Quelques nouvelles de Curaçao (avril-mai 2016)
Françoise Massard
Navires cités dans cette page ( cliquez sur leurs noms ) : - Adonia - Azamara Journey - Azamara Quest - Insignia - Nautica - Ocean Princess - Pacific Princess - Regatta - R Three - Seaways - Sirena -
Page précédente
Cliquez sur les photos pour les agrandir
Page suivante

En escale à Willemstad le 27.04.2016, le paquebot américain PACIFIC PRINCESS, accosté au Mega Pier à Rif Fort.


PACIFIC PRINCESS
PACIFIC PRINCESS
PACIFIC PRINCESS
PACIFIC PRINCESS

PACIFIC PRINCESS (Hamilton) - IMO 9187887 - Indicatif d'appel ZCDS3 - MMSI 310504000 - Paquebot de croisières - 181,00x25,46x18,10 m - TE 5,95 m - JB 30 277 - JN 11 481 - PL 2 700 t - Ptot 18 596 kW (quatre moteurs 4T-12cyl Wartsila 12V32 couplés à quatre générateurs (4 649 kW chacun) qui alimentent deux moteurs électtriques CGE Alsthom (6 750 kW chacun) entraînant deux hélices à pas fixe) - V 18 nd - Prop. d'étrave (2 x 750 kW) - Cap. 702 passagers (351 cabines) - Equipage 372 - Constr. 07.1999 (Chantiers de l'Atlantique / STX France, Saint-Nazaire, France) - Propr. Carnival (Miami, Etats-Unis) - Gérant/Opérat. Princess Cruise Lines (Valencia, CA, Etats-Unis) - Pav. BMU - Ex R THREE (07.1999-08.2002). Sisterships : ADONIA (IMO 9210220 / 02.2001) - AZAMARA JOURNEY (IMO 9200940 / 06.2000) - AZAMARA QUEST (IMO 9210218 / 09.2000) - INSIGNIA (IMO 9156462 / 06.1998) - NAUTICA (IMO 9200938 / 01.2000) - REGATTA (IMO 9156474 / 11.1998) - SIRENA (IMO 9187899 / 10.1999 / Ex OCEAN PRINCESS 12.2009-03.2016).


Nous avons présenté, dans les deux pages précédentes, le plus vieux quartier de Willemstad, à savoir Punda. Ce nom vient du néerlandais "de punt" qui signifie "la pointe" ("le point" se dit "het punt"). En effet, c'est à l'extrémité d'une péninsule que débuta, en 1635, la construction de Fort Amsterdam, dont on voit les remparts sur la première photo ci-dessous. Ce nom "Punt" donné par les Néerlandais devint "Punta" en espagnol, puis déformé en "Punda", nom qu'il conserve de nos jours. Ce premier quartier de Willemstad, construit à l'est du chenal de Sint Annabaai se développa au cours du XVIIIe siècle au-delà des murs, vers l'est avec le quartier de Piertermaai et vers le nord avec le quartier de Scharloo (au-delà du Lagon Waaigat dont nous avons parlé sur la page précédente). Nous reviendrons sur ces quartiers historiques plus tard.


Mais aujourd'hui, nous allons nous intéresser au deuxième plus important quartier historique de Willemstad, celui de Otrobanda, qui fait le pendant de Punda, mais situé à l'Ouest du chenal de Sint Annabaai. C'est en effet en 1707 que la WIC (West India Company), autrement dit la Compagnie néerlandaise des Indes Occidentales, autorisa le développement de la ville à l'Ouest du chenal, c'est-à-dire de "l'autre côté" pour les habitants de Punda. Ceux-ci employaient donc le mot "overzijde" qui, en néerlandais, signifie "autre côté" ou "autre rive". Ce mot devint "Otrobanda" en papamiento (langue vernaculaire de Curaçao). Comme ce lieu n'était pas limité par des murailles (comme à Punda, où celles-ci ne furent volontairement détruites qu'entre 1861 et 1866), hormis le Rif Fort (ci-dessous à droite), le quartier d'Otrobanda put se développer rapidement, et en moins de 50 ans, il était déjà plus grand que Punda. Le Renaissance Mall et son Renaissance Curaçao Resort (photos ci-dessous), débouchant sur le Rif Fort (cf. infra), abrite un grand centre commercial, de nombreuses boutiques de luxe (plus d'une cinquantaine), un casino, des restaurants, etc. Comme on le voit sur la troisième photo ci-dessus, cette journée du 27.04.2016 est un peu particulière : c'est un jour férié, beaucoup de gens sont dans la rue, portant souvent un vêtement orange (couleur de la maison d'Orange-Nassau, initiée par Willem van Oranie 1533-1584). C'est en effet le "Koningsdag" ou "Jour du Roi", fête nationale aux Pays-Bas, et donc fêtée comme telle dans cette île de Curaçao, "État autonome au sein du Royaume des Pays-Bas".


