Marine marchande - Quelques nouvelles au quotidien
Françoise Massard
Navires cités dans cette page ( cliquez sur leurs noms ) : - 360 - AEC Belief - Annamarie - Aura - Blue Vision - Bouzas - Capo Nero - Celebration - Chantaco - Chiberta - Costa Celebration - Costa Diadema - Costa Favolosa - CSCL Arctic Ocean - CSCL Atlantic Ocean - CSCL Globe - CSCL Indian Ocean - CSCL Pacific Ocean - Dan Sabia - Delta - Federal Adi - Fenja - Forte de Copacabana - Francop - Gaschem Nordsee - Goodfaith - Götaland - Gotland - Grand Celebration - Grand Holiday - Habib Express - Heerepoort - Helgaland - Henna - India - Jubilee - Kristin D - La Surprise - L'Audace - Lisa - Lys Ranger - Magellan - MSC Armonia - MSC Vega - Neptuno - Odin - Oeland - Onix - Pacific Sun - Page Akia - Paglia Orba - Pepin Express - Quinn J - Rivage Cote d'Azur - R/V Seward Johnson - Santa Virginia - Seabourn Sojourn - Silver Dream - SN Piraja - Sovereign - Space - Stena Germanica - Stena Germanica III - Stena Hollandica - Tina - Tavastland - Triton Highway - Varada Maresias - Viking Surf - Zenith -
Page précédente
 Rien de systématique dans cette rubrique, seulement quelques informations au gré de mes lectures ou des photos du jour...
Page suivante  

Le paquebot COSTA FAVOLOSA en escale à Rio de Janeiro (Brésil) le 12.12.2014
Le "Pain de Sucre" faisant face au "Christ Rédempteur" perché en haut du "Corcovado" au lever du soleil (vers 06h30).
Lever de soleil sur la baie de Rio de Janeiro.
Les mêmes (Pain de Sucre et Corcovado), sous un angle différent, ce soir vers 19h.
Corcovado et Christ Rédempteur en milieu de journée.
Quelques quartiers de Rio de Janeiro vus du haut du Corcovado.


Le paquebot COSTA FAVOLOSA en escale à Ilhéus (Brésil) le 10.12.2014

Nous avons appareillé de Salvador de Bali à 23h hier 09.12.2014 et avons navigué toute la nuit le long de la côte brésilienne, cap au sud-ouest. Ce 10.12, le pilote monte à bord du COSTA FAVOLOSA à 7h et le paquebot commence sa manœuvre d'accostage au port d'Ilhéus (14 º 47' 00" S - 39º 02' 00" W). Ce port est situé à 111 milles (environ 210 km) au sud de Salvador. Il est géré par la Companhia das Docas do Estado da Bahia (Codeba). Le nombre de navires y accostant annuellement est de l'ordre de 130, son trafic de marchandises s'élevant à 1 Mt. En dehors de l'exportation du cacao (cf. plus bas), l'une des principales marchandises est le soja. Le port dispose également d'un terminal de gaz liquéfié destiné au sud de l'état de Bahia et aux états Minas Gerais et Espirito Santo. Il reçoit par ailleurs de nombreux paquebots de croisière.

Troisième pôle touristique de l'Etat de Bahia, Ilhéus est surtout connu des lecteurs du célèbre écrivain bahianais Jorge Amado. On y retrouve bien sûr de nombreux lieux décrits dans ses romans (comme le "Bataclan" décrit dans "Gabriela, girofle et cannelle"). Mais l'histoire et l'économie de cette ville sont intimement liées aux plantations de "golden fruits" : les fèves de cacao (c'est en 1914 qu'appareilla le premier navire exportateur de cacao). La partie historique d'Ilhéus étant somme toute assez réduite, j'ai choisi de faire cette fois-ci non pas une visite de la ville mais une balade écolo dans la forêt où poussent des cacaoyers (ou cacaotiers). Pour l'atteindre, nous devons naviguer environ 30 min sur le Rio Santana. Aussi embarquons-nous sur un petit bateau brésilien (embarquement folklorique, pieds dans l'eau d'abord, puis passage par une barcasse, puis sur un premier bateau pour enfin atteindre "notre" bateau qui viendra à couple du précédent). La faible motorisation de notre embarcation nous permet de profiter de la végétation luxuriante, des mangroves abritant de nombreux oiseaux qui s'envolent à notre passage. Nous rencontrons de multiples pêcheurs (au moment de notre embarquement, puis sur la rivière).

Nous débarquons au "quai de l'agritourisme" (clin d'œil pour un débarquement presqu'aussi folklorique que pour l'embarquement !) et sommes accueillis par le propriétaire de la Fazenda Recreio qui nous offre un verre de "caïpirinha", le cocktail par excellence des Brésiliens (à base de "cachaça", le rhum blanc local, citron vert et sucre de canne). Nous en aurons bien besoin pour la suite… mais nous ne le savons pas encore. Nous sommes en effet conviés à une grande promenade dans la "forêt Atlantique" (la Mata Atlantica), faite d'une végétation autochtone exubérante, au cours de laquelle nous verrons des arbres à caoutchouc (les seringueiras), des arbres de fruits tropicaux (bananier, jaca, sapoti, siriguela, caja, graviola) et, but principal, des cacaoyers. Mais voilà, le chemin est étroit, en pente et il a plu une partie de la nuit, alors ledit chemin est devenu une piste de ski…sans skis ! Il s'en suit des dérapages plus ou moins contrôlés, voire des chutes dans la boue quand on n'a pas eu le temps de se rattraper aux branches des cacaoyers. Cela ne nous empêche pas de découvrir la fleur du cacaoyer et la cabosse (première et deuxième photos ci-dessous) : 120 jours se sont écoulés entre les deux. Notre guide nous montre l'intérieur d'une cabosse après l'avoir ouverte avec son coupe-coupe. Les grains de cacao, entourés de leur gangue gélatineuse, sont mis à tremper dans une cuve. En fermentant, la gélatine se transforme en une sorte de vinaigre et libère les grains. Ceux-ci sont alors séchés puis torréfiés. A ce stade, le cacao est encore très amer. Sur la photo de droite, un tas de cabosses vidées.

