Marine marchande - Quelques nouvelles au quotidien
Françoise Massard
Navires cités dans cette page ( cliquez sur leurs noms ) : - Aidaperla - Aidaprima - Alice - Alsace - Altarek II - Amadea - Anne - Artois - Asuka - Baltiyskiy-202 - Blue Sky S - Cap Croisette - Cap d'Aunis - Darya - Flandre - Gerlin - Hakata - Hellespont Fairfax - Hellespont Tara - Marbat - Miltiadis Junior - MSC Divina - MSC Fantasia - MSC Splendida - Navios Coral - Navios Sphera - Orion - Overseas Laura Lynn - Prinsendam - Royal Viking Sun - Sandra (IMO 9537757) - Sandra (IMO 7601073) - Sara - Saracena - Seabourn Sun - Shanghai Spirit - Silver Cloud - Star Laguna - Star Lygra - Stena Image - Stena Imagination - Stena Immaculate - Stena Immense - Stena Immortal - Stena Impeccable - Stena Imperative - Stena Imperial - Stena Important - Stena Impression - Stenaweco Impulse - Susan Borchard - TI Europe - TI Oceania - Vasiliy Shukshin - Youzarsif II - Youzarsif-H -
Page précédente
 Rien de systématique dans cette rubrique, seulement quelques informations au gré de mes lectures ou des photos du jour...
Page suivante  

Le 320 000 tpl grec MILTIADIS JUNIOR en escale au Havre-Antifer le 21.09.2016 — Photos Gérard Né
Le pétrolier MILTIADIS JUNIOR, un 320 000 tpl récent (entré en service mi-2014) de l'armement grec Capital Ship Management Corp., est arrivé sur rade du Havre le 20.09.2016 aux alentours de 19h30, en provenance de l'île de Kharg (île située dans la partie N-E du golfe Persique, à une quarantaine de kilomètres au large de la province iranienne du Bushehr dont elle dépend administrativement ; elle se trouve à environ 450 km au N du détroit d'Ormuz, porte d'entrée du golfe Persique en venant de la mer d'Oman). Cette île d'environ 25 km2 (moins de 8 km de long et un peu plus de 5 km de large dans ses plus grandes dimensions) est essentiellement un site d'exportation du pétrole iranien.
MILTIADIS JUNIOR
MILTIADIS JUNIOR
MILTIADIS JUNIOR
Le pétrolier embarque le pilote le 21.09 vers 07h30 et arrive à Antifer deux heures plus tard. Il évite pour accoster en culant au poste AFR W.
MILTIADIS JUNIOR
MILTIADIS JUNIOR
MILTIADIS JUNIOR
Quatre remorqueurs participent à la manœuvre. Il appareillera le 24.09 peu après 14h00, à destination de Rotterdam (Pays-Bas).
MILTIADIS JUNIOR
MILTIADIS JUNIOR
MILTIADIS JUNIOR
MILTIADIS JUNIOR (Monrovia) - IMO 9693745 - Indicatif d'appel D5FV2 - MMSI 636016370 - Pétrolier (Transport de brut) - 333,00x60,00x30,50 m - TE 22,50 m - JB 166 308 - JN 109 544 - PL 320 000 t - P 22 918 kW (mot. 2T-7cyl MAN-B&W-CSSC-MES Diesel 7G80ME-C9 / hélice à pas fixe) - V 15,5nd - Générat. aux. 3 x 1 300 kW / 1 x 360 kW - Cap. 335 800 m3 (15 citernes) - Constr. 06.2014 (Shanghai Waigaoqiao Shipbuilding, Shanghai, Chine) - Propr. Capital Product Partners L.P. (Le Pirée, Grèce) - Gérant/Opérat. Capital Ship Management Corp. (Le Pirée, Grèce) - Pav. LBR - Lancé comme SHANGHAI SPIRIT (05.2014). Une quinzaine de sisterships dont le tiers encore en construction (livrables d'ici mi-2017).


