Marine marchande - Quelques nouvelles au quotidien
Françoise Massard
Navires cités dans cette page ( cliquez sur leurs noms ) : - Aspire - Berlin - Besiktas Scotland - Bleu de France - British Explorer - Cape May Light - Celebrity Constellation - Celebrity Infinity - Celebrity Millenium - Celebrity Summit - CMA CGM Benjamin Franklin - CMA CGM Okume - CMA CGM Vasco de Gama - CMA CGM Zheng He - Drost van Salland - Elfe - EM Athens - EM Chios - EM Ithaki - Europa - European Dream - European Stars - Evert-W - Faune - FTI Berlin - GSP Antares - Hoegh Target - Hoegh Tracer - Hoegh Trapper - Hoegh Traveller - Hoegh Trigger - Hoegh Trotter - Holiday Dream - Italia - Janus - Maira - MSC America - MSC Armonia - MSC Lirica - MSC Namibia II - MSC Opera - MSC Sinfonia - Newyorker - Nikolas - Niledutch Antwerpen - Niledutch Breda - Niledutch Dordrecht - Niledutch Rotterdam - Normand Draupne - Ocean Princess - Omalius - Ondée - Ondine - Orange Melody - P&O Nedlloyd Abigjan - Princess Mahsuri - Princesa Oceanica - RM Moulis - Saint Laurent - Santa Alexandra - Santa Giorgina - Sapphire - Seabourn Encore - Seabourn Legend - Seabourn Odyssey - Paul Barrillon - Saga Sapphire - Seabourn Ovation - Seabourn Pride - Seabourn Quest - Seabourn Sojourn - Seabourn Spirit - Sea Discoverer - Sea Prince - Sea Prince V - Sea Voyager - Sebastopol - Seine - Selandia Swan - Spirit of Adventure - Star Breeze - Star Legend - Star Pride - Superstar Aries - Superstar Europe - Vladivostok -
Page précédente
 Rien de systématique dans cette rubrique, seulement quelques informations au gré de mes lectures ou des photos du jour...
Page suivante  


Dernières nouvelles des quais de Saint-Nazaire (22.09.2015) — Photos Monique Bernard

On le sait, le président français François Hollande avait refusé de livrer les BPCs (bâtiments de projection et de commandement) SEBASTOPOL et VLADIVOSTOK à la Russie en raison de l'intervention de celle-ci en Crimée puis en Ukraine. Ces unités, commandées par le gouvernement russe en 06.2011 (contrat de l'ordre d'un milliard d'euros), furent construites par STX France (Saint-Nazaire), en partenariat avec le chantier OSK (Saint-Pétersbourg) qui a construit la section arrière de chaque navire (l'assemblage avec la partie avant ayant été réalisé à Saint-Nazaire pour chacun des deux navires). Ces BPCs sont issus de la série "classe MISTRAL" conçue par DCNS. Ils mesurent 199 m de long pour 32 m de large. Ils peuvent embarquer une quinzaine d'hélicoptères, une cinquantaine de véhicules blindés, une douzaine de chars, des chalands de débarquement, etc. Le contrat avec la Russie fut officiellement dénoncé début août 2015, en accord avec le Président Poutine, auquel la France remboursa les avoirs. Les deux unités ne devraient plus rester très longtemps à quai puisqu'ils viennent d'être rachetées par l'Egypte (contrat officialisé le 22.09.2015), comme le laissait supposer les négociations rapprochées entre François Hollande et son homologue égyptien Abdel Fattah al-Sissi (y compris lors de l'inauguration du "nouveau" canal de Suez le 06.08.2015, cf. ici). Les deux transactions France-Russie et Egypte-France tournant autour de 950 M€, ce "feuilleton" qui durait depuis plus d'un an se solderait donc par une opération quasi blanche, ce qui n'était pas gagné d'avance. Ci-dessous, deux séries de photos du SEBASTOPOL.

L'Egypte devrait prendre possession de ses navires début mars 2016. D'ici là, ces derniers vont sans doute être armés (ce n'était initialement pas prévu à Saint-Nazaire, mais à Saint-Petersbourg) et recevoir quelques adaptations à la demande de leurs nouveaux propriétaires. Et, comme cela avait été le cas pour les marins russes, environ 400 marins égyptiens vont recevoir à Saint-Nazaire une formation à la fois théorique et pratique, dispensée par les ingénieurs du chantier STX et par les experts de Défense Conseil International (DCI), sous-traitant de DCNS pour les deux BPCs, avec le soutien de la Marine nationale.
L'Egypte va également reprendre des petites unités que la Russie avait commandées à la France pour équiper ses BPCs, à savoir deux engins de débarquement amphibie rapides (dits EDAR), des catamarans de 30 m de long, quatre chalands de transport de matériel (CTM), etc. (construits dans divers chantiers français). L'Egypte est décidément devenue un excellent client de la France en ce qui concerne l'industrie de défense, puisqu'elle a, on s'en souvient, récemment acheté 24 avions de type "Rafale" (construits par Dassault) et une frégate multimissions (FREMM construite par DCNS qui construit également — à Lorient et en Egypte via un transfert de technologie — quatre corvettes Gowind 2500 livrables d'ici 2019). Par ailleurs, il semblerait que l'Egypte rachète à la Russie la quinzaine d'hélicoptères polyvalents Kamov Ka-52 qui devaient être initialement embarqués sur les BPCs. Cette opération tripartite scelle ainsi une coopération économico-politique entre la France, la Russie et l'Egypte. Ci-dessous, quatre photos du VLADIVOSTOK.
Si les commerçants nazairiens, qui avaient apprécié la présence dans leur ville des marins Russes, vont sans aucun doute se réjouir de l'arrivée de 400 marins égyptiens, en revanche l'Etat, DCNS et STX ne seront pas mécontents de les voir partir avec leurs navires car, non seulement ceux-ci libéreront les quais, mais cela supprimera les actuels frais engendrés par leur maintien à quai (frais de gardiennage, frais de quais, assurances), frais qui tournent autour de 1,5 M€ par mois.

