portent quatre statues de bronze, œuvres du sculpteur français Jean-Antoine Injalbert. Elles représentent la Ville de Paris, le Commerce, la Navigation et l'Abondance. Le pont a été restauré à deux reprises, en 1957 et 1990. Il est classé monument historique depuis 1975.

Pour la petite histoire, c'est dans ce quartier du quai de Javel que le chimiste Berthollet avait fondé en 1777 sa manufacture de produits chimiques qui fabriquait, entre autres, l'hypochlorite de sodium… que l'on connaît sous le nom d'eau de Javel.

Pont immortalisé bien sûr par le célèbre poème
(1912) de Guillaume Apollinaire (1880-1918) :

Sous le pont Mirabeau coule la Seine
Et nos amours
Faut-il qu'il m'en souvienne
La joie venait toujours après la peine

Vienne la nuit sonne l'heure
Les jours s'en vont je demeure (…)


Cette balade pédestre "eastbound" le long des quais André Citroën, de Grenelle et Branly me donne l'occasion de photographier de nombreux bateaux à quai (plus de 12 km de promenade piétonne le long de la Seine sont mis à la disposition des Franciliens depuis le début des années 2000).

La Compagnie des bateaux à roue comprend plusieurs bateaux amarrés au Port de Javel, légèrement à l'amont du Pont Mirabeau. Parmi eux : le RIVER PALACE (60 x 9,2 m - Constr. 1999 - Cap. 220 personnes avec repas), le TENNESSEE (50 x 9 m - Constr. 1998 - Cap. 120 personnes avec repas) et le MISSISSIPPI (30 x 8 m - Constr. 2003 - Cap. 70 personnes / 60 avec repas).


RIVER PALACE
TENNESSEE
TENNESSEE
MISSISSIPPI
RIVER PALACE
TENNESSEE
MISSISSIPPI

La société Yachts de Paris gére une petite dizaine de navires, dont le PAQUEBOT, leur navire-amiral (85 x 10,2 m - TE 1,6 m - Déplac. 1 034 t - Ptot 736 kW - V 11 km/h - Constr. 1946 - Equipage 4 hors personnel accueil et restauration - Cap. 800 personnes / 420 avec repas). Tout est fait pour rappeler les transatlantiques : vaste salle à manger, trois ponts et deux majestueuses cheminées extérieures sur lesquelles on retrouve le logo de l'armement. A droite, le bateau CONSTANCE (pas d'infos à son sujet).


PAQUEBOT
CONSTANCE

Egalement amarré au Port de Grenelle (Paris 75015), à quelques encablures de la Tour Eiffel, le CLIPPER PARIS (56 x 9 x 3,4 m - TE 1,3 m - Déplac. lège 240 t - PL 40 t - Ptot 430 kW - V 21 km/h - Constr. 2007 par la Société de Métallurgie et de Construction Navale de Saint-Nazaire - Cap. max. 250 personnes) a pour port d'attache le Paris Yacht Marina. Il a en effet été conçu par Didier Spade, déjà à l'origine — avec l'aide du cabinet d'architecture nantais HT2 — de la flotte de la Compagnie des bateaux à roue (cf. ci-dessus) dont il était propriétaire. Cheminée et mâts sont amovibles, et la timonerie est montée sur vérins, le TE du bateau pouvant ainsi être fortement abaissé, ce qui lui permet de naviguer même si la Seine est en crue. Sur le quai, un bâtiment de 300 m2 offre un confortable "Club House" et héberge "L'Atelier du France", espace évènementiel en bord de Seine. Repérable de loin grâce au "nez" du FRANCE de 1961 (cf. d'autres infos ici), ce bâtiment accueille avant tout les différents partenaires du projet "Nouveau FRANCE", projet mené par Didier Spade justement, en partenariat avec les chantiers STX de Saint-Nazaire. L'ex armateur fluvial espère un lancement de "son" FRANCE en 2015.

CLIPPER PARIS
L'Atelier du France

Sur fond de la Maison de la Radio (en rive droite, tout à gauche de la photo), la Statue de la Liberté à l'extrémité aval de l'Ile aux Cygnes, île encore appelée (moins poétiquement) digue de Grenelle car lors de sa construction (en 1825) elle faisait partie du Port de Grenelle. Cette digue, qui s'étend entre les ponts de Grenelle et de Bir-Hakeim, porte désormais une longue allée de près de 900 m de long et d'un peu plus de 10 m de large où il fait bon flâner. Quant à la Statue de la Liberté (offerte à la France par le Comité des Américains de Paris), c'est une réplique (à l'échelle 1/4) de la Statue de la "Liberté guidant le monde" de New York du sculpteur français Frédéric-Auguste Bartholdi, qui fut installée sur l'Ile pour l'Exposition universelle de 1889, soit trois ans après l'original (ce dernier fut en effet érigé au milieu du port de New York, sur Liberty Island — au S-O de Manhattan — en 1876 pour la célébration du centenaire des Etats-Unis). Contrairement à l'original qui mesure 46 m de haut, la réplique parisienne ne fait "que" 11,5 m. Elle a été inaugurée par le président Sadi Carnot le 4 juillet 1889, jour anniversaire de la fête nationale des Etats-Unis (Independence Day). Fondue par les frères Thiebaut (cinq générations de fondeurs), cette réplique en bronze regardait à l'origine la toute nouvelle tour Eiffel, "clou" de l'Exposition de 1889. Le souhait initial du sculpteur, qui aurait préféré que sa statue regarde vers l'Ouest, vers l'Amérique, fut enfin exaucé en 1937, mais il était hélas déjà mort depuis plus de 30 ans.