Quelques nouvelles de Sète (21.09.2016) — Photos Régis Zaïa

Voici quelques navires photographiés à Sète le 21.09.2016. Tout d'abord, le paquebot PRINSENDAM qui a passé la journée amarré au Mole Masselin, pendant qu'une grande partie des croisiéristes étaient descendus à terre pour visiter la belle ville de Sète et ses environs. Lors de cette croisière, il y avait 780 passagers à bord du paquebot (pour ma part, je l'ai photographié bien loin de Sète, début mars 2011, alors qu'il était au mouillage dans la rade de Panama-City, cf. ici). En route, le chimiquier / pétrolier SARACENA que nous avons vu tout récemment au Havre (le 22.08.2016). Quant à la drague aspiratrice en marche CAP CROISETTE, c'est un ancien chaland ouvrant transformé en drague à Marseille, en 1982, par la Compagnie Marseillaise de Réparation (CMR). Cette drague est exploitée par la Région Languedoc-Roussillon. Ce bateau de service portuaire a changé de couleur début 2009 (sa coque était jaune auparavant, comme on le voit ici, photo du 17.09.2008). A noter que sa coque est identique à celle de la drague rochelaise CAP D'AUNIS. Ces trois photos ont été prises du haut du Phare Saint-Louis, l'occasion de rappeler un peu son histoire (cf. encadré plus bas).

Paquebot PRINSENDAM
Chimiquier SARACENA
Drague CAP CROISETTE
Phare Saint-Louis
PRINSENDAM (Rotterdam) - IMO 8700280 - Indicatif d'appel PBGH - MMSI 244126000 - Paquebot de croisières - 204,00x32,32x9,85 m - TE 7,25 m - JB 39 051 - JN 14 779 - PL 6 150 t - Ptot 21 120 kW (quatre moteurs 4T-8cyl Sulzer-Wartsila 8ZAL40S / deux hélices à pas variable) - V 21,8 nd - Trois propulseurs transversaux (av. 2 x 1 000 kW / arr. 1 x 1 000 kW) - Générat. aux. 5 x 2 840 kW - Cap. 843 passagers (404 cabines) - Equipage 460 - Constr. 11.1988 (Wartsila Marine Industries, Turku, Finlande) - Propr. Carnival (Miami, Etats-Unis) - Gérant/Opérat.  Holland America Line NV (Seattle, Etats-Unis) - Pav. NLD - Ex SEABOURN SUN (11.1999-06.2002) - Ex ROYAL VIKING SUN (11.1988-11.1999).
SARACENA (Ravenna) - IMO 9334325 - Indicatif d'appel IBVS - MMSI 247221100 - Chimiquier - 155,20x25,60x12,10 m - TE 9,00 m - JB 14 701 - JN 6 228 - PL 20 934 t - Ptot 6 000 kW (deux moteurs 4T-6cyl MaK-Caterpillar 6M32C / deux hélices à pas variable) - V 14 nd - Prop. d'étrave (750 kW) - Générat. aux. 2 x 1 900 kW / 2 x 500 kW - Cap. 21 164 m3 (10 citernes) - Constr. 11.2007 (Celiktekne Sanayii ve Ticaret, Tuzla-Istanbul, Turquie) - Gérant/Opérat. Mediterranea di Navigazione (Ravenne, Italie) - Pav. ITA.

CAP CROISETTE (Fos-sur-Mer) - IMO 7708883 - Indicatif d'appel FPBG - MMSI 227001650 - Drague motorisée aspiratrice en marche - 65,05x12,00x4,01  m - TE 3,56 m - JB 940 - JN 891 - PL 1800 t - Ptot 750 kW (deux moteurs 4T-12cyl Kloeckner-Humboldt-Deutz / deux propulseurs azimutaux) - V 9 nd - Générat. aux. 1 x 104 kW - Puits à déblais 1 000 m3 (1 cale) - Constr. 07.1976 (IHC Verschure, Amsterdam, Pays-Bas / Le groupe IHC est spécialisé dans la construction de dragues depuis le XIXe siècle) - Propr./Gérant/Opérat. Languedoc-Roussillon Maritime (France) - Pav. FRA.