Puisque nous évoquons le chantier STX, parlons un peu du TGP (Très Grand Portique) qui est opérationnel depuis 05.2014 (remplaçant un portique installé une cinquantaine d'années plus tôt, en 1968 exactement). Pouvant travailler sur une largeur de 130 m, ce nouveau portique enjambe à la fois la cale de construction et l'aire de pré-montage. Sa capacité de levage est de 1 400 t (contre 750 t pour son prédécesseur). Il peut ainsi soulever (jusqu'à 80 m de haut) des blocs entiers de navires. Ce portique — le plus grand et celui à la plus grande capacité de levage d'Europe — est ainsi entré en service au moment de l'assemblage des blocs de l'HARMONY OF THE SEAS, troisième paquebot de la classe "Oasis" (nom de chantier : A34). Grâce aux performances de ce nouveau portique, ce paquebot a pu être assemblé en seulement 80 blocs largement pré-armés, réduisant ainsi la durée d'assemblage d'environ 30 % (par rapport à l'ancien portique) et augmentant par là-même la compétitivité du chantier.
La poutre centrale (10 m de haut) de ce TGP a été fabriquée à Saint-Nazaire, tandis que les parties basses roulantes (les "pieds") ont été construites en Chine (Chantier STX de Dalian) et transportées par cargos jusqu'à Saint-Nazaire. Impressionnants trains de boggies (photo de droite ci-dessous) qui permettent le déplacement du portique sur les rails longeant la forme de construction. S'élevant à 65 m au-dessus du niveau du sol de l'aire de prémontage, ce portique affiche un poids total d'environ 5 000 t, et peut résister à des coups de vent de plus de 200 km/h. Il dispose de trois chariots de levage. La cabine de pilotage, située à l'un des angles du portique, est accessible par ascenseur. On notera que les jambes du portique portent le même nombre de bandes rouges et blanches que les mâts d'haubanage du pont de Saint-Nazaire (cf. ici, photo faite le 02.03.2010 alors que je passais dessous à bord du CMA CGM FORT ST GEORGES). Coût du portique : de l'ordre de 30 M€.

Chantier de Saint-Nazaire : un peu d'histoire et quelques chiffres

Ce chantier fut fondé dans les années 1860 sous l'égide de l'ingénieur écossais John Scott, préalablement Directeur du Chantier naval de Greenock (lire "De la Clyde à Saint-Nazaire" et "Des navires et des hommes. De Nantes à Saint-Nazaire, deux mille ans de construction navale"). Premier paquebot sorti du chantier : le paquebot à roue IMPERATRICE EUGENIE (108 m de long) livré en 1864 à la Compagnie Générale Transatlantique (Lithographie du peintre de marine Charles Leduc 1831-1911). Le chantier de Saint-Nazaire s'est spécialisé, dès le début, dans la construction de paquebots (souvent prestigieux, comme le NORMANDIE en 1935, le FRANCE en 1960, le QUEEN MARY 2 en 2003, ou encore l'HARMONY OF THE SEAS livrable en 2016, et ceci pour n'en citer que quelques-uns), sauf pendant les deux conflits mondiaux où le chantier fabriqua également des canons et des chars. Puis il commença à se diversifier à partir des années 1955, construisant non seulement des paquebots, mais aussi des cargos, des pétroliers, puis des méthaniers. Le chantier construira, entre autres, les quatre plus grands pétroliers du monde (BATILLUS, PRAIRIAL, BELLAMYA et PIERRE GUILLAUMAT, livrés à la Shell entre 1976 et 1979, lire "Les supertankers français"). A partir des années 2000, le chantier élargit encore ses activités, construisant d'autres types de navires à passagers (tels des ferries), mais aussi des navires offshore, des navires de recherche, des navires militaires, etc. La diversification se poursuit encore, avec l'ouverture cet été 2015 d'une nouvelle structure entièrement dédiée aux EMR (énergies marines renouvelables).
Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, le chantier de Saint-Nazaire changea plusieurs fois de nom : "Chantiers de l'Atlantique" entre 1955 et 1976, puis "Alsthom Atlantique" de 1976 à 2006, puis "Aker Yards" de 2006 à 2008, date à laquelle il prend son nom actuel de "STX France" (qui comprend aussi le site de Lanester, près de Lorient), STX France appartenant au groupe STX Europe, lui-même filiale du groupe coréen STX). Le chantier nazairien s'étend sur plus de 100 ha, dont 23 ha couverts (parmi lesquels 12,7 ha d'ateliers). L'aire de pré-montage et la cale de construction qui lui est parallèle font plus de 900 m de long. Cette forme de montage mesure 67 m de large. Le bassin d'armement, quant à lui, mesure 450 m de long sur 95 m de large. En dehors du portique de 1 400 t vu précédemment, le chantier de Saint-Nazaire dispose de cinq autres outils de levage roulants, éventuellement jumelables : deux de 500 t, un de 270 t et deux de 210 t. Actuellement, le chantier emploie environ 2 300 personnes et fait appel à quelque 500 sous-traitants. Sa capacité de production est de deux unités de 100 000 ums par an, soit des navires de plus de 300 m de long.



Quelques autres navires en escale au GPMH le 19.09.2015 — Photos Gérard Né
Sur les deux premières photos, à quai à Jonction 3, le pétrolier / chimiquier BRITISH EXPLORER (que j'ai croisé le 31.03.2014 au large de Santa Cruz de Tenerife). Arrivé sur rade du Havre le 14.09.2015 en provenance de El Ferrol (au N-E de La Corogne, Espagne), il a rejoint son quai le 17.09 peu avant minuit. Il a appareillé pour Rotterdam (Pays-Bas) le 20.09 en milieu de nuit. Sur les deux photos suivantes, le chimiquier SELANDIA SWAN à Jonction 2 où il a accosté le 19.09.2015, à 11h45, arrivant d'Anvers (Belgique). Appareillage le 20.09 à 20h00, destination à ordres.
BRITISH EXPLORER
BRITISH EXPLORER
SELANDIA SWAN
SELANDIA SWAN
BRITISH EXPLORER (London) - IMO 9251561 - Indicatif d'appel VQGB2 - MMSI 235606000 - Pétrolier / Chimiquier - 182,55x27,40x16,70 m - TE 10,85 m - JB 23 235 -  JN 10 129 - PL 37 321 t - P 9 467 kW ( mot.2T-6cyl MAN-B&W-HHI 6S50MC-C / hélice à pas fixe) - V 14,5 nd - Prop. d'étrave - Cap. 41 343 m3 (12 citernes) - Constr. 2003 (Hyundai Mipo Dockyard, Ulsan, Corée du Sud) - Propr./Gérant/Opérat. BP Shipping (Sunbury-on-Thames, Royaume-Uni) - Pav. GBR. Navire-catalogue ; plus d'une soixantaine de sisterships.
SELANDIA SWAN (Middelfart) - IMO 9371787 - Indicatif d'appel - MMSI 220545000 - Chimiquier - 147,50x22,40x12,60 m - TE 9,49 m - JB 11 711 - JN 6 020 - PL 17 998 t - P 6 300 kW (mot. 4T-7cyl MaK-Caterpillar 7M43 / hélice à pas variable) - V 14 nd - Prop. d'étrave (750 kW) - Générat. aux. 1 x 1 200 kW / 3 x 800 kW - Cap. 20 186 m3 (14 citernes) -Constr. 2008 (Gisan Gemi Ins. Sant., Istanbul, Turquie) - Gérant Uni-Tankers (Middelfart, Danemark) - Pav. DNK. Sisterships : cf. BESIKTAS SCOTLAND.

