Quelques ports et chantiers navals en Croatie et Monténégro
Françoise Massard

Navires cités dans cette page ( cliquez sur leurs noms ) : - Aksoy - Altair - Altarek - Antonio Suardiaz - Astro Altair - Astro Antares - Astro Arcturus - Astro Sirius - Bdoor - Christiane II - Deneb - Genca Quarto - Joanna Alexandra - Lady Duvera - Lady K II - Lord Jim - Makhachkala-3 - Medhufaru - Proleter - Punta Tragara - Radiant II - Rapoca - Renata I - Royal Clipper -  Trudbenik - Umba - Verina - Viking - Viking I - Volga 4001 -


C'est à bord de l'ARION que j'ai pu découvrir par la mer, en juin 2006, les principales villes côtières de la Croatie et du Monténégro. Je participais à une croisière thématique dont le but était d'approfondir l'histoire des cités maritimes antiques de la Côte Dalmate : Dubrovnik bien sûr, mais aussi Pula, Zadar, Split, Ploce, Korkula, Kotor, Rijeka, etc. C'est à l'occasion de certaines de ces escales (Pula, Ploce, Kotor, Rijeka) que j'ai pu rapidement prendre quelques clichés des ports, des chantiers navals ou encore de quelques navires marchands.

Cliquez sur le nom de l'escale, sur la carte ci-dessous, pour y arriver directement

La façade maritime de la Croatie, sur la côte Est de l'Adriatique, s'étend sur environ 530 km à vol d'oiseau. Mais, comme le montrent les deux extraits de cartes marines ci-dessous, c'est une côte extrêmement découpée qui s'étend en réalité sur près de 1 800 km.

Carte SHOM - Mer Adriatique Partie Sud (extrait)
Echelle 1 : 514 150
Carte SHOM - Mer Adriatique Partie Nord (extrait)
Echelle 1 : 493 500

La Croatie compte en plus près de 1 200 îles ou îlots (dont une soixantaine sont habités) représentant plus de 4 000 km de littoral insulaire. La Croatie, c'est donc quelque 5 800 km de côtes, soit un peu plus que la France (dont la superficie est dix fois supérieure).




PLOCE (GMT+1)

Les photos Google Earth ci-dessous montrent, en zoom croissant, la position de Ploce sur la côte croate, puis le détail de la côte au niveau de Peljesac et enfin un gros plan sur la ville et son port. La ville de Ploce est située à peu près à mi-distance de Split (au Nord) et de Dubrovnik (au Sud), à plus ou moins une centaine de kilomètres de chacune d'elles. Son port, le sixième de Croatie par son trafic (après Rijeka, Sibenik, Split, Zadar et Pula), est une zone franche.


Le port de Ploce est ainsi un port naturel situé sur la côte Est de l'Adriatique, à l'embouchure de la rivière Neretva, à environ 70 km au NO de Dubrovnik. Situé par 43° 03' N et 17° 26' E, il est naturellement protégé par la péninsule Peljesac (longue d'environ 70 km). Son tirant d'eau maximal est de 10,5 m. Plus de 4 Mt y ont transité en 2007, près de 600 navires y ont opéré.


Différents terminaux : passagers (ci-dessus, l'ARION), vracs solides (3 Mt env.), vracs liquides (plus de 500 000 t), conteneurs, etc. Un terminal est dédié à l'aluminium (cf. photos de gauche ci-dessous). A droite, le cargo de divers ALTAREK qui navigue désormais sous le nom de MEDHUFARU (sous pavillon des Iles Maldives).

ALTAREK
ALTAREK
MEDHUFARU (Male) - IMO 7508843 - 77,02x11,74x5,26 m - TE 4,54 m - JB 1 356 - JN 644 - PL 1 900 t - P 919 kW (mot. Werkspoor TMABS396) - V 12,2 nds - Cap. 73 evp - Constr. 1976 (Ast. de Huelva S.A., Espagne) - Pav. MDV. Ex ALTAREK (1996-2007, pav. VCT) - Ex GENCA QUARTO (1990-1996) - Ex PUNTA TRAGARA (1985-1990) - Ex VERINA (1976-1985).