Au bout de deux heures, notre parcours du combattant prend fin et nous sommes chaleureusement accueillis par la propriétaire de la fazenda. Un nouveau verre de caïpirinha, doublé d'un verre d'alcool de cacao nous remettent sur pied ! Nous partageons ensuite un bon repas "écologiquement correct" (fait exclusivement avec les produits de la propriété), puis nous retournons à notre embarcadère de fortune, mais cette fois-ci en pick-up (aussi sale que nos pantalons !).
Nous sommes un peu en retard pour notre retour au port, mais le COSTA FAVOLOSA nous a attendus. Pas plutôt embarqués, la dernière coupée est remise à son poste de mer et le paquebot appareille pour Rio de Janeiro, distant de 646 milles (un peu moins de 1 200 km). Nous y seront dans deux jours.


Le paquebot COSTA FAVOLOSA en escale à Salvador de Bahia (Brésil) le 09.12.2014
Le port de Salvador de Bahia (12° 58' S - 38° 31' W) est situé à l'Est de l'entrée de "Bahia de Todos os Santos", autrement dit la "Baie de tous les Saints", ainsi nommée car cette petite mer intérieure fut découverte un 1er novembre, en l'occurrence le 01.11.1501, par le célèbre navigateur florentin Amerigo Vespucci (qui voyageait alors pour le compte des Portugais). Cette immense rade maritime parsemée d'îles forme un grand port naturel bien abrité. C'est l'un des plus grands ports exportateurs de fruits du Brésil. Le trafic y est important et, lorsque nous approchons notre port d'escale, vers 08h ce 09.12.2014, de très nombreux navires sont au mouillage en zone d'attente avant leur mise à quai. En voici quelques-uns.
SANTA VIRGINIA
DAN SABIA
GASCHEM NORDSEE
TRITON HIGHWAY
SANTA VIRGINIA
DAN SABIA
GASCHEM NORDSEE
TRITON HIGHWAY

En fin de journée, le paquebot SOVEREIGN vient nous rejoindre à quai, sous l'œil attentif du remorqueur NEPTUNO.
FORTE DE COPACABANA
VARADA MARESIAS
SOVEREIGN
NEPTUNO
FORTE DE COPACABANA
VARADA MARESIAS
SOVEREIGN
NEPTUNO

C'est à Salvador que l'histoire du Brésil a commencé au XVIe siècle. Elle est surnommée la "Rome noire" du Brésil : "Rome" car la ville compte, dit-on, 365 églises, et "noire" car c'est la ville la plus africaine de cet immense pays (sa population est constituée à 80 % des descendants d'esclaves africains). Cette ville a donc un caractère tropical et afro-brésilien très marqué. Ses habitants pratiquent un syncrétisme religieux très abouti entre le catholicisme romain et l'animisme africain, le tout mêlé à des croyances amérindiennes : c'est le candomblé, qui est très présent dans la vie spirituelle et culturelle de Salvador. Les statues Orishas (cf. ci-dessous), de 3 m de haut, sont les divinités de ce culte candomblé. En fait, à chaque saint catholique est associée une divinité africaine. Le Farol da Barra est construit sur le Fort de Santo Antonio qui fut construit en 1580. Ce phare marque la limite géographique entre la Bahia de Todos os Santos et l'océan Atlantique.
Gare maritime des car-ferries
Lagune Dique do Tororo et ses imposantes statues Orishas
Fort Santo Antonio & phare de Barra

Salvador de Bahia comprend deux parties : la "ville basse", où nous avons évidemment accosté, et la "ville haute". Cette dernière, appelée le Pelourinho, est le centre historique de Salvador (déclaré "Patrimoine mondial de l'Humanité" par l'Unesco en 1984). C'est le haut-lieu de rencontre de la culture africaine et de la culture coloniale portugaise. Eglises à tous les coins de rues, anciennes maisons colorées, jolies Bahianaises en costumes traditionnels de dentelles blanches (avec le "torço" noué autour de la la tête) vendant des "acarajés" (beignets salés à base de farine de haricots, garnis d'oignons et de crevettes et frits dans l'huile de palme, typiques de Bahia), tout cela contribue à donner une atmosphère très particulière à Salvador de Bahia. Le 29 mars 1549, la ville devint la première capitale du pays. S'enrichissant grâce à la canne à sucre, elle le restera pendant deux siècles, se couvrant d'églises et de belles demeures. Mais après la découverte de l'or dans le Minas Gerais, le centre d'activités se déplaça de Bahia à Rio de Janeiro qui devint la nouvelle capitale en 1763. En 1960, Rio laissera à son tour sa place à Brasilia, l'actuelle capitale du Brésil, ville construite de toutes pièces à l'intérieur du pays, dans le but de décongestionner la côte, surpeuplée et draînant toute l'activité du pays. Cette ville, inaugurée le 21 avril 1960, est surtout la capitale administrative, mais reste relativement peu peuplée (2,5 millions d'habitants) en comparaison de Rio de Janeiro (6,2 millions d'habitants) et surtout la mégapole Sao Paulo (près de 20 millions d'habitants, dont 11 intramuros). Ci-dessous quelques photos faites dans la ville haute, le Pelourinho.
Nous serons demain à Ilhéus et dans trois jours à Rio de Janeiro. Je débarquerai à Santos, le port de Sao Paulo… pour rejoindre la France et ses 30 °C en moins ! J'ai fait de très nombreuses photos durant ces trois semaines de mer et j'ai déjà bien avancé mon "Sea Report". Je le publierai par escales très bientôt.


Paquebot COSTA FAVOLOSA en escale à Maceio (Brésil) le 08.12.2014
Le COSTA FAVOLOSA a touché terre hier matin après six jours de traversée de l'Atlantique. Nous avons accosté à Recife (Brésil) sur le coup de 9h (Local Time). Nous l'avons quitté hier soir à 23h et navigué toute la nuit en longeant la côte brésilienne. Nous avons touché le port de Maceio ce matin à 8h. Située à 285 km au sud de Recife, la ville de Maceio est la capitale de l'Etat d'Alagoas (le Brésil compte 26 états + Brasilia, la capitale). Cette ville s'étend, le long du littoral du Nordeste, entre l'océan Atlantique et les lagunes de Mandau et Manguaba. Juste ici quelques photos en attendant mon rapport de mer (en cours de rédaction).
COSTA FAVOLOSA
ONIX
SN PIRAJA
COSTA FAVOLOSA
(Genoa)
Maceio (Brésil) - 09h43 (LT)
9° 43' 403 S - 35° 40' 58" W

ONIX
(Santos)

SN PIRAJA
(Rio de Janeiro)

Le port de Maceio, situé au nord de la ville, est le port naturel le plus abrité entre Recife et Salvador. Il est fermé par une digue de 3 000 m de long en forme de L inversé. Le port dispose de six postes à quai, dont deux dédiés au chargement / déchargement du sucre (la canne à sucre est toujours l'une des grandes filières de l'économie de la région). Un poste pour les chimiquiers et les pétroliers. Environ 260 navires y accostent chaque année. De 01 à 10.2014 : trafic marchandises de 2,1 Mt, dont 1,3 Mt à l'export (produits pétroliers et dérivés et sucre, essentiellement) et 0,8 Mt à l'import (gazole, engrais, blé, béton, clinker). Voici quelques navires à quai.