Nous avons présenté le paquebot SAGA SAPPHIRE lors de son arrivée au Havre ce 19.09.2015 vers 07h30. En voici quelques photos complémentaires faites durant cette même journée. Ce paquebot fut construit à Brême (Allemagne) en 1981 sous le nom d'EUROPA.

Voici le même paquebot sous son nom d'origine EUROPA, nom qu'il a porté de 1981 à 1999 (cf. infra). Sur la première photo, on le voit en sortie du Havre en 1984. Sur les deux photos suivantes, prises d'hélicoptère en 1993, il est accosté au quai Pierre Callet (photos Michel Miette - Port du Havre).
SAGA SAPPHIRE (Valletta) - IMO 7822457 - Indicatif d'appel 9HOF8 - MMSI 256208000 - Paquebot de croisières - 199,62x28,50x12,98 m - TE 8,40 m - JB 37 049 - JN 13 555 - PL 5 168 t - Ptot 21 280 kW (deux moteurs 2T-7cyl MAN-Bremer K7SZ70/125B / deux hélices à pas fixe) - V 21 nd - Prop. d'étrave - Générat. 3 x 3 740 kVA / 2 x 2 400 kVA / 1 x 875 kVA - Cap. 730 passagers (374 cabines) - Equipage 406 - Constr. 1981 (Bremer Vulkan AG Schiffbau und Maschinenfabrik, Brême, Allemagne) - Propr./Gérant/Opérat. Acromas Shipping / Saga Group (Folkestone, Royaume-Uni) - Pav. MLT - Ex BLEU DE FRANCE (2008-2012 / premier paquebot de Croisières de France) - Ex HOLIDAY DREAM (2004-2008) - Ex SUPERSTAR ARIES (1999-2004) - Ex SUPERSTAR EUROPE (1999) - Ex EUROPA (1981-1999).


Quelques navires en escale à
Saint-Nazaire


Photos Christian Plagué

Mise à jour août 2015


Le Havre et la Seine, les 19 & 20.09.2015 — Photos Fabien Montreuil
En Seine le 20.09.2015, la drague néerlandaise éponyme en route pour Rouen. Retour aux sources pour cette drague construite sous le nom de PAUL BARRILLON (en 1978) par l'ancien Chantier Dubigeon de Grand-Quevilly et qui fut opérée par le Port de Rouen jusqu'en 2002, date de sa vente à l'armement néerlandais Boer Baggerbedrijf qui la renomma SEINE. Quand elle quitta Rouen, elle fut remplacée par la DANIEL LAVAL.
SEINE
SEINE
SEINE
SEINE
SEINE (Sliedrecht) - IMO 7726847 - Indicatif d'appel PBAI - MMSI 244300000 - Drague aspiratrice en marche à clapets porteuse de déblais - 100,89x18,00x8,21 m - LPP 94,00 m - TE 6,88 m - JB 5 291 - JN 1 587 - PL 9 200 t - Ptot 2 060 kW (deux moteurs 4T-16cyl Warsila-SACM 240V16DSHR / deux hélices à pas fixe) - V 13 nd - Prop. d'étrave (606 kW) - Générat. 4 x 489 kW - Cap. du puits à déblais 4 000 m3 - Deux pompes de désagrégation - Profondeur maximale de dragage 30 m - Capable de travailler avec une houle jusqu'à 2 m - Constr. 1978 (Dubigeon-Normandie, Grand Quevilly, France) - Propr./Gérant/Opérat. Boer Baggerbedrijf (Sliedrecht; Pays-Bas) - Pav. NLD - Ex PAUL BARRILLON (03.1978-12.2002 / Pav. FRA / Propr. Dragages-Ports, France / Gérant/Opérat. GPMR).

Nous avons vu le paquebot SAGA SAPPHIRE en escale inaugurale (sous ce nom) au Havre le 10.03.2015. Il y était de nouveau ce 19.09.2015. Il est arrivé sur rade à 06h30, a passé les digues une heure plus tard et a accosté au quai Roger Meunier (Pointe de Floride) à 08h00. Il arrivait de Southampton (Grande-Bretagne). Il a appareillé le soir même à 23h00, à destination de Cherbourg.
SAGA SAPPHIRE
SAGA SAPPHIRE
SAGA SAPPHIRE
SAGA SAPPHIRE
SAGA SAPPHIRE

Troisième convoi du RM MOULIS au Havre le 19.09.2015. En effet, après le ONDINE et le FAUNE, c'est au tour du transrade ELFE de rejoindre lui aussi le chantier de démolition Gardet et de Bezenac du Havre. Trois autres vieux transrades de la Marine nationale suivront.