Le Phare Saint-Louis (Etablissement de signalisation maritime n°1301/000, Sète, 34200) est situé à l'extrémité du môle Saint Louis, chaussée empierrée de 650 m de long construite dès la fondation de la ville. Le phare que nous admirons aujourd'hui (inscrit à l'inventaire des Monuments Historiques depuis 2003) n'est pas celui d'origine, mais une construction datant de 1948, nous y reviendrons plus loin.

La ville de Sète, ou plutôt à l'origine son port, remonte officiellement à 1666 (350 ans cette année donc). Celui-ci fut créé sur décision de Louis XIV, à l'initiative de son Ministre Colbert (Contrôleur Général des Finances, mais aussi Secrétaire d'Etat de la Marine). Le Roi souhaitait en effet un port en eaux profondes, sur la Méditerranée (via l'étang de Thau) où déboucherait le Canal des deux mers (aujourd'hui connu comme le Canal du Midi) alors en cours de construction sous la direction de Pierre-Paul Riquet, et dont le but était de faciliter l'exportation des produits du Languedoc. Louis XIV souhaitait aussi un port refuge où les galères royales pourraient mouiller à l'abri. Les travaux de construction du port se firent sous la direction du Chevalier Nicolas de Clerville (1610-1677) — sous les plans duquel venait d'être construit à Marseille le Fort Saint-Nicolas. Les travaux du port de Sète débutèrent officiellement le 29 juillet 1666.

1920

Avant 1928 (la ville, à l'origine du nom de Cette, devint officiellement Sète par arrêté ministériel du 20 janvier 1928)
La construction initiale du môle s'étendit de 1666 à 1682. Dès 1673 les ingénieurs Delafeuille et Morgues proposèrent la construction d'un fanal pour en signaler l’extrémité et marquer l'entrée du nouveau port dont la construction était déjà bien engagée.
Le premier phare sera finalement construit entre 1682 et 1684. Défauts de construction et tempêtes entraînèrent sa destruction, ainsi que du celle du suivant (construite en 1720, c'est une tour carrée de 18 m de haut, équipée d’une lanterne contenant 24 lampions à huile, complétée par un corps de garde et un magasin à poudre). Deux autres constructions verront le jour : en 1771 d'abord (25 m de haut, premier phare français à être équipé d'une grande lanterne vitrée abritant une lampe à huile, à réflecteurs en cuivre argenté, optique fournie par la compagnie Tourville-Sangrain qui obtient à cette époque la concession de tous les phares), puis en 1830 (phare à feu fixe de 25 m de haut, portant à 12 milles). Le môle Saint-Louis protège ainsi l'entrée du vieux port de Sète depuis le XVIIe siècle.
Photos prises dans les années 1940
Ce mole fut prolongé et élargi au siècle suivant. Au XIXe siècle, le port se développa considérablement grâce au commerce du vin, du bois, des céréales, etc.
C'est la Seconde Guerre mondiale qui réduit à l'état de tas de pierres le phare de 1861 (cent soixante-dix édifices de signalisation maritime furent détruits en France lors de la retraite allemande). Ce phare de 1861 est bâti selon les plans de Léonce Reynaud (voir son buste dans le Phare de Cordouan), alors Directeur de la Commission des Phares et Balises (c'est lui aussi qui construisit le Phare Amédée, à l'entrée du port de Nouméa). Cette tour de 1861 (photos précédentes) aura une vie beaucoup plus longue que les précédentes puisqu'elle trônera sur le môle Saint-Louis jusqu'en août 1944. Comme on le voit sur les photos d'archives (Coll. Régis Zaïa), elle est cylindrique. Construite en pierres de taille de Cassis, elle mesure 30 m de haut et est équipée d'une lentille de Fresnel. Elle est construite sur une esplanade circulaire. Un escalier de huit marches permet d'atteindre son portail. La tour est complétée d'une maison de gardien sur le môle.
Comme on l'a dit précédemment et comme on le voit ci-contre, ce phare de 1861 fut bombardé le 19.08.1944 et totalement détruit (sauf ses soubassements). Il sera reconstruit à l'identique entre 1946 et 1948, sur la base des précédentes fondations (43° 23’ 48” N - 3° 42’ 6” E). Ses promoteurs en furent l'architecte Favier, les ingénieurs Deyme, Molo et de Loubresse, les entrepreneurs Guinet et Mazza Ricardo. Le feu fonctionne depuis 1949. Cette tour mesure 6,50 m de diamètre à la base, et 4,75 m à son sommet qui culmine à 33,5 m (35,85 m au-dessus de la mer). La chambre de service est desservie par un escalier hélicoïdal de quatre-vingt-quatorze marches, avec une jolie rampe en bronze (façonnée par la ferronnerie parisienne Borderel et Robert). Une échelle de fonte permet d'atteindre la galerie extérieure de 1 m de large, soutenue sur un encorbellement et ceinte d'une balustrade en pierre.
Destruction du phare en août 1944
La première optique de 1861 était un feu fixe blanc (lampe à huile végétale, puis minérale à partir de 1875, puis lampe à pétrole à partir de 1908). Ce phare sera électrifié en 1933. L'optique de 1949 est un feu à 4 éclats groupés toutes les 12 s ayant une portée maximale de 15 milles. Actuellement, le phare Saint-Louis est propriété de l'Etat (Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie - DIRM Méditerranée).
1947
1951
1959
Escalier du phare de 1949