VIKING SURF
ODIN
AEC BELIEF
R/V SEWARD JOHNSON
VIKING SURF
(Port Vila)
ODIN
(Majuro)
AEC BELIEF
(Nassau)
R/V SEWARD JOHNSON
(Panama)

Quatre navires sont au mouillage dans la zone d'attente.
GOODFAITH
DELTA
QUINN J
FEDERAL ADI
GOODFAITH
(Limassol)
DELTA
(Montrovia)
QUINN J (et DELTA au fond)
(Majuro)
FEDERAL ADI
(Belize City)


Webmestre en navigation au milieu de l'océan Atlantique à bord du COSTA FAVOLOSA (05.12.2014)
En ce 05.12.2014, ma navigation à bord du COSTA FAVOLOSA se poursuit tout à fait agréablement, par une mer calme et avec une température extérieure de 27 °C. Le paquebot est ici à quai à Tanger. Nous avons quitté Santa Cruz de Tenerife le 01.12 à 17h et notre arrivée au Brésil (le premier port touché sera Recife) est prévue le 07.12 vers 09h. Nous sommes actuellement au milieu de l'Atlantique et passerons l'Equateur ce soir vers minuit. Je rédige en continu mon rapport de mer, mais la liaison internet à bord est insuffisante pour pouvoir le mettre en ligne. Il y aura donc beaucoup à lire à mon retour !
Point de ce jour à 06h20 (local time, soit 08h20 GMT) : notre position 3° 50' 50" N / 28° 40' 16" W - navigation au 205,4° - vitesse du navire 17,4 nd - température extérieure 27,3 °C - humidité 78,5 % - pression 1 007 hPa - vitesse du vent 10,7 km/h. Temps super clément donc, mais nous avons dû éviter une tempête qui sévissait il y a quelques jours entre Gibraltar et les Canaries (des vents de 60 nd et des vagues de plus de 10 m), Le commandant a préféré retourner se mettre à l'abri en Méditerranée, à Malaga (nous avons donc passé trois fois Gibraltar — malheureusement de nuit à chaque fois — puisque nous avions embarqué à Savone, dans le golfe de Gênes). Notre escale à Casablanca a été remplacée par une escale à Tanger et l'escale de Funchal (Madère) annulée… dommage car j'adore cette île. Mais prudence oblige avec 4 600 personnes à bord (3 500 passagers, 1 100 membres d'équipage).


Le dernier-né des paquebots Costa, le COSTA DIADEMA, à Marseille le 23.11.2014 — Photos Emmanuel Bonici

Il y a juste un an, nous annoncions la livraison pour octobre 2014 du nouveau paquebot-amiral de l'armement italien Costa Crociere Spa (Groupe Carnival), le COSTA DIADEMA. Le chantier italien Fincantieri l'a effectivement livré dans les temps. Quille posée le 10.12.2012, le COSTA DIADEMA fut lancé le 15.11.2013. Il a été livré le 29.10.2014. Il a été baptisé à Gênes le 07.11.2014 et a commencé deux jours plus tard sa première croisière commerciale au départ de Marseille. Il en est ce jour à sa troisième touchée du port phocéen. En effet, il effectue des croisières d'une semaine en Méditerranée occidentale : Marseille - Marseille (où il sera tous les dimanches) avec des escales à Barcelone, Palma de Majorque, Naples, La Spezia et Savone.


COSTA DIADEMA
COSTA DIADEMA
COSTA DIADEMA
COSTA DIADEMA

Avec ses 305 m de long, c'est le plus gros des paquebots Costa, mais aussi le plus gros paquebot de croisières battant pavillon européen. On notera, sur les deuxième et troisième photos ci-dessous, les tenders prépositionnés en débordement. En surplomb de ces tenders, le vaste pont-promenade (500 m de long). Sur ce pont-promenade, six rotondes semi-circulaires au-dessus de la mer (trois de chaque côté du navire) qui sont des espaces vitrés équipés de lampes chauffantes, pour le bien-être des marcheurs ou des joggers lorsque la température extérieure est plus fraîche.

COSTA DIADEMA
COSTA DIADEMA
COSTA DIADEMA
COSTA DIADEMA

COSTA DIADEMA (Genova) - IMO 9636888 - Indicatif d'appel ICBX - MMSI 247353700 - Paquebot de croisières - 305,70x37,20x11,20 m - TE 8,50 m - JB 133 019 - JN 121 694 - PL 11 118 t - P 74 538 kW (six moteurs 4T-12cyl Wärtsilä 12V46C couplés à six générateurs (de 11 000 kW chacun) qui alimentent deux moteurs électriques de propulsion (de 21 000 kW chacun) entraînant deux hélices à pas fixe) - V 20 nd - Six propulseurs transversaux (av. 3 x 2 200 kW / arr. 3 x 2 200 kW) - Cap. 4 947 passagers (1 854 cabines dont 913 avec balcon) - Equipage 1 253 - 19 ponts dont 14 ponts passagers - Grand pont promenade (500 m de long) surplombant les canots - Six restaurants (Adularia et Fiorentino, de 1 216 et 788 couverts) - Gelateria - Nombreux bars er salons - Grand théâtre déployé sur trois ponts (cap. max. 1 445 passagers) - Grande galerie commerciale (Portobello Market) - Cinéma - Casino - Bibliothèque - Discothèque - Espaces enfants et adolescents - Plusieurs piscines (dont le Lido Diana surplombé d’une grande verrière escamotable et le Lido Stella del Sud) et bains à remous - Vaste spa - Terrain de basket - Piste de jogging , etc. - Constr. 10.2014 (Fincantieri, Breda-Venise, Italie) - Propr. Carnival (Miami, Etats-Unis) - Gérant/Opérat. Costa Crociere SpA (Gênes, Italie) - Pav. ITA.