Croisière Armada à bord de l'HORIZON
(Août 2015)
Suite du rapport de mer
Escale de Malmö (Suède)


Hydroglisseur et hydravions sur l'étang de Berre (septembre 2015) — Photos Emmanuel Bonici
Préambule — Une fois n'est pas coutume, nous ne nous intéressons pas ici à des navires "Mar-Mar", mais tout de même à des unités flottantes, en l'occurrence un "hydroglisseur" et des "hydravions" photographiés lors de l'escale à Martigues (le 09.09.2015) du premier "Raid Latécoère" (5-13.09.2015) au cours duquel de petits hydravions devaient relier Biscarosse à Monaco (en six étapes). Cette étape de Martigues était hautement symbolique puisque c'est ici que commença l'aventure de l'hydravion… c'était un 28.03.1910 : un certain Henri Fabre (1882-1984) faisait décoller de l'étang de Berre le premier hydravion au monde. Après 800 m de vol, son hydro-aéroplane "Canard" se posa sans encombre sur l'étang, une première (il est conservé au Musée de l'Air et de l'Espace du Bourget). C'est en marge de cet évènement aéronaval que fut présenté un nouvel hydroglisseur.

Comme on le voit sur les photos, ni avion, ni bateau, un hydroglisseur (airboat en anglais) est une embarcation caractérisée par une carène à fond plat, de faible tirant d'eau, munie d'une hélice aérienne (elle pousse donc l'air et non pas l'eau). Elle doit être équipée d'un puissant moteur pour la faire légèrement déjauger. L'hélice mue par le moteur chasse l'air vers l'arrière et donc l'engin est propulsé vers l'avant, en fonction du principe "à chaque action, une réaction égale et opposée" (troisième loi de Newton). L'avant très spécifique de cet engin est destiné à applatir le clapot et à rabattre la végétation des zones marécageuses dans lesquelles il peut progresser. Très peu développés en Europe, les hydroglisseurs sont très courants aux Etats-Unis (sous le nom d'airboats), et en particulier en Floride (notamment dans le Parc national des Everglades) et en Louisiane (dans les fameux bayous), où il y a une multitude de plans d'eau peu profonds. L'hydroglisseur présenté ici est celui d'une toute jeune société basée à Istres, Airboat Provence. Son but : faire découvrir les jolis sites qui jalonnent l'Etang de Berre et la côte phocéenne tout en proposant de nouvelles sensations. Lionel Zabarte, directeur de cette société, a fait construire son hydroglisseur par l'entreprise américaine Diamond  Back Airboats (Cocoa, au S-O de Cap Canaveral, Floride). Il a ainsi réalisé son rêve d'enfant initié grâce au feuilleton télévisé des années 65/70 (d'origine autralienne) : "Skippy le Kangourou". Le pionnier de l'hydroglisseur en France fut le franco-brésilien Santos Dumont (1873-1932) avec son hydroplane qu'il testa sur la Seine en 1907 (cf. Archives historiques du CMC). Pour les lecteurs qui s'intéressent à ce pionnier de l'aviation, lire ici "Les machines volantes de Santos-Dumont".


Cet hydroglisseur, directement dérivé des modèles que l'on trouve aux Etats-Unis, est conçu pour embarquer 12 passagers plus un pilote (il est homologué en classe D). Sa coque, entièrement réalisée en aluminium, supporte trois rangées de sièges pour les passagers, plus un fauteuil central pour le pilote placé juste devant le moteur, lequel est positionné sur l'arrière de l'engin. Il est propulsé par un moteur Duramax (fabriqué par DMAX, joint venture avec General Motors) de 6,6 L de cylindrée, couplé à une hélice tripale en carbone et développant 405 kW (550 ch), ce qui permet de propulser l'engin à près de 35 nd. Son pilote, détenteur d'un brevet Capitaine 200, prendra les commandes à partir du mois d'octobre 2015.


La découverte de nouvelles sensations de glisse et de dérapage sur l'eau, propres à ce type d'embarcation, sont au programme, mais pas seulement. En effet, cet hydroglisseur est équipé d'un système de propulsion auxiliaire électrique, ce qui lui permettra de faire découvrir en silence la faune et la flore de cette grande mer intérieure salée qu'est l'étang de Berre et les zones humides avoisinantes qui abritent quelques 200 espèces différentes d'oiseaux. Son faible tirant d'eau (quelques dizaines de centimètres) lui permettra d'accéder là où aucun autre bateau ne pourrait passer, comme les marais (10 cm d'eau suffisent et les herbes ne risquent pas d'entraver l'hélice puisque celle-ci est aérienne).


Les photos suivantes montrent les hydravions du "Raid Latécoère" lors de l'étape de Martigues (09.09.2015). C'est la base nautique de Martigues qui a accueilli l'événement. Les hydravions se sont posés sur l'étang de Berre dans la zone "Hydrosurface".


Après leur amerrissage, les hydravions ont été hébergés sur la plage du Club de voile de Martigues.


1910-2015, l'histoire de l'hydravion se poursuit donc à Martigues ! Cet évènement s'est déroulé en présence de Mario Fabre, petit-fils d'Henri Fabre.


Etape suivante : le vieux port de Marseille !


Le plus gros porte-conteneurs de CMA CGM en escale inaugurale au Havre (16-17.09.2015) — Photos Fabien Montreuil
Le porte-conteneurs CMA CGM VASCO DE GAMA est arrivé en escale inaugurale au Havre le 16.09.2015 à 12h30, malheureusement sous une pluie battante. Il a accosté à 14h00 au quai du Havre du Terminal de France (Port 2000). Nous l'avons récemment présenté, lors de sa livraison le 27.07.2015 par le chantier naval chinois China State Shipbuilding Corporation. Ce 18 000 evp est positionné sur la French Asia Line (FAL) qui relie l'Europe à l'Asie. Il arrivait de Zeebrugge (Belgique). Appareillage ce 17.09 à 13h30 à destination de Malte.
CMA CGM VASCO DE GAMA
CMA CGM VASCO DE GAMA
CMA CGM VASCO DE GAMA
CMA CGM VASCO DE GAMA (London) - IMO 9706889 - Indicatif d'appel 2INN8 - MMSI 235111246 - Porte-conteneurs - 399,20x54,00x30,20 m - TE 16,00 m - JB 178 228 - JN 116 356 - PL 184 700 t - P 63 910 kW (mot. 2T-11cyl MAN-B&W 11S90ME-C9 / hélice à pas fixe) - V 22,9 nd - Deux propulseurs d'étrave - Générat. aux. 4 x 4 320 kW / 1 x 300 kW - Cap. 18 000 evp (dont 1 400 reefers) - Constr. 07.2015 (China State Shipbuilding Corporation / CSSC, Chine) - Gérant/Opérat. CMA CGM (Marseille, France) - Pav. GBR. Sisterships  CMA CGM BENJAMIN FRANKLIN (IMO 9706891 / Livrable en 12.2015) - CMA CGM ZHENG HE (IMO 9706906 / Livrable 09.2015).