Sur la troisième photo ci-dessus, vue générale de Sète (en 1959), ville parfois surnommée la «Venise du Languedoc». Avec ses canaux, ses ponts, ses immeubles aux façades colorées, ses joutes, et surtout son vieux port, elle fut une ville chère à Paul Valéry et chantée par Georges Brassens.

Ci-contre, la base du phare Saint-Louis actuel (celui de 1948-1949, copie de celui de 1861), avec son entrée néo-classique composée d'un escalier de huit marches conduisant à un portail surmonté d'un fronton triangulaire. A droite du portail, gravés dans la pierre (cf agrandissement sur la photo de droite), les deux derniers vers du poème "Naissance de Vénus" par Paul Valéry (né à Sète le 30.10.1871, mort à Paris le 20.07.1945, mais inhumé dans le cimetière marin de Sète).
Son oeil mobile mêle aux éclairs de périls
L’eau riante, et la danse infidèle des vagues
.
Hommage par Paul Valéry (dans son "Album de vers anciens" publié en 1927) au célèbre tableau peint vers 1485 par l'artiste italien Sandro Botticelli (cf. ici).

« Le seul luxe permis dans un phare consiste dans la beauté des matériaux et la perfection de leur mise en oeuvre. Tout vain décor doit être proscrit »
Quinette de Rochemont (directeur des Phares et Balises, 1905)

Photos : coll. Régis Zaïa / Sources documentaires : diverses archives municipales (ville de Sète) et nationales (ministère de la Culture) et document "Phares du Languedoc-Roussilon".