Quelques vues du port de Nice le 22.11.2014 en milieu de journée
Temps sec et très doux, mais ciel plus ou moins chargé selon les moments. Ci-dessous la passe d'entrée du port. Le premier bassin rencontré en venant du large est le Bassin du Commerce. Le bassin suivant est le Bassin des Amiraux (bordé du Quai Amiral Infernet et du Quai d'Entrecasteaux), essentiellement un bassin de service. Dans l'alignement des deux précédents, se trouve le Bassin Lympia, immense port de plaisance. Le creusement du port commença au milieu du XVIIIe siècle, à la demande du roi Charles-Emmanuel III de Sardaigne (Nice ne faisait pas encore partie de la France, les comtés de Nice et de Savoie n'y seront rattachés qu'en 1860 par le Traité de Turin). Le port fut creusé au pied de l'ancienne citadelle (détruite en 1706 par les troupes de Louis XIV, et aujourd'hui remplacée par le "Parc de la Colline du Château"), dans une zone marécageuse où coulait une source appelée Lympia, d'où le nom de l'un des trois bassins du port de Nice, comme nous venons de le voir. Le creusement des différents bassins et la construction des quais s'étalèrent jusque vers 1860. Le port de Nice est géré (depuis 1897) par la Chambre de Commerce et d’Industrie Nice Côte d'Azur (tout comme Villefranche-sur-Mer, Cannes et Golfe-Juan), CCI créée en 1860 par Napoléon III. Grand port de plaisance, Nice accueille aussi des car-ferries et des NGVs (Navires à Grande Vitesse) — compagnies SNCM et Corsica Ferries — qui assurent les liaisons avec différents ports de Corse (Calvi, Bastia, Ajaccio). C'est aussi un port de croisières, même si les plus gros paquebots rejoignent plutôt la baie de Villefranche-sur-Mer.
A quai dans le bassin de commerce pour quelques heures, le car-ferry PAGLIA ORBA (de la SNCM). Il dispose de deux portes-rampes à l’arrière (de type Mac Gregor), comme on le voit ci-dessous. Il a également une porte-rampe d’étrave.
PAGLIA ORBA
PAGLIA ORBA
PAGLIA ORBA
Voir ici une autre photo du transbordeur (faite par Jean-Pierre Fabre en 06.2012 lors d'une journée "Portes ouvertes" au port de Marseille). On y voit mieux l'étrave du navire. Le pilote vient de descendre du ferry et la pilotine rejoint son quai de service.
PAGLIA ORBA
PAGLIA ORBA
PAGLIA ORBA (Bastia) - IMO 9050826 - Indicatif d'appel FNIL - MMSI 227184000 - Transbordeur (passagers/véhicules) - 165,80x29,00x9,00 m - TE 7,50 m - JB 29 718 - JN 8 915 - PL 6 325 t - Ptot 19 720 kW (quatre moteurs 4T-16cyl Wartsila 16V32D / deux hélices à pas variable) - V 19-20 nd - Deux propulseurs d'étrave (2 x 1 400 kW) - Générat. aux. 2 x 3 200 kW / 4 x 975 kW - Cap. 544 passagers (141 cabines) / 120 véhicules (2 330 m de linéaire garage) - Equipage 32 - Deux restaurants - Un bar -salon - Un espace enfants - Stabilisateurs anti-roulis à ailerons repliables - Constr. 1994 (Société Nouvelle des Ateliers & Chantiers du Havre, Le Havre, France) - Gérant/Opérat. SNCM (Marseille, France) - Pav. FRA.

Ci-dessous le cimentier CAPO NERO… Rien d'étonnant puisque Nice est le premier port cimentier de France en raison de l'implantation de cimenteries dans la vallée du Paillon (au Nord de Nice) : les cimenteries Lafarge (usine de Contes, installée en 1867) et Vicat (usine de La Grave de Peille, installée en 1922) — pour mémoire, c'est l'ingénieur X-Ponts & Chaussées Louis Vicat qui mit au point le ciment artificiel, sa première réalisation étant le pont de Souillac, en Dordogne, construit en 1822). Ces cimenteries alimentent l'industrie du BTP de la région Paca, mais approvisionnent également la Corse. Ce sont donc des vraquiers comme celui ci-dessous qui transportent du ciment en vrac jusqu'à Bastia où une usine de mise en sac est installée, laquelle approvisionne ensuite toute l'Ile de Beauté. Le CAPO NERO a d'ailleurs Nice pour port d'attache.

CAPO NERO
CAPO NERO
CAPO NERO
CAPO NERO (Nice) - IMO 9163570 - Indicatif d'appel FMCA - MMSI 228200800 - Cimentier - 90,60x13,75x5,50 m - TE 4,29 m - JB 2 136 - JN 1 166 - PL 2 800 t - P 1 800 kW (mot. 4T-6cyl Stork-Wartsila 6SW28 / hélice à pas fixe) - V 13,5 nd - Prop. d'étrave (220 kW) - Générat. aux. 2 x 297 kW - Cap. 3 922 m3 (1 cale) - Constr. 1997 (Tille Scheepsbouw BV, Kootstertille, Pays-Bas) - Propr./Gérant/Opérat. Someca Transport / Groupe CFT (depuis 07.2011 / Le Havre, France) - Pav. FRA - Ex HEEREPOORT (2000-2004) - Ex LYS RANGER (1997-2000) - Lancé comme HEEREPOORT (1997). Sisterships : HABIB EXPRESS (IMO 9196230 / 1999) - KRISTIN D (IMO 9163582 / 1997) - PEPIN EXPRESS (IMO 9196228 / 1999).

A quai dans le Bassin des Amiraux, le navire à passagers RIVAGE CÔTE D'AZUR. Amarré à un wharf un peu plus loin, la vedette côtière de surveillance maritime (VCSM) Vésubie (P 617) de la Gendarmerie maritime et la vedette Sirocco (P 45) des Douanes.
RIVAGE CÔTE D'AZUR (Nice) - Navire à passagers - 30,00x8,00 m - TE 1,50 m - V 20 nd - Cap. 360 passagers (en transport) / 200 passagers (en cocktail) - Salon intérieur - Bar - Pont supérieur mi-couvert - Constr. 2006 - Pav. FRA.

Toujours dans le Bassin des Amiraux, la pilotine Triton de la Station de pilotage de Nice et la vedette Catherine Ségurane II (SNS 254) de la SNSM.