Le paquebot Berlin en escale imprévue à Rouen (14.09.2015)
Parti de Londres le 13.09.2015 en début de nuit, le paquebot de croisières BERLIN devait accoster à Saint-Peter (cf. ici quelques vues de cette jolie "capitale" de Guernesey). Un vent violent y soufflant localement, le Commandant a préféré venir se mettre à l'abri à Rouen. Le paquebot a donc engainé la Seine le 14.09 à 08h30 et est arrivé à Rouen à 14h30. Il a appareillé le lendemain 15.09 vers 23h30, cap sur Lisbonne (Portugal) où il est attendu le 19.09 à 06h00.
BERLIN
BERLIN
BERLIN
BERLIN
BERLIN (Valletta) - IMO 7904889 - Indicatif d'appel 9HA2295 - MMSI 248277000 - Paquebot de croisières - 139,30x17,50x9,00 m - TE 4,98 m - JB 9 570 - JN 3 542 - PL 1 796 t - Ptot 7 060 kW (deux moteurs 4T-12cyl MaK-Krupp 12M453AK / deux hélices à pas variable) - V 18 nd - Prop. d'étrave - Générat. 1 x 1 138 kVA - 4 x 660 kVA / 1 x 120 kVA - Cap. 462 passagers (206 cabines) - Equipage 180 - Constr. 1980 (Howaldtswerke-Deutsche Werft / HDW, Kiel, Allemagne) - Jumboîsé en 11.1986 - Propr./Gérant FTI Cruises (Allemagne) - Pav. MLT - Ex FTI BERLIN - (05.2012-03.2014) - Ex SPIRIT OF ADVENTURE (2005-2012 / Saga Cruises) - Ex ORANGE MELODY (2005) - Ex BERLIN (1985-2005) - Ex PRINCESS MAHSURI (1982-1985) - Ex BERLIN (1980-1982).


Mise sur cale le 15.09.2015 du futur paquebot SEABOURN ENCORE au chantier Fincantieri de Marghera
Le 15.09.2015 fut posée la quille du futur paquebot de luxe SEABOURN ENCORE sur le site de Marghera (tout près de Venise) du chantier Fincantieri. C'est le premier d'une série de deux paquebots commandés au chantier italien par l'armement américain Seabourn Cruise Line (filiale de Carnival). Ce paquebot (photo d'artiste ci-dessous, doc. Seabourn) doit rejoindre la flotte de Seabourn à la fin 2016.
Ce paquebot de 210 m de long pour 28 m de large, avec une jauge brute de 41 700 ums, aura une vitesse de croisière de l'ordre de 18 nd. Sa capacité d'emport sera de 600 croisiéristes logés exclusivement dans des suites (base double), toutes avec balcon privé. L'hydrodynamisme de sa coque a été tout spécialement étudié pour optimiser sa consommation de carburant. Le SEABOURN OVATION, son sistership, sera lui livré au deuxième trimestre 2018. Ces navires marqueront la fin du programme de renouvellement de la flotte de Seabourn, entamé en 2009 avec le SEABOURN ODYSSEY, suivi des SEABOURN SOJOURN en 2010 et SEABOURN QUEST en 2011.
Pour mémoire, l'ancien SEABOURN LEGEND (1992) est devenu le STAR LEGEND en 05.2015, tandis que le SEABOURN PRIDE (1988) est devenu le STAR PRIDE en 05.2014 et le SEABOURN SPIRIT (1989) s'appelle le STAR BREEZE depuis 05.2015, ces trois paquebots appartenant désormais à l'armement américain Windstar Cruises.


Quelques nouvelles de Québec (Canada) le 13.09.2015 — Photos Gilles Jobidon
En première escale pour cette année, le paquebot CELEBRITY SUMMIT a accosté à Québec le 13.09.2015 au matin, en provenance de Montreal. Fidèle à Québec depuis 2010, il y restera deux jours, devant appareiller le 14.09 en fin d'après-midi. Il reviendra mi-octobre. Au premier plan sur la troisième photo, un petit paquebot américain dédié à la croisière côtière, le SAINT LAURENT. Comme son nom le laisse supposer, il navigue sur le fleuve éponyme, mais parcourt également les cinq Grands Lacs, navigue le long de la côte nord-américaine, propose des croisières en Amérique du Sud via Panama, ou encore un périple dans les Caraïbes (Trinidad, Tobago, Grenade, Bonaire, Curaçao, Cartagena de Indias).
CELEBRITY SUMMIT (Valletta) - IMO 9192387 - Indicatif d'appel 9HJC9 - MMSI 249047000 - Paquebot de croisières - 294,00x32,30x10,60 m - TE 8,00 m - JB 90 940 - JN 55 023 - PL 11 788 t - Ptot 71 242 kW (un moteur diesel 4T-18cyl Paxman 18VP185 + deux turbines à gaz GE Marine LM2500 / deux azipods) - V 24 nd - Propulseurs d'étrave (3 x 2 350 kW) - Cap. 2 450 passagers (975 cabines) - Equipage 1 000 - Constr. 2001 (Chantiers de l'Atlantique / STX, Saint-Nazaire, France) - Propr. Royal Caribbean Cruises (Miami, Etats-Unis) - Gérant/Opérat. Celebrity Cruises (Miami, Etats-Unis) - Pav. MLT - Ex SUMMIT (2001-2008). Sisterships : CELEBRITY CONSTELLATION (IMO 9192399 / 2002) - CELEBRITY INFINITY (IMO 9189421 / 2001) - CELEBRITY MILLENNIUM (IMO 9189419 / 2000 / Ex MILLENIUM, le plus grand paquebot du monde lors de son lancement en 06.2000 par les Chantiers de l'Atlantique, que j'avais eu l'occasion de photographier deux mois après son entrée en serice, lors d'une escale à Saint-Petersbourg à bord du SAPPHIRE de Louis Cruises, dont on voit une photo par bâbord ici et qui a été ferraillé en 2012 sous le nom de ASPIRE).