Né à Colmar en 1834, Frédéric-Auguste Bartholdi est en effet mort à Paris en 1904 (il repose au cimetierre Montparnasse). Cet ancien élève des Beaux-Arts fut internationalement connu grâce à cette statue offerte par les Français aux Américains, mais il réalisa de nombreuses œuvres tant en France (comme le "Lion de Belfort" à Belfort — celui de la Place Denfert-Rochereau à Paris n'est qu'une copie plus petite, ou la "statue de Champollion" érigée dans la cour du Collège de France de Paris, ou encore la "statue équestre de Vercingétorix" à Clermond-Ferrand, pour n'en citer que quelques-unes) qu'à l'étranger (aux Etats-Unis notamment).
Ci-dessous à droite, le DINTEL, avitailleur fluvial de la société AAS Carburants.

Statue de la Liberté
DINTEL

Ci-dessous le paquebot fluvial BOTTICELLI de l'armement strasbourgeois CroisiEurope (110 x 11,4 m - Cap. 151 passagers (75 cabines) - Constr. 2004 - Rénov. 2010 - Port d'attache Strasbourg).


BOTTICELLI
BOTTICELLI
BOTTICELLI

La péniche NOVA se loue "en meublé" pour les touristes.

NOVA
CREPUSCULE - PEARL RIVER - NINA

Depuis le début des années 1970, une vingtaine d'habitations fluviales se sont ancrées sur la Seine au niveau du pont de Bir-Hakeim. Ce sont toutes d'anciens automoteurs qui ont fait une carrière commerciale complète de navigation en eaux intérieures. Parmi eux, beaucoup de "Freycinet", péniches au gabarit standard (38,50 x 5,05 m), qui tirent leur nom de celui de Charles Louis de Saulces de Freycinet qui fut ministre des Travaux Publics de 1877 à 1879 et qui a beaucoup normalisé la réglementation du transport. Egalement des unités plus grandes (45 m de long), d'autres de type "tjalk" hollandais (ne dépassant généralement pas 30 m de long), ou "Luxmotor", également d'origine néerlandaise (25 à 30 m de long pour environ 5 m de large), etc. Certaines sont habitées par leurs propriétaires-mariniers d'origine. Belle surface habitable pour ces "bateaux-logements" : de l'ordre de 145 m2 pour une Freycinet. Tous ces bateaux, en plus de leur âge, ne seraient de toute façon économiquement plus rentables en raison de leur faible gabarit (de l'ordre 350 tpl), désormais remplacés par des unités de 4 000 à 5 000 t.

ITINERANT - SIAM - ?
PYRGOS - QUARTZ - VENERANDA

D'autres bateaux stationnaires de part et d'autre du pont de Bir-Hakeim (autrefois appelé viaduc de Passy).

JOLENE - ? - VERTROUWEN
ALPHONSE - FRALDE

Situé entre les quais de Passy (Paris XVI) et de Grenelle (Paris XV), le Pont de Bir-Hakeim mesure 250 m de long et 25 m de large. Ce pont-viaduc, sur lequel passent voitures et métro, a été construit de 1903 à 1906 à la place du Pont de Passy (ce dernier étant une construction temporaire pour permettre le passage d'une rive à l'autre lors de l'Exposition Universelle de 1878, le pont d'Iena étant alors interdit au public durant cette période). Ce pont à deux étages a été refait en 1919-1920 et renforcé en 1954-1956. Il porte le nom de la ville Lybienne où les troupes de la France Libre ont héroïquement résisté, en juin 1942, aux Panzers du maréchal Rommel.

CONNEXUS
ST ANTOINE
SIMPATICO

Gros plans sur les gouvernails actionnés par des chaînes de deux des péniches à quai.

ESSOR
JOPIE

Le Pont d'Iena, situé dans l'axe des Jardins du Trocadéro et du Champ de Mars, relie les 7e et 16e arrondissements de Paris. Sa longueur est de 157 m, sa largeur de 35 m. Il comporte cinq arches. Construit à la demande de Napoléon Bonaparte, il fut édifié entre 1809 et 1813, sous la direction de l'Ingénieur des Ponts & Chaussées et homme politique Corneille Lamandé. Ce pont fut élargi à deux reprises : en 1914 et 1937. Il devait initialement s'appeler pont du Champ de Mars, mais l'empereur préféra lui donner le nom de la victoire qu'il venait de remporter sur les Prussiens le 14 octobre 1806. A la chute de l'empire en 1815, les Prussiens voulurent détruire le pont à cause de son nom. Aussi fut-il aussitôt renommé pont des Invalides, mais retrouva son nom d'origine dès 1830.

Côté Paris XVI, le pont d'Iena est dominé par le Palais de Chaillot, qui abrite le musée national de la Marine et le musée des Monuments français. Le Palais de Chaillot fut construit en 1937 pour l'Exposition Internationale des Arts et Techniques, s'appuyant sur l'ancien palais du Trocadéro, lui-même construit pour l'Exposition Universelle de 1878. Les deux ailes du bâtiment actuel sont séparées par l'esplanade des Droits de l'Homme. Il est l'œuvre des architectes Jacques Carlu (1890-1976 / "Grand Prix de Rome"), Louis-Hyppolite Boileau (1878-1948 / plusieurs générations d'architectes) et Léon Azéma (1888-1978 / "Grand Prix de Rome" en 1921).


Navigation sur la Seine entre le pont d'Iéna et le pont d'Austerlitz… cf. page suivante

 
Dernière mise à jour : 12.04.2015

© Françoise Massard
  www.cargos-paquebots.net