Le plus grand pétrolier du monde, le TI EUROPE, sous pavillon français depuis le 21.09.2016
Le "Crude Oil Tanker" TI EUROPE vient, ce 21.09.2016 à Dubai (Emirats Arabes Unis), de passer sous pavillon français, abandonnant son précédent pavillon belge. Avec un port en lourd de 441 560 t, ce pétrolier de l'armement belge Euronav est le plus grand pétrolier du monde. Son nom comprend le sigle "TI", lequel fait référence au Tankers International VLCC Pool, consortium créé en 2000 et regroupant les armateurs gérant les plus grands tankers du monde, dont précisément Euronav.
Le TI EUROPE peut charger de l'ordre de trois millions de barils, soit plus de 477 000 m3 (1 baril = 0,159 m3). Le Lloyd's Register, qui est sa société de classification, le certifie jusqu'à 490 505 m3. A noter que cette francisation est faite dans le cadre de la réforme de la loi de 1992 qui donne à Euronav le monopole du transfert de brut sous pavillon français. Ce sont ainsi huit VLCCs (Very Large Crude Carriers) qui sont désormais sous pavillon RIF (Registre International Français) : ALSACE (IMO 9530905 / 02.2012 / Sistership du MARBAT) - ANNE (IMO 9722936 / 05.2016 / Sistership du ALICE récemment vu au Havre) - ARTOIS (IMO IMO 9230969 / 07.2001) - FLANDRE (IMO 9235256 / 06.2004) - HAKATA (IMO 9346952 / 03.2010) - SANDRA (IMO 9537757 / 08.2011) - SARA (IMO 9537745 / 06.2011 / Sistership du précédent) et TI EUROPE donc.
TI EUROPE (Photo D. Jegou)

TI EUROPE (Marseille) - IMO 9235268 - Indicatif d'appel FJXA - MMSI 228083900 - Pétrolier (Transport de brut) - 380,00x68,00x34,00 m - TE 24,525 m - JB 234 006 - JN 162 477 - PL 441 560 t - P 36 900 kW (mot. 2T-9cyl Sulzer-Doosan 9RTA84T-D / hélice à pas fixe) - V 16 nd - Générat. aux. 3 x 1 450 kW - Cap. 490 505 m3 (19 citernes) - Equipage 42 - Constr. 11.2002 (Daewoo Shipbuilding & Marine Engineering / DSME, Geoje, Corée du Sud) - Propr./Gérant/Opérat. Euronav (Anvers, Belgique) - Pav. FRA - Ex HELLESPONT TARA (11.2002-07.2004). Sistership : OVERSEAS LAURA LYNN (IMO 9246633 / 04.2003 / Ex TI OCEANIA 07.2004-03.2015 / Ex HELLESPONT FAIRFAX 04.2003-07.2004).



Triple escale de paquebots au Havre le 20.09.2016 — Photos Gérard Né

Ce 20.09.2016, au petit matin, passage au port pour la première et unique triple escale de paquebots pour cette année, mais en attendant l'arrivée du premier, détour par le quai minéralier (poste MCT 6, près de la centrale thermique) où se trouve amarré un vraquier tout neuf : le NAVIOS SPHERA. Celui-ci a rejoint en 01.2016 l'armement Navios Maritime Holdings Inc., société internantionale de shipping basée à Monaco, à New York, à Montevideo et au Pirée. Fondé en 1954 comme filiale de United States Steel pour transporter le minerai de fer du Venezuela et du Canada vers les Etats-Unis, cet armement s'est par la suite diversifié et développé à l'international, actuellement à la tête d'une flotte d'environ 80 navires. Le vraquier est arrivé sur rade du Havre le 12.09.2016 au soir, en provenance de Gdansk (Pologne), mais n'a passé les digues que le 18.09 vers 23h00, pour un amarrage 1h30 plus tard. Appareillage prévu le 23.09 en milieu de journée, pour la rade dans un premier temps, en attendant de connaître sa prochaine destination.

