L'archipel maltais : Malte - Gozo - Comino (09.1996)
Françoise Massard
Navires cités dans cette page ( cliquez sur leurs noms ) : - Analios Ethra - CMB Quellin - Cordillera - Libra San Antonio - Limari - Loa - Prostor - Puertollano - Quellin - Rang Dong 1 - Sangay -
 Cliquez sur les photos pour les agrandir


Avertissement — Ce dossier est une simple mise en ligne de mes photos faites en septembre 1996 (avec un vieil appareil) et de mes notes prises à cette époque, à l'occasion d'un séjour d'une dizaine de jours à Malte. Tous les chiffres et informations mentionnés ici datent donc de cette période. Certaines données peuvent par conséquent avoir évolué depuis.



L'archipel maltais : généralités

Situé à environ 80 km au Sud de la Sicile et à 250 km à l'Est de la Tunisie, au beau milieu de la Méditerranée orientale, l'archipel maltais comprend six îles, dont trois habitées : Malte, l'île principale et de loin la plus grande, Gozo, située au N-O, et entre les deux la petite île de Comino.
L'archipel maltais a une superficie totale de 320 km2, soit seulement un peu plus de trois fois la superficie de Paris.
L'île de Malte mesure au maximum 27 km de long sur 14 km de large. En 1996 (date de mon voyage), 320 000 personnes y vivent et 250 000 voitures y circulent… sans oublier les fameux autobus maltais !

Ci-dessous à gauche, une vue de l'île de Comino. Mais, on l'a dit, l'archipel maltais comprend aussi trois îles inhabitées : Cominotto (îlot ci-dessous sur la photo de droite), Filfla (sur la côte sud de Malte), réserve naturelle d'oiseaux, et l'île Saint-Paul.

Ci-contre, l'île Saint-Paul
Emprisonné à Césarée (Palestine romaine) depuis 58 apr. JC, pour avoir affirmé que Jésus était ressuscité, Saint Paul demanda à être jugé à Rome. C'est en s'y rendant qu'il fit naufrage à Malte (en 60), près de la villa de Publius, alors gouverneur de l'île. Saint Paul ayant guéri le père de Publius, le gouverneur romain se convertit alors au christianisme et devint le premier évêque de Malte.
Jugé puis mis à mort deux ans plus tard à Rome, Saint Paul devint le "Saint Patron" de Malte.

A l'extrémité droite de la première photo ci-dessous, on devine, au loin dans la brume de soleil, la petite île de Filfla (les Anglais s'en sont servis comme cible de tir durant leur occupation de Malte). Comme on le voit sur la deuxième photo, les îles maltaises sont très rocheuses (indispensable pour qu'elles résistent aux assauts répétés de la mer), avec de nombreuses falaises abruptes d'environ 250 m de haut au S et au S-O de Malte (partie culminante de l'île). A l'Est, prédominent les plages rocheuses (photo de droite).


Au N et au N-E, le plateau maltais descend en pente plus douce vers la mer et forme quelques petites baies bordées de plages de sable (comme Mellieha Bay, Golden Bay, Ghajn Tuffieha Bay, etc.) très prisées car peu nombreuses sur l'île. Pour les dos plus aguerris… un autre type de "plage" (cf. photo ci-dessous à gauche). L'archipel maltais comporte un nombre extraordinairement élevé de cavernes et d'arches de pierres, comme celle ci-dessous dite Fenêtre Zerka (ou "fenêtre d'azur") située dans l'île de Gozo.