Au fond du port, le Bassin Lympia abrite un grand port de plaisance, sur lequel veille Notre-Dame du Port (ouverte au culte en 1853 et classée "monument historique" en 1991), sur la place de l'Ile de Beauté qui ferme le port.
Amarrés au quai Papacino du Bassin Lympia (quai côté centre ville), une douzaine de gros yachts (entre 40 et 50 m de long).
Sur la troisième photo ci-dessous, par exemple, on voit les yachts SPACE (IMO 1009302) et 360 (IMO 1007897), tous les deux immatriculés aux Iles Caïman (avec George Town comme port d'attache). Sur la quatrième photo, le SILVER DREAM (IMO 9462988 / George Town) et le BLUE VISION (IMO 9448621 / London).
SPACE (George Town) - IMO 1009302 - Indicatif d'appel ZCT18 - MMSI 319917000 - Yacht - 44,65x8,80x4,55 m - TE 2,90 m - JB 499 - JN 149 - Ptot 1 576 kW (deux moteurs 4T-12cyl MTU 12V2000M70 / deux hélices à pas fixe) - V 14 nd - Constr. 2007 - Pav. CYM.
360 (George Town) - IMO 1007897 - Indicatif d'appel ZCIW9 - MMSI 319928000 - Yacht - 47,50x8,60x4,50 m - TE 2,51 m - JB 498 - JN 149 - PL 80 t - Ptot 3 480 kW (deux moteurs 4T-12cyl MTU 12V4000M70 / deux hélices à pas fixe) - V 17 nd - Constr. 2003 - Pav. CYM.
SILVER DREAM (George Town) - IMO 9462988 - Indicatif d'appel ZCFZ8 - MMSI 319634000 - Yacht - 43,30x8,25x4,24 m - TE 2,10 m - JB 395 - JN 118 - PL 51 t - Ptot 1 000 kW (deux moteurs 4T-12cyl Caterpillar 3412E / deux hélices) - Constr. 2001 - Pav. CYM.
BLUE VISION (London) - IMO 9448621 - Indicatif d'appel MRNB - MMSI 235054475 - Yacht - 43,60x8,96x4,64 m - TE 2,76 m - JB 456 - JN 136 - PL 88 t - Ptot 1 912 kW (deux moteurs 4T-8cyl Caterpillar 3508B / deux hélices à pas fixe) - Constr. 2007 - Pav. GBR.



Le plus grand porte-conteneurs au monde, le CSCL GLOBE, un 19 100 evp, livré par HHI le 18.11.2014

Mis en construction le 20.01.2014 au chantier sud-coréen Hyundai Heavy Industries et sa quille posée le 27.05.2014, le porte-conteneurs CSCL GLOBE fut lancé le 23.08.2014. Il a été baptisé le 18.11.2014 et livré à son propriétaire chinois CSCL / China Shipping Container Lines. C'est le premier PC d'une série de cinq (cf. plus bas). Tous seront en service d'ici 03.2015 (coût unitaire : 140 M$). Les précédents records de tailles furent successivement détenus par le CMA CGM MARCO POLO, avec 16 000 evp, puis par le MAERSK MC-KINNEY MOLLER (et ses 20 sisterships de la série des "Triple-E"), avec 18 330 evp. Le CSCL GLOBE assurera une ligne en boucle Asie - Europe - Asie. A noter que, contrairement aux "Triple-E" de Maersk, le CSCL GLOBE n'a qu'un seul moteur (un 2T-12cyl MAN-B&W, fabriqué par HHI, de 69 720 kW). Selon CSCL, grâce à l'injection électronique, il consommerait 20 % de fuel en moins par conteneur transporté que les 10 000 evp. Le PC est équipé du système EcoBallast (mis au point par Hyundai) de traitement des eaux de ballast (capacité : 3 000 m3/h).

CSCL GLOBE CSCL GLOBE
Le CSCL GLOBE est le 82e navire de plus de 10 000 evp livré par HHI depuis 2010. A noter que l'armement chinois CSCL est le partenaire du groupe français CMA CGM et du groupe émirati United Arab Shipping Company (UASC) dans la nouvelle alliance «Ocean Three» (O3) qui doit entrer prochainement en service sur les routes Extrême Orient–Europe (quatre services dont deux avec escales au Havre) et Extrême Orient– Amérique du Nord. Les partenaires exploitent actuellement sur ces routes 134 navires d’une capacité totale de 1,2 Mevp et ont une soixantaine de navires de plus de 8 000 evp en commande — Photos HHI.
CSCL GLOBE (Hong Kong) - IMO 9695121 - Indicatif d'appel VRNU2 - MMSI 477712400 - Porte-conteneurs - 400,00x58,60x30,50 m - TE 16,00 m - JB 187 541 - PL 184 320 t - P 69 720 kW (mot. 2T-12cyl MAN-B&W-HHI 12S90ME-C9 / hélice à pas fixe) - V 18 nd - Deux propulseurs d'étrave - Cap. 19 100 evp - Constr. 2014 (Hyundai Heavy Industries, Ulsan, Corée du Sud) - Propr./Gérant/Opérat. CSCL / China Shipping Container Lines (Shanghai, Chine) - Pav. HKG. Sisterships : CSCL ARCTIC OCEAN (IMO 9695169 / Livrable 03.2015) - CSCL ATLANTIC OCEAN (IMO 9695145 / Livrable 01.2015) - CSCL INDIAN OCEAN (IMO 9695157 / Livrable 02.2015) - CSCL PACIFIC OCEAN (IMO 9695133 / Livrable d'ici fin 2014).


