Navire-musée SOLDEK (Gdansk)
Françoise Massard / Jean-Michel Bergougniou

Cliquez sur les photos pour les agrandir

PROLOGUE

J'avais eu l'occasion de passer, en coup de vent, dans la ville polonaise de Gdansk en 1996, mais à l"époque je m'intéressais plus à l'architecture des bâtiments (terrestres) qu'à l'architecture navale. Bien sûr, je m'étais quand même promenée le long de la rivière Motlawa et avais alors pris ces deux photos montrant, entre autres, trois navires à quai amarrés devant les "Greniers" de la ville. A l'une de mes interrogations, il m'avait été répondu qu'il s'agissait de "navires appartenant au Musée maritime local". J'en étais restée là, et à ma grande honte (aujourd'hui), j'avoue n'avoir pas poussé plus loin mon investigation maritime, faute de temps d'abord (belle excuse !), mais aussi, je le répète, je n'étais pas encore sensibilisée à la "chose maritime".


Il n'en était déjà plus de même, dix ans plus tard, quand je participais (pour la première fois) au "Festival Livres et Mer", un classique de la ville de Concarneau, qui était présidé par François Bellec pour cette édition d'avril 2006. J'eus ainsi l'occasion de rencontrer de nombreux auteurs d'ouvrages devenus entre temps mes livres de chevet. Et même si la BD ne figure pas parmi mes lectures prioritaires, je connaissais quand même la célèbre série Tramp et c'est avec plaisir que je fis alors la connaissance du dessinateur de cette série, Patrick Jusseaume (cf. photos ci-dessous).

Sur la photo de gauche, François Bellec et Michel L'Hour. Sur la deuxième photo, de gauche à droite, de part et d’autre de l’animateur Brieg Haslé, Georges Tanneau, Patrick Jusseaume, Jean-François Pahun (réalisateur d’un documentaire sur les Liberty-ships) et Joseph Coïc. On retrouve ces auteurs (et beaucoup d'autres qui étaient présents à Concarneau) dans la bibliographie du site.

Mais comme l'Histoire n'est jamais totalement et définitivement close, Jean-Michel Bergougniou me permet aujourd'hui (janvier 2011), non seulement de faire le lien entre ces deux évènements distants d'une décennie, mais aussi et surtout de pallier mes manques de 1996 en me (et donc nous) faisant visiter "virtuellement" le navire-musée SOLDEK. Qu'il en soit ici vivement remercié. Ses photos, présentées ci-après, ont été faites durant l'été 2004... à la demande de son ami Patrick Jusseaume justement ! En effet, l'épisode africain de sa série Tramp arrivait à sa fin et le héros, Yann Calec, abandonnait les Liberty pour un autre bateau stationnaire en Indochine, le THABOR (cf. deux dessins de PJ ci-dessus). Comme Patrick Jusseaume ne disposait d'aucun plan de ce navire lui permettant de donner avec précision les circulations, les coupes, etc., c'est Jean-Michel Bergougniou qui se chargea de trouver un "bateau... ancien", à vapeur, pas trop grand et pas trop difficile à dessiner. Comme il connaissait déjà le SOLDEK, il repartit en chasse de photos plus récentes, qu'il a la gentillesse de nous faire partager aujourd'hui.


Le "ore carrier" SOLDEK — Son histoire

Le SOLDEK, maintenant à quai face à la vieille ville de Gdansk, est un ancien minéralier polonais transformé en musée flottant à quai (sur la rivière Motlawa) au Centralne Muzeum Morskie, musée maritime de Gdansk (Pologne). Premier navire de haute mer à sortir des Chantiers Lénine, juste après la Seconde Guerre mondiale, il marque ainsi le début de la construction navale en Pologne (le chantier naval de Gdansk ouvrit ses portes le 19 octobre 1947). Le SOLDEK fut dessiné par une équipe d'ingénieurs polonais dirigés par Henryk Giełdzik (peut-être sur la base de plans fournis par le Chantier havrais Augustin Normand, mais cette information reste à valider).