A couple, ci-dessous, les remorqueurs sister-ships ALTAIR et DENEB.

ALTAIR et DENEB
ALTAIR et DENEB
ALTAIR et DENEB
ALTAIR et DENEB
ALTAIR (Split) - IMO 8030831 - 26,62x8,80x4,05 m - TE 3,54 m - JB 230 - JN 69 - PL 131 t - Ptot 1 598 kW (deux moteurs MAN 8L20/27) - V 13 nds - Constr. 1982 (Brodogradiliste Jozo Lozovina-Mosor, Trogir, Croatie) - Propr./Gérant Brodospas (Split, Croatie) - Pav. HRV. Ex TRUDBENIK (1982-1992).
DENEB (Split) - IMO 8030843 - 26,62x8,80x4,05 m - TE 3,54 m - JB 230 - JN 69 - PL 131 t - Ptot 1 598 kW (deux moteurs MAN 8L20/27) - V 13 nds - Constr. 1983 (Brodogradiliste Jozo Lozovina-Mosor, Trogir, Croatie) - Propr./Gérant Brodospas (Split, Croatie) - Pav. HRV. Ex PROLETER (1983-1992).

Petite discussion avec le Commandant du DENEB, pas en croate mais en anglais, et me voilà à bord du tug...

ALTAIR vu du DENEB
DENEB
DENEB
DENEB

DENEB
DENEB
DENEB
DENEB

J'ai même le droit d'aller faire un petit tour à la salle machines... très dense, façon sous-marin

DENEB
DENEB
DENEB
DENEB



PULA (GMT+1)

Le port de Pula (44° 52' N et 13° 51' E) est situé au nord de l'Adriatique, à environ 80 km de la frontière italienne. Accessible aux navires de 40 000 t de port en lourd au maximum et de tirant d'eau inférieur à 7,6 m, ce port moyen a traité 770 000 t et reçu 350 navires en 2007. Il exporte du charbon, du ciment, du vin et des fruits, et importe des produits alimentaires et des tôles pour son industrie navale.


Sur les vues satellitaires ci-dessus (photos Google Earth) et les photos ci-dessous, on distingue le wharf destiné aux navires de croisières, le port de plaisance et la zone des chantiers navals.

Petit aparté non maritime : comme on le devine ci-dessus, la capitale de l'Istrie abrite d'impressionnantes arènes construites à l'époque d'Auguste et agrandies sous Vespasien. Pouvant accueillir 23 000 personnes, c'est l'un des six plus grands amphithéâtres romains encore visibles à ce jour. Très bien conservées (bien qu'elles aient servi de... carrière de pierres quand Pula passa sous domination vénitienne), elles accueillent encore aujourd'hui de nombreuses manifestations (musicales, historiques, festival du cinéma croate, etc.).


Le chantier naval de Pula (cf. photos satellitaires ci-dessus) est l'un des cinq chantiers appartenant au gouvernement croate, lesquels emploient en tout quelque 12 000 personnes. La construction navale représente autour de 11 % des exportations du pays. La privatisation partielle des chantiers est en cours et le site de Pula (comme ceux de Kraljevica et de Trogir) devrait être privatisé courant 2009.


Le chantier Uljanic de Pula (dont la création remonte à 1856) compte, à lui seul, environ 2 000 employés. La Croatie figure dans le top 10 des constructeurs de navires, mais sa production reste évidemment faible par rapport aux chantiers asiatiques.