SAINT LAURENT (Nassau) - IMO 9213129 - Indicatif d'appel C6YZ9 - MMSI 311050400 - Paquebot de croisières côtières - 91,44x15,24x6,10 m - TE 3,81 m - JB 4 954 - JN 1 468 - PL 200 t - Ptot 2 944 kW (deux moteurs 4T-8cyl Caterpillar 3516B / deux propulseurs Z-Drive) - V 10 nd - Prop. d'étrave (735 kW) - Générat. aux. 2 x 1 809 kW - Cap. 224 passagers (114 cabines) - Equipage 77 - Constr. 2001 (BAE Systems Southeast Shipyards, Jacksonville, Etats-Unis) - Gérant FleetPro Ocean (Miami, Etats-Unis) - Opérat. Haimark Line (Chicago, Etats-Unis) - Pav. BHS - Ex SEA VOYAGER (11.2009-03.2015) - Ex CAPE MAY LIGHT (04.2001-11.2009). Sistership : SEA DISCOVERER (IMO 9213131 / 2004 / actuellement désarmé).
ASPIRE (Charlestown) - IMO 6513994 - Indicatif d'appel V4LA2 - Paquebot de croisières - 149,00x20,73x10,52 m - TE 6,42 m - JB 12 263 - JN 4 958 - PL 2 660 t - Ptot 10 886 kW (deux moteurs 2T-9cyl Sulzer-Riuniti 9RD56 (après remotorisation en 1978) / deux hélices à pas fixe) - V 16 nd - Générat. aux. 4 x 704 kW - Cap. 651 passagers (288 cabines) - Equipage 240 - Constr. 1967 (Cant. Nav. Felszegi, Trieste, Italie) - Gérant/Opérat. Taymouth (St Vincent & Grenadines) - Pav. St.Kitts et Nevis - Ex SAPPHIRE (02.1996-04.2012) - Ex PRINCESA OCEANICA (1995-1996) - Ex SEA PRINCE V (1995) - Ex SEA PRINCE (1993-1995) - Ex OCEAN PRINCESS (1983-1993) - Ex ITALIA (1967-1983). Démoli en Inde par Rajendra Shipbreakers PVT Ltd en 05.2012.



Quelques nouvelles du GPMH (du 07 au 13.09.2015) — Photos Fabien Montreuil

Le porte-conteneurs néerlandais NILEDUTCH BREDA a touché Le Havre ce 13.09.2015 à 05h00, en provenance d'Anvers (Belgique). Très courte escale puisqu'il a appareillé du quai de l'Atlantique ce même jour peu avant 14h00, cap sur Leixoes (Portugal). C'est le premier mis en service (mi-2014) d'une série de quatre porte-conteneurs construits à Shanghai (les trois autres ont été livrés durant le premier trimestre de cette année, cf. infra).
NILEDUTCH BREDA
NILEDUTCH BREDA
NILEDUTCH BREDA
NILEDUTCH BREDA
NILEDUTCH BREDA (Rotterdam) - IMO 9612765 - Indicatif d'appel PBZW - MMSI 244670078 - Porte-conteneurs - 223,98x34,80x19,30 m - TE 12,50 m - JB 39 106 - JN 16 603 - PL 48 044 t - P 19 620 kW (mot. 2T-6cyl MAN-B&W-CSSC-MES Diesel 6S70ME-C8 / hélice à pas fixe) - V 20 nd - Prop. d'étrave (1 200 kW) - Générat. aux. 4 x 2 250 kVA / 1 x 250 kVA - Cap. 3 510 evp (dont 466 reefers) - Grues 3x45 t - Constr. 06.2014 (Shanghai Shipyard, Shanghai, Chine) - Propr./Gérant/Opérat. Nile Dutch Africa Line BV (Rotterdam, Pays-Bas) - Pav. NLD. Sisterships : NILEDUTCH ANTWERPEN (IMO 9612791 / 02.2015) - NILEDUTCH DORDRECHT (IMO 9612777 / 01.2015) -  NILEDUTCH ROTTERDAM (IMO 9612789 / 03.2015).

Après l'ONDINE, voilà un nouveau transrade en route pour son dernier voyage. Il s'agit ici, en ce 13.09.2015 au matin, du FAUNE remorqué par le RM MOULIS vers le chantier de démolition Gardet et de Bezenac (site du Havre, installé depuis 2008 sur l'emplacement des ACH et pouvant traiter des navires jusqu'à 130 m de long). Ces deux convois seront suivis d'autres car cette entreprise a signé, courant juillet, un important contrat avec la Marine nationale, contrat qui ravit son PDG, Patrick Nion : "Nous aurons un programme d'activité au moins pour les 24 prochains mois sur notre chantier." Ce contrat porte en effet sur une série de 18 navires à déconstruire (actuellement basés à Brest et à Toulon), le premier étant l'ONDEE (coque Q 864… en attente au fond de la Penfeld à Brest depuis 1993, cf. Net Maine), navire-citerne à vapeur construit en 1935 dans les chantiers de Graville (il est arrivé au Havre, sur une barge, fin juillet).
FAUNE
FAUNE
FAUNE
FAUNE

Le porte-conteneurs grec NIKOLAS arrive au Havre le 11.09.2015 vers 18h30, en provenance de Klaipeda (Lituanie). Il accostera une heure plus tard au Quai du Havre (Terminal de France, Port 2000, douze postes à quai). Il appareillera pour Anvers (Belgique) le 12.09 à 13h00, puis il mettra le cap sur Rotterdam. C'est de ce port néerlandais que débutera (le 18.09) une nouvelle ligne Europe du Nord - Afrique de l'Ouest, avec comme escales : Anvers (Belgique) - Bordeaux-Bassens (France) - Sines (Portugal) - Casablanca (Maroc) - Las Palmas de Gran Canaria (Espagne) - Conakry (Guinée) - Luanda (Angola), avec retour à Rotterdam via Dakar (Sénégal). Six navires de 2 000 à 2 500 evp assureront cette ligne "Angola Express" étendue gérée par l'armement MSC : EM ITHAKI (IMO 9178537 / ex MOL VOLTA) - JANUS (IMO 9226516) - MSC AMERICA (IMO 9008603) - MSC NAMIBIA II (IMO 9007817) - NIKOLAS (ci-dessous) - SANTA GIORGINA (IMO 9141792).