Les premiers habitants s'installèrent à Malte il y plus de 7 000 ans. Durant ces millénaires, ces "cailloux rocheux" en pleine méditerranée furent l'objet de nombreuses convoitises. L'archipel maltais fut ainsi tour à tour dominé par les Phéniciens (800 - 550 av. JC), les Carthaginois (550 - 218 av. JC), puis à la faveur des Guerres Puniques par les Romains (218 av. JC - 400 ap. JC).
Témoignage de la présence romaine sur l'île, ce beau pavement de la villa romaine de Rabat (nous la visiterons plus tard). Puis ce fut au tour des Byzantins d'envahir Malte (400 - 870), suivis par les Arabes venus de Tunisie (870 - 1091), puis par les Normands de Sicile (1091 - 1194).
Temple de Mnajdra, au sud de Malte (3 000 ans av. JC)
Suivent les Souabes (1194 - 1268) qui sont des Germains, les Angevins de Naples (1268 - 1283), les Aragonais (1283 - 1410), les Castillans (1410 - 1530), les Chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem (1530 - 1798), les Français (1798 - 1800) avec la prise de Malte par Napoléon Bonaparte lors de sa campagne d'Egypte, et enfin les Anglais (1800 - 1974).

Indépendant depuis 1964 (le 21.09.1964 exactement), l'archipel maltais ne devint une République qu'en décembre 1974. Les différentes photos suivantes commémorent l'indépendance au Fort Saint-Elme (La Valette) le 21.09.1996.
Sur la photo du milieu, le Grand Bailli avec ses Gardes dans la cour du Fort Saint-Elme. Ci-dessous, la Patrouille aérienne maltaise évoluant au-dessus de la mer en face du Fort Saint-Elme.

Deux partis politiques à Malte : le "parti nationaliste" (le PN), actuellement (1996) au pouvoir, et le "parti travailliste maltais" (le MLP, pour "Malta Labour Party"). Le président Ugo Mifsud Bonnici (depuis 04.1994) et son premier ministre Edward Fenech Adami axent leur politique sur l'intégration de Malte à l'Union européenne (NDLR - Malte a de fait intégré l'UE en mai 2004 — devenant ainsi le plus petit Etat mais le plus densément peuplé de l'Europe — et rejoint la zone euro au 01.01.2008).



L'île de Malte est essentiellement un plateau rocheux posé sur la mer. "Ni montagnes, ni rivières" pourraît être sa devise. L'eau douce a donc toujours été à Malte un point sensible. L'archipel a un climat chaud en été (entre 25 et 40 °C) et doux en hiver (de 12 à 17 °C). Seulement quelques pluies de décembre à février, que l'on conserve précieusement dans des citernes pour l'irrigation. Aussi, depuis des décennies, Malte s'est lancée dans une course à l'eau douce pour pallier la faiblesse des précipitations et la rareté des nappes phréatiques. Actuellement (1996), cinq unités de dessalement d'eau de mer (dont une ultra-moderne) fournissent une grande partie de l'eau potable à la population. Le coût de production du mètre cube d'eau douce est toutefois tellement élevé que seulement 2 % des terres cultivables sont irriguées artificiellement, d'où une végétation très clairsemée sur toute l'île.

Les plantes, à feuilles persistantes pour la plupart, sont bien sûr adaptées à ce climat sec, comme les figuiers de barbarie (omniprésents), les magnifiques hibiscus, les câpriers (les câpres sont très présentes dans les plats maltais), les cactus géants ou encore les lauriers roses (qui hébergent parfois des cigales comme on le voit ci-dessous), les mimosas et les eucalyptus. A noter qu'il y a peu d'animaux, hormis des lézards et quelques cigales. En revanche, nombreux oiseaux de mer.

Si Malte s'autosuffit en électricité (deux centrales thermiques), le réseau de distribution électrique de La Valette (photo de gauche), comme celui de Mdina (photo de droite), ne semble pas (en tout cas en 1996) soumis à des normes très strictes.
Des recherches offshore, en cours (1996), misent sur des réserves de pétrole de l'ordre de 100 millions de tonnes (qui restent toutefois à valider). L'archipel maltais est ravitaillé en pétrole à plus de 60 % par la Lybie.
Compte tenu du manque de matières premières, les activités maltaises sont centrées sur les industries de transformation : textiles, fabriques de chaussures, conserveries, brasseries, vinification, etc. Par le biais d'importants avantages fiscaux ("centre financier offshore" depuis 1989), Malte a attiré de nombreuses sociétés étrangères travaillant dans les secteurs de l'électronique (comme Thomson), du meuble, des produits chimiques et pharmaceutiques, etc. Le chômage y est de ce fait assez faible (de l'ordre de 4 % en 1996).