MAKHACHKALA-3
LORD JIM
Ci-dessus (photo 3), le cargo/ro-ro MAKHACHKALA-3 sur son chantier de construction (il venait juste d'être lancé). Ce rail-ferry a trois sister-ships, tous sortis du même chantier en 2005 et 2006 et numérotés de 1 à 4. Egalement, le yacht LORD JIM.
MAKHACHKALA-3 (Makhachkala) - IMO 9297826 - 154,50x18,30x7,50 m - TE 4,69 m - JB 8 547 - JN 3 135 - PL 5 946 t - Ptot 4 000 kW (deux moteurs MAN-B&W 5S26MC) - V 14 nds - Cap. 52 wagons - Constr. 2006 - Gérant Port de Makhachkala (Russie) - Pav. RUS.
LORD JIM (Hamilton) - IMO 1002342 - 43,6x8,8x5,1 m - TE 2,8 m - JB 506 - JN 151 - Ptot 1 156 kW (deux moteurs Caterpillar 3508TA / deux hélices) - Constr. 1991 (Scheepswerf Friesland, Lemmer, Pays-Bas) - Gérant Renaissance Technology - Pav. BMU. Ex JOANNA ALEXANDRA (1995-1998) - Ex LADY DUVERA (1991-1995).



KOTOR (GMT+1)

Le port de Kotor (42° 26' N et 18° 46' E) se situe au fond du plus grand fjord de Méditerranée que sont les Bouches de Kotor ("Boka Kotorska" localement, qui s'enfoncent d'une trentaine de kilomètres dans les terres), site classé au patrimoine mondial de l'Unesco. Ce port monténégrin peut accueillir des cargos de longueur hors tout maximale de 290 m avec un tirant d'eau n'excédant pas 13 m, mais il est surtout fréquenté par des navires de croisières (il n'est pas équipé en moyens de manutention). Une grosse centaine de navires y escalent annuellement. Peu de possibilités de réparation navale sur place, mais le chantier Bijela n'est qu'à 7 milles.


On atteint le port de Kotor après une superbe navigation de quelques heures au travers d'une succession de baies et de détroits dominés de hautes falaises (les montagnes karstiques de Lovcen et Orjen culminent à 1 749 m et 1 895 m). J'ai la chance de faire toute cette navigation à la passerelle et sur le pont avant, en compagnie de quelques ami(e)s de l'AMAP (Association Méditerranéenne des Amis des Paquebots) à qui je dois cette faveur.


Après avoir passé la Pointe d'Ostro, nous traversons la baie de Topla, puis longeons les rivages d'Herceg-Novi sur notre bâbord. Empruntant le canal de Kombur, nous débouchons dans la baie de Tivat. En traversant cette baie, nous apercevons les magnifiques îlots de Otok et Prevlaka qui abritent de superbes petits monastères (cf. ci-dessous à droite).. Les cloches de l'un d'eux répondent à la volée au salut de l'ARION, via sa corme de brume...


Nous laissons sur notre bâbord le chantier naval de Bijela (cf. photo Google), puis embouquons le canal de Verige qui débouche directement sur la baie de Kotor.


Quelques vues (prises de loin) du Chantier naval de Bijela, qui existe depuis 1927 et qui a été en grande partie reconstruit après le tremblement de terre de 1979 qui avait fortement touché le Montenegro (la ville antique de Kotor a aussi beaucoup souffert).

ASTRO SIRIUS
ASTRO SIRIUS (Piraeus) - IMO 9120932 - Pétrolier - 248,0)x43,0x19,8 m - TE 13,5 m - JB 53 074 - JN 28 469 - PL 98 805 t - P 14 048 kW (mot. B&W-Hyundai 5S70MC) - V 15 nds - Cap. 112 095 m3 - Equipage 30 personnes - Constr. 1996 (Daewoo, Geoje, Corée du Sud) - Gérant Kristen Navigation (Athènes) - Pav. GRC. Sister-ships : ASTRO ALTAIR - ASTRO ANTARES - ASTRO ARCTURUS

Nous débarquons à Kotor. Après une visite de la vieille ville, je ne peux m'empêcher d'aller visiter le Musée maritime installé dans le Palais Gregorina. Instruments, cartes et ouvrages de navigation, maquettes de bateaux, armes, peintures, etc. valent le détour.