Navires en escale à Nouméa
(Nouvelle-Calédonie)
Sept.-Oct. 2014

Photos Stéphane Barbedienne


Mise à l'eau d'un mât de mesures
pour le futur champ d'éoliennes en mer de Fécamp
(mi-nov. 2014)
Photos Fabien Montreuil


Le car-ferry suédois STENA GERMANICA bientôt propulsé au méthanol
Après avoir testé positivement le méthanol comme carburant sur les moteurs auxiliaires du STENA SCANRAIL qui assure la liaison Göteborg-Frederikshavn, l'armement Stena Line a décidé de convertir au méthanol un de ses transbordeurs, en l'occurrence le STENA GERMANICA (cf. photo ci-dessous que j'ai faite à Kiel en 06.2011) qui navigue entre Göteborg et Kiel. A terme, Stena envisage de convertir ainsi 25 de ses navires, à l'horizon 2018 (pour absorber les coûts correspondants, Stena a engagé un plan drastique d'économies de fonctionnement, dont des suppressions d'emplois).
STENA GERMANICA
L'armement familial Stena dispose de 120 navires. L'enjeu de la nouvelle loi Marpol imposant à terme un taux de soufre maximal de 0,1% dans le fioul est donc important et Stena a étudié toutes les possibilités techniques pour y répondre (cf. doc joint). Contrairement à d'autres armements qui ont opté pour la propulsion au gaz naturel liquéfié ou pour l'emploi de scrubbers (épurateurs de gaz d'échappements) par exemple, Stena a considéré la solution "méthanol" comme la plus performante (elle perrmet, selon lui, de réduire de 99 % les émissions de soufre, de 25 % celles de dioxyde de carbone, de 60 % celles d'oxydes d'azote et de 95 % celles de particules). Cette conversion — une première mondiale — se fera durant le premier trimestre 2015. Le STENA GERMANICA, RoPax de 241 m de long et 51 840 ums de jauge brute, rejoindra mi-janvier 2015 le chantier polonais Remontowa de Gdansk. Cette conversion, mise au point en partenariat avec le motoriste Wärtsilä et le groupe Methanex, coûtera environ 22 M€ (il est partiellement subventionné par l'Europe).
A noter que ce transbordeur a déjà subi une importante transformation mi-2007, époque où il a été jumboÏsé.
STENA GERMANICA (Göteborg) - IMO 9145176 - Indicatif d'appel SLDW - MMSI 266331000 - Transbordeur - 241,26x28,70x9,00 m - TE 6,30 m - JB 51 837 - JN 23 007 - PL 10 670 t - Ptot 24 000 kW (quatre moteurs 4T-8cyl Sulzer-Wartsila Italia 8ZAL40S / deux hélices à pas variable) - V 22 nd - Trois propulseurs transversaux 1  x  2  500  kW / 1 x  1  500  kW - Générat. 1  x  2  400  kW / 2  x  1  650  kW / 1  x  1  615  kW / 3  x  1  088  kW - Cap. 1 300 passagers (500 cabines) / 1 290 voitures (3 980 m de linéaire garage) - Equipage 77 - Trois propulseurs (2 x 1 500 kW / 1 x 2 500 kW) - Constr. 2001 (Izar Construcciones Navales, Puerto Real, Espagne) - Propr./Gérant/Opérat. Stena Line (Göteborg, Suède) - Pav. SWE - Ex  STENA GERMANICA  III (2010) - Ex STENA HOLLANDICA (2001-2010) - Jumboïsé en 2007.


Visite à bord du câblier
PIERRE DE FERMAT


Photos Yannick Le Bris


Le paquebot MSC ARMONIA reprend la mer après sa jumboïsation au chantier italien Fincantieri sur son site de Palerme (17.11.2014)
MSC ARMONIA MSC ARMONIA
Nous avons courant octobre présenté quelques photos du paquebot MSC ARMONIA en cours de jumboïsation (allongement de 23,7 m) au chantier Fincantieri de Palerme. Comme prévu, le "nouveau" paquebot a bien été livré à son propriétaire Mediterranean Shipping Company le 17.11.2014. Belle performance technique puisque l'ensemble des travaux (voir détails ici) n'aura duré que dix semaines. Il a immédiatement rejoint le port de Gênes d'où il appareillera le 19.11 pour sa nouvelle "croisière inaugurale" de 10 j vers les Canaries (escales à Marseille, Carthagène, Gibraltar, Cadix, Madère, puis Canaries).
Les trois autres paquebots qui seront allongés dans le cadre de ce programme "Renaissance" (200 M€) le seront selon le programme suivant : MSC SINFONIA (2002) du 12.01 au 16.03.2015 - MSC OPERA (2004) du 02.05 au 04.07.2015 - MSC LIRICA (2003) du 31.08 au 09.11.2015. A noter que ces quatre paquebots ont été construits à Saint-Nazaire. Une fois jumboïsés, ils feront 275 m de long, avec une jauge brute de 65 000 ums. Leurs 193 cabines additionnelles leur permettront d'embarquer désormais 2 680 croisiéristes. L'équipage bénéficiera également de 59  cabines supplémentaires — Crédits photos Fincantieri.
MSC ARMONIA (Panama) - IMO 9210141 - Indicatif d'appel H8EW - MMSI 357281000 - Paquebot de croisières - 251,25(avant jumboïsation / 275 m après)x28,80x12,90 m - TE 6,80 m - JB 58 625 (65 000 après jumboIsation) - JN 33 519 - PL 6 909 t - ptot 31 680 kW (quatre moteurs 4T-12cyl Wartsila 12V38 couplés à quatre générateurs (de 7 650 kW chacun) qui alimentent deux moteurs électriques (de 10 000 kW chacun) entraînant les deux azipods) - V 21,7 nd - Prop. d'étrave (2 x 1 200 kW) - Générat. 4 x 9 562 kVA / 1 x 988 kVA - Cap. 2 119 passagers (782 cabines) avant allongement / 2 680 passagers (976 cabines) après - Equipage 763 - Constr. 2001 (Chantiers de l'Atlantique / STX France, Saint-Nazaire, France) - Propr./Gérant/Opérat. Mediterranean Shipping Company (Genève, Suisse) - Pav. PAN - Ex EUROPEAN VISION (2001-2004 / Arm. Festival Shipping). Sisterships : MSC LIRICA (IMO 9246102 / 2003) - MSC OPERA (IMO 9250464 / 2004) -MSC SINFONIA (IMO 9210153 / 2002 / Je l'avais photographié en 06.2005 à quai dans le port de Barcelone).