SOLDEK
Le SOLDEK était donc un charbonnier, premier d'une série (de 29 navires) dite B-30, construit pour le compte de l'armement GAL (Gdynia-America Shipping Lines) qui le destinait au transport de charbon et de minerai de fer en Baltique et mer du Nord (cet armement en commanda six, les vingt-trois autres furent livrés à l'ex URSS). Sa quille fut officiellement posée le 3 avril 1948, en présence de Adam Rapacki, le ministre de la mer polonais de l'époque. Coque entièrement rivetée : environ 300 000 rivets furent utilisés, leur poids représentant environ 6 % de la masse totale de la coque ! Le navire fut lancé le 6 novembre 1948.
Il fut ainsi nommé en l'honneur du traceur de coques du chantier, Stanislaw Soldek (1916-1970), "meilleur ouvrier" ("shock worker", mouvement incitatif à la performance né en URSS à la sortie de la crise de 1929) et sa marraine fut tout naturellement Helena Soldek, épouse du valeureux traceur. Le SOLDEK fit ses premiers essais en mer en septembre 1949 et quitta Gdansk pour son voyage inaugural, avec à la passerelle le Commandant Zbigniew Rybiański, le 21 octobre 1949. Quatre jours plus tard, il arriva à Szczecin où eut lieu la cérémonie officielle de montée des couleurs.
Mise à l'eau du SOLDEK (Crédit photo : Musée de Gdansk)
Plaque d'entrée du musée maritime
Le cargo fut désarmé en 1980. Durant ses 31 ans de service (pour le compte de l'armement GAL, qui deviendra la Polish Steam Company au début des années 1950), il fit 1 479 voyages, toucha plus de 60 ports différents et transporta dans ses quatre cales quelque 3,5 millions de tonnes de fret. Après de longs mois de travaux de restauration au chantier naval de Gdansk, avec entre autres buts celui de le remettre le plus possible dans son état d'origine, il commença sa nouvelle carrière de "bateau-musée" en juillet 1985.

SOLDEK
SOLDEK

SOLDEK
SOLDEK


Le minéralier SOLDEK — Visite à bord

La visite complète commence bien sûr par celle du pont principal, avec ses quatre panneaux de cale.

SOLDEK
SOLDEK
SOLDEK
SOLDEK

Long de 87 m (hors tout) pour une largeur d'un peu plus de 12 m, le SOLDEK a un tirant d'eau de près de 6 m (voir caractéristiques précises en bas de page).

SOLDEK
SOLDEK
SOLDEK
SOLDEK

Il jaugeait 2 005 tx (jauge brute) et avait un port en lourd de 2 610 t. Il comportait quatre cales (dont deux sont désormais transformées en salles d'exposition).

SOLDEK
SOLDEK
SOLDEK
SOLDEK

On reonnaît, sur sa cheminée, les couleurs et le logo de Polsteam, l'ancienne Polish Steamship Company (Polska Żegluga Morska en polonais, d'où le sigle PZM).

SOLDEK
SOLDEK
SOLDEK
SOLDEK

Visite de la passerelle. Un jeune visiteur se prend un instant pour le timonier. Gros plan sur la barre et l'appareil à gouverner. Sur la photo de droite, radar. On aperçoit aussi le chadburn de l'aileron tribord.

SOLDEK
SOLDEK
SOLDEK
SOLDEK

Ci-dessous, la table à carte sur laquelle est posé un porte-voix. A droite, le local radio.

SOLDEK
SOLDEK
SOLDEK

Une même salle, divisée en deux par une cloison mobile, servait de carré officiers et de carré équipage. Cette pièce servait également de salle de cinéma, l'appareil de projection de film est encore à poste.

SOLDEK
SOLDEK
SOLDEK
SOLDEK

Ci-dessous, les locaux d'habitation : cabines officiers et équipage

SOLDEK
SOLDEK
SOLDEK
SOLDEK
SOLDEK
SOLDEK

Et, pour finir, descente dans les fonds du SOLDEK. C'est un "charbonnier", les deux chaudières à tubes d'eau Howden-Johnson (timbrées à environ 30 kg/cm2 et assurant une température de surchauffe de l'ordre de 350 °C) sont donc tout naturellement alimentées avec du charbon polonais qui était enfourné à la pelle par les deux trappes que l'on voit ci-dessous sur la photo de gauche.

SOLDEK
SOLDEK
SOLDEK
SOLDEK

Côté machine à vapeur proprement dite, bielle, vilebrequin, conduits divers, manomètres, etc.

SOLDEK
SOLDEK
SOLDEK
SOLDEK
SOLDEK

SOLDEK (Szczecin) - IMO 5333373 - Indicatif d'appel SPCJ - Ancien cargo charbonnier devenu musée à quai (1985) - 87,00x12,19x5,85 m - TE 5,50 m - JB 2 005 - JN 994 - PL 2 610 t - P 970 kW (machine à vapeur quatre cylindres / deux chaudières Howden-Johnson) - V 9 nd - Equipage 30 - Constr. 1949 (Stocznia Gdanska, Gdansk, Pologne) - Propr. Morski Centralne Muzeum (Gdansk, Pologne) - Pav. POL.


© Françoise Massard
  www.cargos-paquebots.net