NAVIOS SPHERA
NAVIOS SPHERA
NAVIOS SPHERA
NAVIOS SPHERA (Panama) - IMO 9738818 - Indicatif d'appel 3FLS5 - MMSI 374092000 - Vraquier - 228,95x35,00x19,90 m - TE 14,467 m - JB 45 223 - JN 28 895 - PL 84 872 t - P 9 000 kW (mot. 2T-6cyl MAN-B&W-Mitsui 6S60ME-C / hélice à pas fixe) - V 14,5 nd - Générat. aux. 3 x 480 kW - Cap. 100 703 m3 (7 cales) - Constr. 01.2016 (Imabari Shipbuilding, Marugame, Japon) - Propr. Navios Maritime Holdings Inc. (Monte Carlo, Monaco) - Gérant/Opérat. Kleimar NV (Anvers, Belgique) - Pav. PAN. Une vingtaine de sisterships (dont quatre encore en construction), parmi lesquels un autre vraquier du même armement, le NAVIOS CORAL (IMO 9774264) qui vient d'être livré ce mois-ci.

Le premier des trois paquebots attendus ce 20.09.2016, le AIDAprima, se présente aux digues d'entrée du GPMH à 05h45. C'est maintenant un habitué du port du Havre depuis son escale inaugurale au GPMH les 03 et 04.05.2016. Nous l'avions présenté dès le 03.05.2014 lors de sa mise à flot au chantier MHI de Nagasaki.
AIDAPrima
AIDAPrima
AIDAPrima
Le AIDAprima arrive de Southampton (Grande-Bretagne) et accoste, bâbord à quai, au quai Roger Meunier (Terminal de la Pointe de Floride). Appareillage pour Zeebrugge (Belgique) ce jour-même vers 19h00.
AIDAPrima
AIDAPrima
AIDAprima (Genova) -  IMO 9636955 - Indicatif d'appel IBGU -  MMSI 247353800 - Paquebot de croisières - 299,95x37,60 m - TE 8,25 m - JB 125 572 - PL 9 200 t - Quatre moteurs MaK-Caterpillar (dont trois 4T-12cyl 12VM43C et un 4T-12cyl 12VM46DF) couplés à quatre bgénérateurs qui alimentent deux moteurs électriques de propulsion / Deux azipods - Trois propulseurs d'étrave - Cap. 3 300 passagers (1 643 cabines) - Equipage 900 - Constr. 03.2018 (Mitsubishi Heavy Industries, Nagasaki, Japon) - Propr. Carnival (Doral, Etats-Unis) - Gérant/Opérat. Aida Cruises (Rostock, Allemagne) - Pav. ITA. Sistership : AIDAPerla (IMO 9636967 / Livrable 12.2016).

Puis le paquebot MSC SPLENDIDA entre à son tour à 7h00 aux digues, venant de Hambourg (Allemagne). Sur la première photo ci-dessous, on le voit en arrière-plan dans l'avant-port (au premier plan, vu de l'arrière, l'AIDAprima).
AIDAPrima & MSC SPLENDIDA
MSC SPLENDIDA
MSC SPLENDIDA
Il évite pour aller accoster au quai Pierre Callet (de l'autre côté de la Pointe de Floride), tribord à quai.
MSC SPLENDIDA
MSC SPLENDIDA
MSC SPLENDIDA
Les deux premiers paquebots sont ainsi amarrés pour la journée. Le MSC SPLENDIDA appareillera pour Southampton le 20.09 à 22h00.
MSC SPLENDIDA
AIDAPrima & MSC SPLENDIDA
MSC SPLENDIDA (Panama) - IMO 9359806 - Indicatif d'appel 3FZI8 - MMSI 357698000 - Paquebot de croisières - 333,33x37,92 m - TE 8,65 m - JB 137 936 - JN 107 916 - PL 13 413 t - Ptot 71 400 kW (cinq moteurs Wartsila (dont deux 4T-16cyl 16V46 et deux 4T-12cyl 12V46) couplés à cinq générateurs (dont deux de 16 800 kW chacun et trois de 12 600 kW) qui alimentent deux moteurs électriques (de 20 200 kW chacun) / deux hélices à pas fixe) - V 22,7 nd - Cinq propulseurs transversaux (av. 3 x 3 100 kW / arr. 2 x 3 100 kW ) - Cap. 3 959 passagers (1 637 cabines) - Equipage 1 325 - Constr. 2009 (STX France, Saint-Nazaire, France) - Propr./Gérant Mediterranean Shipping Company (Genève, Suisse) - Opérat. MSC Crociere SpA (Piano di Sorrento, Italie) - Pav. PAN.Sisterships : MSC DIVINA - MSC FANTASIA.