Quelques nouvelles de Marseille dont deux "changements d'amures" de paquebots (15.11.2014) — Photos Emmanuel Bonici
En effet, le navire de croisières COSTA CELEBRATION vient de sortir ce 15.11.2014 de la forme 8 où il a fait un arrêt technqiue de quelques jours, le temps de retrouver une coque toute blanche et une cheminée jaune avec un grand C bleu… celui de l'armement Costa Crociere SpA évidemment. Mais la forme de la cheminée ne trompe pas : ce n'est pas celle des navires Costa, mais bien la forme "en queue de baleine entrain de plonger" typique de son ancien propriétaire, Carnival Cruise Lines / CCL. Ce paquebot est en effet l'ancien CELEBRATION mis en service en 1987 par l'armement américain. Puis il est devenu en 2008 le GRAND CELEBRATION (cf. infra photo de Benoît Donne) opéré par Iberocruceros SL, filiale espagnole (à partir de 2007) de Carnival. Or, comme on le sait, la société de croisières espagnole n'a pas survécu aux difficultés économiques de l'Espagne de ces dernières années et sa flotte est progressivement récupérée par d'autres armements, dont Costa qui a déjà transformé le GRAND MISTRAL en COSTA neoRIVIERA (cf, plus bas, encadré sur la composition de la flotte Costa). Par ailleurs, le GRAND HOLIDAY sera opéré en 2015 par Cruise & Maritime Voyages sous le nom de MAGELLAN. Cet armement britannique, qui propose des croisières maritimes mais aussi fluviales, pourrait à terme le racheter. En tout cas, l'affrêtement sera au moins prolongé puisqu'une croisière sur l'Amazone est déjà programmée à son bord pour début 2016.
COSTA CELEBRATION
COSTA CELEBRATION
COSTA CELEBRATION
Pour sa prochaine saison 2014-2015, le COSTA CELEBRATION va proposer deux types de croisières. La première, en Méditerranée Occidentale (Espagne, Tunisie, Malte, Turquie, Italie), sera une croisière de 13 j en boucle — départ et arrivée à Marseille — avec des escales à Barcelone - Tunis - La Vallette - Izmir - Istanbul - Reggio Calabria - Civitavecchia/Rome - Savone. Huit croisières de ce type seront réalisées entre le 21.11.2014 et le 01.03.2015. Puis le paquebot se positionnera en Méditerranée Orientale (Italie, Croatie, Grèce, Turquie) — embarquement à Venise et débarquement à Istanbul ou vice-versa — avec des escales intermédiaires à Split, Corfou, Santorin, Le Pirée/Athènes, pour les croisiéristes qui embarqueront à Venise, soit des croisières de 7 j. Pour ceux qui embarqueront à Istanbul, les escales intermédiaires seront Mykonos, Santorin, Argostoli/Kefallinia et Dubrovnik. Vu que les escales seront pour la plupart différentes dans un sens et dans l'autre, le croisièriste pourra, s'il le souhaite, réserver une croisière en boucle en enchaînant deux croisières de 7 jours. Cette croisière "Méditerranéée Orientale" sera proposée entre début avril et fin octobre 2015. Après avoir fait ses soutes (c'est le pétrolier CAP MEJEAN qui est à couple), le COSTA CELEBRATION a appareillé le 15.11 vers 17 h pour le port de Gênes.
COSTA CELEBRATION
GRAND CELEBRATION
Nous ne verrons donc plus sur sa coque les fameux personnages qui symbolisaient Iberocruceros ! J'ai pris les photos ci-dessous à Istanbul le 24.07.2013, alors que le GRAND CELEBRATION était accosté juste devant le ROYAL PRINCESS, tout juste sorti du chantier, à bord duquel je faisais une croisière de 15 j en Méditerranée.
GRAND CELEBRATIONétait
GRAND CELEBRATIONétait
GRAND CELEBRATIONétait
GRAND CELEBRATIONétait
COSTA CELEBRATION (Madeira) - IMO 8314134 - Paquebot de croisières - 223,37x28,00x21,06 m - TE 7,60 m - JB 47 263 - JN 25 487 - PL 6 405 t - Ptot 23 510 kW ( deux moteurs 2T-7cyl Sulzer-Bros 7RLB66 / deux hélices à pas variable) - V 19 nd - Quatre propulseurs transversaux (av. 2 x 920 kW / arr. 2 x 810 kW) - Générat. aux. 5 x 3 000 kW - Cap. 1 896 passagers (747 cabines dont 10 suites avec terrasse et 4 suites avec balcon) - 3 restaurants - 5 bars (dont 2 extérieurs) - Théâtre - Casino - Discothèque - Boutiques - Club enfants - Deux piscines (et trois jakuzzis) - Salle de sport - Spa - Constr. 1987 (Kockums, Malmo, Suède) - Propr. Carnival Corp. (Miami, Etats-Unis) - Gérant/Opérat. Costa Crociere SpA (Gênes, Italie) - Pav. PRT - Ex GRAND CELEBRATION (07.2008-11.2014) - Ex CELEBRATION (1987-2008). Sistership : HENNA (IMO 8314122 / 1986 / Ex PACIFIC SUN de 10.2004 à 08.2012 - Ex JUBLILEE de 06.1986 à 10.2004).

Costa Croisières a donc maintenant une flotte de 15 navires (du plus récent au plus ancien) : les COSTA DIADEMA (qui vient d'entrer en service en 10.2014 / IMO 9636888) - COSTA FASCINOSA (IMO 9479864 / 2012) - COSTA FAVOLOSA (IMO 9479852 / 2011) - COSTA DELIZIOSA (IMO 9398917 / 2010) - COSTA PACIFICA (IMO 9378498 / 2009) - COSTA LUMINOSA (IMO 9398905 / 2009) - COSTA SERENA (IMO 9343132 / 2007) - COSTA MAGICA (IMO 9239795 / 2004) - COSTA FORTUNA (IMO 9239783 / 2003) - COSTA MEDITERRANEA (IMO 9237345 / 2003) - COSTA ATLANTICA IMO 9187796 / 2000() - COSTA neoRIVIERA (IMO 9172777 / Ex  GRAND MISTRAL de 1999 à 11.2013) - COSTA VICTORIA (IMO 9109031 / 1996) - COSTA neoROMANTICA (IMO 8821046 / Ex COSTA ROMANTICA de 1993) - COSTA CLASSICA (IMO 8716502 / 1991) - COSTA CELEBRATION (voir ci-dessus).


On a récemment retracé la carrière du navire de croisières ZENITH qui, bien que portant toujours le même nom depuis sa sortie de chantier en 1992, a changé plusieurs fois d'armateur. Nous annoncions également le souhait de son dernier armateur, CDF / Croisières de France, de le remplacer en 2015 par un navire plus grand. Ce doit être chose faite puisque le ZENITH, tout en gardant sa robe bleue "CDF" (au moins pour l'instant), a reçu le nouveau logo Pullmantur sur sa cheminée, armement dont on retrouve également le nom sur la coque. Il revient donc chez son précédent armateur, la filiale espagnole de Royal Caribbean Cruise Lines / RCCL). Il a appareillé le 15.11 vers 16h, en direction de Gibraltar.