NIKOLAS
NIKOLAS
NIKOLAS
NIKOLAS (Panama) - IMO 9203526 - Indicatif d'appel 3FIJ - MMSI 357388000 - Porte-conteneurs - 207,17x29,80x15,60 m - TE 11,40 m - JB 25 294 - JN 13 280 - PL 32 391 t - P 20 930 kW (mot. 2T-7cyl Sulzer-HSD 7RTA72U / hélice à pas fixe) - V 22,8 nd - Prop. d'étrave (850 kW) - Générat. 3 x 1 375 kVA / 1 x 913 kVA - Cap. 2 506 evp (dont 420 reefers) - Grues 3x45 t / 1x35 t - Constr. 2000 (Samsung Heavy Industries, Geoje, Corée du Sud) - Gérant/Opérat. Technomar Shipping Inc. (Athènes, Grèce) - Pav. PAN - Ex SANTA ALEXANDRA (2009-2010) - Ex CMA CGM OKUME (2008-2009) - Ex SANTA ALEXANDRA (2005-2008) - Ex P&O NEDLLOYD ABIDJAN (2002-2005) - Ex MOL SAO PAULO (2001-2002) - Ex P&O NEDLLOYD ABIDJAN (2000-2001). Sisterships : EM ATHENS (IMO 9203538 / 2000) -  EM CHIOS (IMO 9203514 / 2000) - MAIRA (IMO 9203502 / 2000) - NEWYORKER (IMO 9209104 / 2001).

Ci-dessous l'automoteur néerlandais DROST VAN SALLAND (EU 03051699) arrive au Havre le 11.09.2015 aux environs de 15h30, en provenance de Dunkerque. Il restera trois heures à quai puis appareillera ce même jour à 18h30, pour engainer la Seine et rejoindre Paris. Long de 42 m de long et large de 5,6 m, c'était à l'origine un bateau de navigation en eaux intérieures (fleuves, rivières et canaux), qui transportait du sable. Il fut construit en 1965 par le chantier néerlandais Geertman (Zwartsluis, Province de Overijssel, Pays-Bas), sous le nom de EVERT-W. Il fut ensuite transformé en un théâtre flottant. Son entretien étant devenu trop onéreux pour la compagnie qui l'exploitait, son propriétaire néerlandais a profité d'un moment où le bateau devait être rénové pour le revendre. Cette péniche va donc désormais être amarrée au centre de notre capitale pour une nouvelle activité théâtrale axée sur la comédie. Quel sera son futur nom, il est trop tôt pour le dire.
DROST VAN SALLAND
DROST VAN SALLAND
DROST VAN SALLAND
DROST VAN SALLAND

Arrivé sur rade du Havre le 10.09.2015 à 11h, en provenance d'Amsterdam (Pays-Bas), le paquebot MSC SINFONIA a immédiatement embarqué le pilote et passé les digues d'entrée du GPMH trois-quarts d'heure plus tard. Il a accosté au quai Roger Meunier (terminal de la Pointe de Floride) à 12h20, avec à son bord 2 084 passagers et 733 membres d'équipage. Appareillage le soir même à 20h15, cap sur El Ferrol (ville portuaire espagnole située juste au N-E de La Corogne, historiquement renommée "El Ferrol del Caudillo" de 1938 à 1982 car ville natale (1892) du dictateur Franco, mort à Madrid en 1975). Bien qu'en service depuis 2002, le MSC SINFONIA escalait au Havre pour la première fois. Après avoir navigué en Europe du Nord cet été, il regagne la Méditerranée où il proposera plusieurs croisières dont une de 13 jours / 12 nuits au départ de Gênes le 17.09 : Italie - Grèce - Bulgarie - Roumanie - Turquie, suivie d'une autre de même durée, également au départ de Gênes (29.09) : Italie - Gibraltar - Portugal - Espagne. Après quoi, il rejoindra l'océan Indien avec des croisières Afrique du Sud - Mozambique.
MSC SINFONIA
MSC SINFONIA
MSC SINFONIA
MSC SINFONIA
Ce paquebot vient d'être jumboïsé du 12.01 au 16.03.2015 au chantier Fincantieri de Palerme (Italie). Les trois autres paquebots de la série ont subi le même traitement, dans le cadre d'un programme dit "Renaissance" (200 M€). Le MSC ARMONIA a été le premier de la série à être allongé de 23,7 m. Le MSC OPERA l'a été du 02.05 au 04.07.2015 et le MSC LIRICA est en fin de travaux. Pour les quatre paquebots, la nouvelle section comporte 193 cabines (dont 94 avec balcons). En même temps que cette jumboïsation, de nouveaux aménagements et des travaux de modernisation ont été effectués (agrandissement des restaurants et du spa, nouvelles aires de jeux pour les enfants, etc.). La capacité passagers est passée à 2 680 (soit 610 passagers en plus). L'équipage bénéficie également de 59 cabines supplémentaires.
MSC SINFONIA
MSC SINFONIA
MSC SINFONIA
MSC SINFONIA
MSC SINFONIA (Panama) - IMO 9210153 - Indicatif d'appel H8XH - MMSI 356716000 - Paquebot de croisières - 274,90x28,80x12,90 m - TE 6,80 m - JB 65 542 - JN 41 682 - PL 6 949 t - Ptot 31 680 kW (quatre moteurs 4T-12cyl Wartsila 12V38 couplés à quatre générateurs (de 7 650 kW chacun) qui alimentent deux moteurs électriques (de 10 000 kW chacun) entraînant deux azipods) - V 20,8 nd - Prop. d'étrave (2 x 1 200 kW) - Cap. 2 680 passagers (976 cabines) - Equipage 763 - Constr. 2002 (Chantiers de l'Atlantique / STX France, Saint-Nazaire, France) - Propr./Gérant Mediterranean Shipping Company (Genève, Suisse) - Opérat. MSC Crociere SpA (Italie) - Pav. PAN. Ex EUROPEAN STARS (2002-2004) - Lancé comme EUROPEAN DREAM (2002). Sisterships : MSC ARMONIA (IMO 9210141 / 2001) -  MSC LIRICA (IMO 9246102 / 2003) - MSC OPERA (IMO 9250464 / 2004 / d'autres photos ici).