Le troisième et dernier paquebot pour la journée du 20.09.2016 est le AMADEA. En provenance de Zeebrugge, il franchit les digues du GPMH vers 7h50.
AMADEA
AMADEA
AMADEA
Il doit éviter car il va accoster lui aussi au quai Pierre Callet. Il appareillera pour St Peter (Guernesey) ce 20.09 vers 20h00.
AMADEA
AMADEA
AMADEA
Ce paquebot AMADEA n'est autre que l'ancien ASUKA construit en 10.1991 pour l'armement japonais NYK Line, nom qu'il a porté jusqu'en 02.2006. On le voit sous ce nom d'origine sur la photo de droite, prise à sa sortie du Havre le 10.05.2000. Il n'était, à priori, jamais revenu au Havre.
AMADEA
AMADEA
ASUKA
AMADEA (Nassau) - MO 8913162 - Indicatif d'appel C6VE9 - MMSI 308445000 - Paquebot de croisières - 192,82x24,70x10,40 m - TE 6,618 m - JB 29 008 - JN 10 275 - PL 3 938 t - Ptot 18 522 kW (deux moteurs 4T-7cyl MAN-B&W-Mitsubishi 7L58/64 / deux hélices à pas variable) - V 20 nd - Prop. d'étrave (1 450 kW) - Générat. aux. 5 x 1 700 kW - Cap. 604 passagers (292 cabines) - Equipage 244 - Constr. 10.1991 (Mitsubishi Heavy Industries, Nagasaki, Japon) - Gérant V Ships Leisure SAM (Monte Carlo, Monaco) - Pav. BHS - Ex ASUKA (10.1991-02.2006).


Quelques nouvelles de Sète (20.09.2016) — Photos Régis Zaïa

Des cargos de l'armement norvégien Grieg Star (filiale de Grieg Shipping Group, groupe familial créé en 1884) escalent de temps en temps à Sète. Mais ce 19.09.2016, c'est une première escale pour le STAR LAGUNA (entré en service il y a quatre ans). Grieg Star, fondé en 1961, opère un peu plus d'une quarantaine de navires : cargos polyvalents et vraquiers (pour le transport de céréales, de minerais, de produits sidérurgiques, de charbon, de bauxite, de ciment, etc.) et cargos open hatch (spécialisés dans le transport de pulpe de bois et de produits papetiers). Cet armement emploie environ 1 100 personnes dont 850 navigants et transporte annuellement de l'ordre de 13 millions de tonnes de marchandises. Comme on le voit sur la troisième photo, le STAR LAGUNA est équipé de puissants moyens de levage (4 grues de capacité unitaire 75 t). Sur la photo de droite, en escale le 19.09.2016, le SILVER CLOUD, un paquebot à taille humaine (296 passagers / 148 cabines et 185 membres d'équipage).

STAR LAGUNA
STAR LAGUNA
STAR LAGUNA
SILVER CLOUD
STAR LAGUNA (Bergen) - IMO 9593854 - Indicatif d'appel LAPD7 - MMSI 257842000 - Cargo de divers - 204,37x32,26x19,00 m - TE 12,64 m - JB 37 447 - JN 15 619 - PL 50 827 t - P 10 780 kW (mot. 2T-5cyl MAN-B&W-HHI 5S60ME-C8 / hélice à pas fixe) - V 15,5 nd - Prop. d'étrave (1 500 kW) - Générat. aux. 3 x 865 kW - Cap. GRN 66 773 m3 (9 cales) / 1 411 evp - Grues 4 x 75 t - Constr. 09.2012 (Hyundai Mipo Dockyard, Ulsan, Corée du Sud) - Propr. Grieg Shipping Group (Bergen, Norvège) - Gérant/Opérat. Grieg Star (Bergen, Norvège) - Pav. NOR. Sisterships : cf. STAR LYGRA (IMO 9616838 / 12.2013).