En escale à l'autre bout du port, au J4, le paquebot SEABOURN SOJOURN. Il a appareillé le 15.11 à la tombée de la nuit pour Palamos (port de la Costa Brava, situé à une centaine de kilomètres au nord de Barcelone). Toujours à Marseille, mais dans le bassin d'Arenc, un joli petit voiturier portugais nommé LA SURPRISE (il a un sistership dénommé… L'AUDACE !). Il  termine son chargement avant d'appareiller en fin d'après-midi pour Mostaganem (Algérie).
LA SURPRISE
LA SURPRISE
LA SURPRISE (Madeira) - IMO 9198719 - Indicatif d'appel CQLY - MMSI 255805450 - Voiturier - 142,00x21,00x12,44 m - TE 6,00 m - JB 15 224 - JN 4 567 - PL 4 659 t - Ptot 12 960 kW (deux moteurs 4T-9cyl MAN-B&W 9L40/54 / deux hélices à pas variable) - V 20 nd - Prop. d'étrave (597 kW) - Générat. aux. 4 x 648 kW / 1 x 110 kW - Cap. 1 164 voitures (1 500 m de linéaire garage) - Constr. 2000 (Hijos de J. Barreras, Vigo, Espagne) - Gérant OSM Ship Management (Singapour) - Opérat. Grupo Suardiaz (Madrid, Espagne) - Pav. PRT Sisterships BOUZAS (IMO 9249996 / 2002) - L'AUDACE (IMO 9187318 / 1999).

Ci-après, de gauche à droite, à quai à Marseille également le 15.11.2014, le MSC SPLENDIDA, le ZENITH (que nous venons de voir) et le COSTA SERENA.
MSC SPLENDIDA - ZENITH - COSTA SERENA



Quelques navires vus du littoral Havrais le 15.11.2014 — Photos Gérard Né

Tout d'abord le pétrolier / chimiquier CHIBERTA arrivant de Donges. Puis c'est au tour du porte-conteneurs allemand FRANCOP de se présenter. Route courte puisqu'il arrive du terminal à conteneurs Port 2000 et  rejoint le terminal des Amériques pour y charger de nouveaux conteneurs avant de mettre le cap sur Liverpool.

CHIBERTA
FRANCOP
FRANCOP
 
CHIBERTA (Marseille) - IMO 9333814 - Indicatif d'appel FMLN - MMSI 228330600 - Pétrolier/Chimiquier - 143,00x23,00x11,80 m - TE 8,89 m - JB 11 799 - JN 5 692 - PL 19 000 t - Ptot 8 000 kW (deux moteurs 4T-8cyl Wartsila 8L32 / deux hélices à pas variable) - V 14 nd - Prop. d'étrave (900 kW) - Générat aux. 1 x 428 kW - Cap. 19 000 m3 (12 cuves) - Constr. 2007 (RMK Marine Gemi Yapim san ve Deniz, Tuzla, Turquie) - Propr. Sea-Tankers (Mérignac, France) - Gérant/Opérat. ST Management SAAM / Groupe Sea-Tankers (Mérignac, France) - Pav. FRA (RIF). Sistership : CHANTACO (IMO 9333802 / 2007).
FRANCOP (Saint John's) - IMO 9277412 - Indicatif d'appel V2DJ5 - MMSI 305234000 - Porte-conteneurs - 137,50x21,30x9,36 m - TE 7,466 m - JB 7 519 - JN 3 570 - PL 8 620 t - P 7 950 kW (mot. 4T-9cyl MaK-Caterpillar 9M43 / hélice à pas variable) - V 19 nd - Prop. d'étrave (750 kW) - Générat. aux. 1 x 1 625 kVA / 2 x 625 kVA / 1 x 290 kVA - Cap. 822 evp (dont 150 reefers) - Equipage 13 - Constr. 2003 (J.J. Sietas, Hambourg, Allemagne) - Propr./Gérant/Opérat. Reederei Bartels (Gödenstorf, Allemagne) - Pav. ATG - Ex TAVASTLAND (2003-2006). Sisterships : ANNAMARIE (IMO 9287687 / 2003) - FENJA (IMO 9287716 / 2003 / Ex AURA) - INDIA (IMO 9287699 / 2003) - LISA (IMO 9287704 / 2003 / Ex GÖTALAND) - OELAND (IMO 9277400 / 2003) - PAGE AKIA (IMO 9277395 / 2003 / Ex HELGALAND) - TINA (IMO 9277383 / 2003 / Ex GOTLAND).

Peu après, le porte-conteneurs récent (2012) MSC VEGA, en provenance de Sines (Portugal). Cette ville portuaire qui a vu naître le navigateur Vasco de Gama, est située à environ 150 km au sud de Lisbonne. Son port en eaux profondes est en plein développement et il réalise à lui seul pratiquement 40 % du trafic maritime portugais (36,5 Mt en 2013 / pétrole, gaz, charbon, "general cargo" et un très gros trafic de conteneurs au Terminal XXI développé avec Port Singapore Authority : 931 636 mouvements de conteneurs en 2013, soit + 68 % par rapport à 2012). Opérations commerciales à Port 2000 pour le MSC VEGA, puis appareillage pour Rotterdam (Pays-Bas).
MSC VEGA
MSC VEGA
MSC VEGA (Monrovia) - IMO 9465265 - Indicatif d'appel D5BE4 - MMSI 636015506 - Porte-conteneurs - 366,46x48,20x29,85 m - TE 16,00 m - JB 141 635 - JN 59 901 - PL 140 989 t - P 72 240 kW (mot. 2T-12cyl MAN-B&W-HHI 12K98ME7 / hélice à pas fixe) - V 24 nd - Prop. d'étrave (2 x 1 800 kW) - Générat. aux. 4 x 4 427 kVA / 1 x 370 kVA - Cap. 13 100 evp (dont 800 reefers) - Constr. 01.2012 (Hyundai Heavy Industries, Ulsan, Corée du Sud) - Gérant E.R. Schiffahrt (Hambourg, Allemagne) - Opérat. Mediterranean Shipping Company (Genève, Suisse) - Pav. LBR. Navire-catalogue : une quarantaine de sisterships, pour divers armements (MSC donc, mais aussi CMA CGM, Cosco, Hanjin, Maersk, etc.).
Page précédente
Dernière mise à jour - 30.06.2015

© Françoise Massard  
  www.cargos-paquebots.net