Depuis le départ de la base navale britannique (en mars 1979), Malte a reconverti les arsenaux militaires en chantiers navals civils. Toutefois seulement 4 % de la population travaille dans ce secteur. Aussi, le gouvernement maltais a t-il décidé de créer un "port franc" (exemptions fiscales) afin d'attirer des navires marchands du monde entier et de devenir l'un des plus grands centres de rédistribution de conteneurs en Méditerranée. C'est un "hub" important en effet pour l'armement CMA CGM par exemple.
A quai le cargo LOA et le FPSO PROSTOR, construits dans les années 1970 et tous les deux ferraillés depuis.
LOA (Monrovia) - IMO 7531151 - Indicatif d'appel ELXT5 - Cargo de divers - 164,12x25,80x13,70 m - TE 10,00 m - JB 16 080 - JN 9 135 - PL 20 598 t - P 10 590 kW (mot. 2T-6cyl Sulzer 6RND76M / hélice à pas fixe) - V 19 nd - Cap. GRN 31 590 m3 / 600 evp (dont 40 reefers) - Equipage 28 - Grues 2x25 t / 2x15 t - Constr. 1977 (Sasebo Heavy Industries, Sasebo, Japon) - Pav. LBR - Ex LIBRA SAN ANTONIO (1999) - Ex CORDILLERA (1998-1999) - Ex LOA (1993-1998) - Ex SANGAY (1992-1993) - Ex LOA (1991-1992) - Ex CMB QUELLIN (1989-1991) - Ex QUELLIN (1977-1989). (NDLR - Le LOA devint le LIMARI en 2000 géré par l'armement chilien Southern Shipmanagement Chile et fut démoli sous ce nom en 2001).
PROSTOR - IMO 7396783 - Indicatif d'appel C6PE3 - Ancien pétrolier converti en FPSO en 1998 - 320,00x46,00x24,00 m - TE 16,80 m - JB 86 872 - JN 50 140 - PL 135 000 t - P 23 538 kW (turbine à vapeur Kawasaki / hélice à pas fixe) - V 16,5 nd - Cap. 162 260 m3 - Constr. 1978 (EN Bazan de Construcciones Navales Militares, Ferrol, Espagne) - Ex ANALIOS ETHRA (1994-1996) - Ex PUERTOLLANO (1978-1996). (NDLR - Le PROSTOR deviendra le RANG DONG 1 en 1997, sous pavillon Bahamas jusqu'en 2008 où il sera désarmé, et finalement démoli en 2011).

Voir également dossier (plus maritime) Escapade dans l'archipel maltais (22 au 26.06.2012)  — Photos d'Emmanuel Bonici

Malte tente également d'attirer les navires de croisières (et son patrimoine historique le lui permet largement), comme on le voit ci-dessous sur la photo de gauche qui présente une partie du Great Harbour (La Valette). Sur la photo de droite, pointe Sud de Sliema, vue du Strand. Là, c'est la pêche amateur et la plaisance qui l'emportent.


De la plaisance encore à Senglea (photo de gauche) et à Birgú / Vittoriosa (à droite).


Forte de ses 180 km de côtes (paradis des plongeurs), d'un ensoleillement exceptionnel et d'un patrimoine de près de 7 000 ans, Malte a fait depuis longtemps du tourisme un important cheval de bataille économique. Environ un million de touristes s'y pressent chaque année, dont la moitié durant l'été. Ce sont majoritairement des Britanniques, mais aussi des Scandinaves, des Allemands, des Italiens, des Tunisiens, des Français, etc. Nous allons précisément maintenant "jouer les touristes" et découvrir le patrimoine historique exceptionnel de la capitale de l'archipel maltais : La Valette, dont on voit une petite partie ci-dessous (photo prise de la terrasse des Jardins d'Upper Barracca).


La capitale du plus petit pays de l'UE : La Valette


Françoise Massard - 22.10.2016

© Françoise Massard
www.cargos-paquebots.net