Planisphère Philips (avec agrandissement partiel) - Date inconnue
Instrument de visée pour faire le point
par "segments capables (sans doute), pas de date
Octant du XVIIIe siècle (avec gros plan sur le curseur)
Carte de la Baie de Gibraltar
par M. Michelot (1707 ?)
Carte de la Méditerranée (J. Roux, 1764)
dédiée au Duc de Choiseul
Ouvrage de 1786
Quatre voiliers de la Compagnie Visin-Florio
par Vasilije Ivankovic (1870)

Avant de rembarquer, je fais quelques photos du navire à passagers RENATA I (à quai derrière lui, sur la photo de droite, le yacht LADY K II). On aperçoit également, sur le deuxième cliché, le ROYAL CLIPPER.

RENATA I
RENATA I
RENATA I
RENATA I & LADY K II
RENATA I (Panama) - IMO 6825696 - 40,19x7,83x3,13 m - TE 2,06 m - JB 335 - JN 136 - PL 73 t - Ptot 734 kW (deux moteurs MAN R8V16/18TL) - V 14 nds - Cap. 405 passagers (pas de cabines) - Constr. 1968 (Husumer Schiffswerft, Husum, Allemagne) - Pav. PAN. Ex CHRISTIANE II (1999-2001) - Ex VIKING I (1991-1999) - Ex VIKING (1968-1991).

D'autres photos du LADY K II
LADY K II
LADY K II
LADY K II
LADY K II
LADY K II (Panama) - IMO 1000019 - 57,6x8,8x4,1 m - JB 551 - PL 164 t - Ptot 1 236 kW (deux moteurs Sulzer) - V 13,5 nds - Constr. 1961 (Austin & Pickersgill, Sunderland, Angleterre) - Gérant Azure Maritime (Suisse) - Pav. Pan. Ex RADIANT II (1961-2005).

Enfin, le ROYAL CLIPPER qui était mouillé sur rade, et sa chaloupe de débarquement

ROYAL CLIPPER
ROYAL CLIPPER



RIJEKA (GMT+1)

Précisons tout de suite que Rijeka ("fleuve" en croate) est l'ancienne Fiume austro-hongroise puis italo-yougoslave (avec la même signification), située sur la Baie de Kvarner, dans la partie nord-ouest de la Croatie d'aujourd'hui. C'est la principale ville portuaire du pays.

Déclaré "port d'intérêt économique spécial", le port de Rijeka (45° 20' N et 14° 26' E) est le plus important port de l'Adriatique et le premier port de Croatie, largement tourné vers le commerce international, et employant environ 3 000 personnes.


Un ambitieux programme de modernisation du port, avec réaménagement des espaces existants et développement de nouveaux terminaux, est en cours depuis 2004. Face à l'attrait touristique croissant de la côte Dalmate (le tourisme, à lui seul, représente un peu plus de 20 % du PIB de la Croatie, laquelle accueille 10 millions de touristes par an), le projet prévoit, entre autres, la construction, sur le site de l'actuel port de marchandises, d'un nouveau terminal passagers (ferries et paquebots), vaste et moderne, tourné vers la ville de façon à ce qu'elle profite directement des retombées économiques liées à cette importante augmentation du trafic croisières. Le Rijeka Gateway Project prévoit de déplacer les bassins de commerce actuels, avec la création de nouveaux terminaux et d'importantes aires de stockage.



Le port de Rijeka (port en eau profonde, 18 m de tirant d'eau maximal) comporte quatre bassins à flot : Rijeka pour les vracs (céréales, phosphates, minerais) et les petits pétroliers - Susak pour les conteneurs (zone de Brajdica, 40 000 m2 de stockage), le bois et les divers - Bakar pour les charbons et minerais, ainsi que pour les chimiquiers et rouliers - Rasa avec son terminal bois et le terminal crude.