Le "Koningsdag" ("fête du Roi") — autrefois "Koninginnendag" (fête de la Reine") — est un évènement festif célébré partout aux Pays-Bas (et dans les territoires relevant de la couronne néerlandaise) depuis le 31.08.1885 (date de l’anniversaire de la Reine Wilhelmina), les Souverains y participant activement. La fête passa au 30 avril au moment du couronnement de sa fille, la Reine Juliana, et ne fut pas déplacée quand sa propre fille, la Reine Beatrix, lui succéda en 1980 (celle-ci est née un 31 janvier, mais la date est peu propice à des festivités et c'était aussi une façon pour Beatrix de laisser à sa mère l'honneur de cette fête). Quand Beatrix a abdiqué (en 2003), en faveur de son fils le Roi Willem-Alexander, né un 27 avril, il a été décidé de revenir à la coutume et de commémorer la fête nationale le jour de la naissance du souverain en place. La fête nationale néerlandaise est donc désormais le 27 avril de chaque année (à noter simplement que si le 27.04 tombe un dimanche, le Koningsdag est exceptionnement fêté le samedi précédent). Durant toute cette journée (évidemment fériée), concerts, parades diverses, nombreux vide-greniers un peu partout et… aucune taxe ou autre contravention prélevée paraît-il !


Sur les deux premières photos ci-dessous, le Rif Fort, construit en 1828 pour protéger la ville (huit places fortes furent construites à Curaçao au cours de son histoire). Durant la Seconde Guerre mondiale, ce fort fut utilisé par l'armée américaine pour défendre l'entrée du port de commerce (un filet d'acier avait été tendu entre les deux rives du Sint Annabaai pour empêcher les sous-marins allemands d'y pénétrer). La forteresse fut ensuite abandonnée un certain temps, avant qu'un projet de réhabilitation ne voit le jour. C'est chose faite aujourd'hui avec le Riffort Village : le Rif Fort, avec ses murs de plusieurs mètres d'épaisseur, abritent aujourd'hui de nombreuses boutiques, des restaurants, des bars, etc. (sur la deuxième photo, on voit de l'intérieur une partie du fort réaménagé). Sur les deux photos de droite, la place Brion ("Brionplein" en néerlandais), place principale d'Otrobanda sur le front de mer. De là, on a une vue panoramique sur les jolies demeures colorées de l’Handelskade, quai longeant le Sint Annabaai côté Punda. Les belles bâtisses colorées logeant cette place Brion ont été construites à partir de 1888, date de mise en service du pont piétonnier Queen Emma Bridge, car le commerce s'est alors considérablement développé dans cette partie de la ville. Les commerçants aisés s'y installèrent progressivement.



Cet autre quartier historique de Willemstad s'est surtout développé à partir de la fin du XVIIIe siècle-début du XIXe siècle. Comme nous l'avons vu dans les pages précédentes, ce quartier Otrobanda est relié à Punda, quartier fondateur de Willemstad, par le Queen Juliana Bridge (pont de 55 m de haut construit en 1974) et par le Queen Emma Bridge (passerelle piétonnière pivotante construite en 1888), ces deux superstructures enjambant le chenal de Sint Annabaai.



Ci-dessous à gauche, la Basilique Santa Ana. Simple église lors de sa construction en 1752, elle fut élevée au rang de cathédrale en 1843 et enfin consacrée comme basilique par Paul VI en 1975. Sur les deux photos suivantes, rue jouxtant la basilique (et ses arbres en fleurs… je n'en connais pas le nom). A droite, l'ancienne maison du Gouverneur de Rouville (1812-1881), donnant sur la rive ouest du Sint Annabaai, abritant aujourd'hui un restaurant assez réputé.



Ci-dessous, l'entrée du Musée de Kurá Hulanda que j'aurai l'occasion de présenter en détail dans quelques pages. Ce musée, en plus d'être fort intéressant (il est en grande partie dédié à l'histoire de l'esclavage à Curaçao, et plus généralement dans le monde), est superbement enchassé dans un ensemble de maisons anciennes (plusieurs dizaines) entièrement restaurées et transformées en un superbe et luxueux complexe hôtelier.


Au début du XXe siècle, le quartier d'Otrobanda est désormais plus étendu que Punda, et tout aussi élégant. Mais, progressivement, les entrepôts coloniaux et les maisons des riches marchands vont être plus ou moins abandonnées et commencent alors à se délabrer. Fort heureusement, l'Unesco décide de classer ce quartier lui aussi historique, afin de limiter la détérioration déjà perceptible des bâtiments. Cet intérêt de l'Unesco pour Otrobanda alerte un certain Jacob Gelt Dekker, riche homme d'affaires néerlandais (né en 1948 in Oterleek, Nord Hollande). C'est ainsi qu'il achète en 1998, avec l'accord du Gouvernement de Curaçao, une centaine de maisons anciennes qu'il fait restaurer et aménager pour en faire un ensemble hôtelier 5* nommé Kurá Hulanda ("Cour néerlandaise" en papiamento) comprenant, outre les lieux d'habitation, des restaurants, des bars, des magasins, des piscines, un spa, etc., et le musée précédemment évoqué et sur lequel nous reviendrons. Cet ensemble est membre de la prestigieuse association "Small Luxury Hotels of the World".



Beaucoup d'employés de ce complexe hôtelier sont issus de l'ancienne zone tombée en désuétude d'Otrobanda. La création de cet hôtel a donc redynamisé le quartier dont d'autres maisons privées ont depuis été également restaurées depuis la mise en service de l'hôtel. Sur les deux premières photos ci-dessous, la réception du complexe hôtelier. Ensuite, l'une des ruelles entre les différentes maisons du "village-hôtelier".



Ici, autres ruelles et maisons du même "village".



Page précédente
Françoise Massard - 13.05.2016

© Françoise Massard 
 www.cargos-paquebots.net