Le supply belge OMALIUS est arrivé en rade du Havre le 09.09.2015 à 16h et a accosté une heure plus tard au quai Joannes Couvert. Il y restera quelques jours, pour une escale technique programmée (relève d'équipage, avitaillement, etc.).
OMALIUS
OMALIUS
OMALIUS
OMALIUS
Appareillage pour Fécamp prévu le 12.09.2015 en milieu de journée. L'OMALIUS est l'ancien remorqueur ravitailleur releveur d'ancres NORMAND DRAUPNE (doc. Chz65) racheté en 12.2014 par l'entreprise belge G-tec qui l'a fait transformer début 2015 en navire multifonctions, lequel a repris du service en 04.2015 sous son nom actuel d'OMALIUS. Entre autres modifications, il a été équipé d'une tour de forage qui va être utilisée pour des opérations de carottage sur le futur champ d'éoliennes au large de Fécamp (cf. infos ici et ). Cette région est très crayeuse et il est prévu des carottages à plus de 60 m de profondeur afin de localiser d'éventuelles hétérogénéités de terrain et altérations de couches de surface, et ce pour optimiser l'implantation des futurs mâts d'éoliennes. Une quarantaine de personnes travaillent à bord de l'OMALIUS. Ce supply était déjà venu au printemps en soutien des jack-up (plateformes auto-élévatrices) non motorisés GOLIATH et JB 117  (cf. encadré ici). Le coût total de cette campagne de prospection est de 10 M€. L'installation proprement dite des éoliennes devrait débuter fin 2016, pour une entrée en service courant 2018 (coût total de l'installation de l'ordre de 2 milliards d'euros).
OMALIUS
OMALIUS
OMALIUS
OMALIUS
OMALIUS (Antwerp) - IMO 8406470 - Indicatif d'appel ORRS - MMSI 205682000 - Remorqueur ravitailleur releveur d'ancres (AHTS / Anchor Handling Tug Supply) - 83,45x18,01x7,95 m - TE 5,577 m - JB 3 364 - JN 1 009 - PL 2 500 t - Ptot 13 188 kW (quatre moteurs 2T-10cyl Wichmann 10AXAG / deux hélices à pas variable) - V 16 nd - Quatre propulseurs transversaux (av. 2 x 1 100 kW / arr. 2 x 880 kW) - Générat. aux. 4 x 2 700 kW / 2 x 490 kW - Equipage 12 - Traction au croc 171 t - Système de positionnement dynamique DP2 - Fire-fighting 2 - Constr. 1985 (Ulstein Shipbuilding, Ulsteinvik, Norvège) - Propr. G-tec (Milmort, Belgique) - Gérant/Opérat. Eco Shipping (Ostende, Belgique) - Pav. BEL - Ex NORMAND DRAUPNE (1985-2015). Sistership : GSP ANTARES (IMO 8406482 / 1985).

Ci-dessous l'ancienne vedette transrade ONDINE de la Marine nationale arrivant le 09.09.2015 au Havre, en remorque du RM MOULIS (remorqueur de l'armement rouennais Louis Thomas). Le convoi était parti de Brest deux jours avant. Cette ancienne vedette de transport de personnel (desservant l'Île Longue et la Presqu'île de Crozon) va être démantelée par la société normande Gardet et de Bezenac  : implantée de longue date à Yvetot et à Fécamp, cette entreprise est spécialisée dans la collecte et le reyclage des matériaux, mais aussi dans le démantèlement industriel et naval. Cette dernière activité est implantée au Havre, sur l'ancien site des  Ateliers et Chantiers du Havre (ACH), pôle de démolition ouvert il y a quelques années sur le canal du Havre.

L'ONDINE est l'une des huit vedettes transrade désarmées par la Marine nationale (cf. liste ici). Six vont être démolies, les deux autres devant être océanisées (ou l'étant peut-être déjà).

Nous annoncions récemment l'escale inaugurale prochaine au Havre du voiturier HOEGH TARGET, qui détient actuellement le record mondial d'emport de voitures : 8 500. Ce PCTC (Pure Car & Truck Carrier) "Post Panamax" a, comme prévu, touché le GPMH le 07.09.2015 en tout début de nuit (accostage au quai ROC5 à 00h50). Il arrivait de Zeebrugge (Belgique) pour cette première rotation en provenance d'Asie (pour mémoire, il a été livré par le chantier chinois Xiamen Shipbuilding Industry le 02.07.2015). Il a appareillé le soir même, vers 21h30, pour Southampton (Grande-Bretagne).
HOEGH TARGET
HOEGH TARGET
HOEGH TARGET
HOEGH TARGET (Oslo) - IMO 9684976 - Indicatif d'appel LAUJ7 - MMSI 257864000 - Voiturier - 199,90x36,50x38,49 m - TE 10,318 m - JB 76 420 - JN 23 242 - PL 22 068 t - P 11 735 kW (mot. 2T-6cyl MAN-B&W 6S60ME-C / hélice à pas fixe) - V 19 nd - Prop. d'étrave (1 800 kW) - Générat. aux. 2 x 1 850 kW / 1 x 950 kW - Cap. 8 500 voitures - Equipage 23 - Constr. 07.2015 (Xiamen Shipbuilding Industry, Xiamen, Chine) - Propr./Gérant/Opérat. Hoegh Group (Oslo, Norvège) - Pav. NOR. Sisterships : HOEGH TRACER (IMO 9684990 / Livrable 10.2015) - HOEGH TRAPPER (IMO 9706918 / Livrable 01-2016) - HOEGH TRAVELLER (IMO 9710737 / Livrable 04.2016) - HOEGH TRIGGER (IMO 9684988 / Livrable 10.2015) - HOEGH TROTTER (IMO 9710749 / Livrable 07.2016).

Page précédente
Dernière mise à jour - 01.07.2016

© Françoise Massard  
  www.cargos-paquebots.net