En 2007, le port de Rijeka a traité plus de 5,6 Mt de produits secs et près de 7,6 Mt de produits pétroliers et dérivés.

Ci-dessous, le cargo/ro-ro RAPOCA  (Rijeka, pav. HRV en 2006) qui navigue aujourd'hui (août 2008) sous le nom de BDOOR (Panama).

RAPOCA
RAPOCA
RAPOCA 
RAPOCA 
BDOOR - IMO 7388231 - 106,36x18,01x11,36 m - TE 6,18 m - JB 4 605 - JN 1 550 - P 4 416 kW (mot. Stork 9TM5410) - V 14 nds - Cap. 9 450 m3 - Constr. 1976 (Enrique Lorenzo, Vigo, Espagne) - Gérant Accurate Shipping (Londres) - Pav. PAN. Ex RAPOCA (1987-2006) - Ex ANTONIO SUARDIAZ (1976-1987).

Ci-dessous, cheminée et bulbe du RAPOCA. A droite, une toute petite partie d'une grande zone de stockage de bois (la flilière bois est particulièrement développée en Croatie : 50 000 emplois et 30 millions de dollars par an à l'export) et d'une aire pour entreposer d'énormes blocs de granit.

RAPOCA 3
RAPOCA 3

Plus de 160 000 m2 de stockage couvert (dont le tiers pour le bois) et presque autant en open space. Le port dispose également de silos à grains et soja, de réservoirs pour huiles végétales, et de nombreux moyens de manutention : deux pontons-grues (30 et 100 t), un pont roulant de 300 t, une quarantaine de grues mobiles de 40 t, une centaine de chariots élévateurs, etc.

A quai également, le cargo de divers UMBA (Kingstown) qui navigue actuellement (août 2008) comme AKSOY (Monrovia).

UMBA
UMBA
UMBA
UMBA
AKSOY - IMO 8624278 - 139,81x16,55x6,70 m - TE 4,4 m - JB 4 911 - JN 1 623 - PL 6 277 t - Ptot 1 940 kW (deux moteurs SKL 8NVDS48A-3U / deux hélices) - V 10 nds - Cap. GRN 6 843 m3 / 140 evp - Constr. 1986 (Sudostroitelnyy Zavod Krasnoye Sormovo, Gorkiy, Russie) - Pav. LBR. Ex UMBA (1997-2008) - Ex VOLGA 4001 (1986-1997).

Le chantier naval de Rijeka, situé à 3 km au sud du port, remonte à la fin du XIXe siècle : fondé en 1896 sous le nom de "Chantier Lazarus", il devient le chantier "Viktor Lenac" en 1946 et prend son nom actuel, Viktor Lenac Shipyards, depuis son agrandissement et sa privatisation en 1993. Chantier de réparation navale, il s'est aussi spécialisé dans la reconversion de navires et développe ses activités à l'offshore. Il emploie autour de 900 personnes en interne et autant en sous-traitance.

L'activité "chantiers navals" à Rijeka remonte au XVe siècle. Elle emploie quelque 2 000 à 3 000 personnes

La Croatie est la quatrième puissance mondiale par habitant pour la construction navale (principaux sites : Rijeka, Pula, Kraljevica, Split, Trogir).

A côté de la construction navale et de la filière bois, les principales activités industrielles de Rijeka sont les constructions mécaniques et la pétrochimie. Son port pétrolier est situé à Omisalj (45° 13' N et 14° 32' E).

Zone franche comme Ploce, le port de Rijeka est une tête de pont pour le commerce entre l'Adriatique et les principaux pays d'Europe Centrale, et tout particulièrement la Hongrie.


Voir aussi quelques transbordeurs rencontrés lors de ce cabotage

© Françoise Massard
  www.cargos-paquebots.net