A quai les 19 & 20.09.2016, le caboteur russe VASILIY SHUKSHIN.
VASILIY SHUKSHIN
VASILIY SHUKSHIN
VASILIY SHUKSHIN
VASILIY SHUKSHIN (Belize City) - IMO 9057288 - Indicatif d'appel V3VP - MMSI 312047000 - Cargo de divers - 89,48x14,43x5,50 m - TE 4,281 m - JB 2 506 - JN 1 185 - PL 3 374 t - P 1 740 kW (mot. 4T-12cyl Wartsila 12V22HF / hélice à pas fixe) - V 11,8 nd - Prop. d'étrave (125 kW) - Générat. aux. 2 x 160 kW / 1 x 80 kW - Cap. GRN 3 330 m3 (2 cales) / 128 evp - Constr. 08.1995 (OAO Volgogradskiy Sudostroitelnyy Zavod, Volgograd, Russe) - Gérant/Opérat. Aspol-Baltic Corp. (Saint-Pétersbourg, Russie) - Pav. BLZ. Sisterships : cf. BALTIYSKIY-202 (IMO 9057252 / 08.1994).

En escale à Sète le 09.09.2016, un nouveau livestock, le YOUZARSIF II. C'est un cargo de 1977 qui vient d'être transformé (à Tuzla, Turquie) en transport de bêtes sur pieds (les sociétés de classification des navires le donne d'ailleurs encore comme "cargo"). Il appartient à l'armement libanais Hammami Livestock dont la flotte comprend ce navire et un sistership, le YOUZARSIF-H (ancien cargo transformé lui en 2013). Comme on le voit ci-après, celui qui s'appelle aujourd'hui YOUZARSIF II a changé plusieurs fois de nom, c'était le cargo DARYA jusqu'en 07.2016. On le voit à droite sous le nom de SANDRA (nom qu'il a porté entre 05.2001 et 08.2011). Ce livestock peut embarquer environ 1 500 bêtes (d'un poids moyen de 500 kg). A noter que les châteaux de ces deux navires sont montés sur silentblocs, ce qui doit considérablement réduire les vibrations liées à la machine et donc les nuisances sonores dans les emménagements.
Remarque : avec une centaine d'escales par an de livestocks, Sète est le premier port européen pour ce type de trafic (liaisons avec l'Algérie, la Tunisie, l'Égypte, le Liban, la Turquie, etc.). Cf. d'autres navires de ce type dans le dossier Livestocks.
YOUZARSIF II
YOUZARSIF II
YOUZARSIF II
SANDRA
YOUZARSIF II (Lome) - IMO 7601073 - Indicatif d'appel 5VEG7 - MMSI 671773000 - Transport de bétail (Livestock) - 81,36x13,42x7,50 m - TE 6,00 m - JB 2 282 - JN 1 381 - PL 2 456 t - P 1 949 kW (mot. 4T-8cyl MaK 8M453AK / hélice à pas variable) - V 13 nd - Prop. d'étrave (147 kW) - Générat. aux. 1 x 204 kW / 2 x 65 kW - Constr. 03.1977 (KG Norderwerft, Hambourg, Allemagne (coque) / J.J. Sietas, Hambourg, Allemagne) - Propr. Hammami Livestock (Tripoli, Liban) - Gérant/Opérat. AMJ Marine Services (Choueifat, Liban) - Pav. TGO - Ex DARYA (01.2015-07.2016) - Ex BLUE SKY S (07.2012-01.2015) - Ex ALTAREK II (08.2011-07.2012) - Ex SANDRA (05.2001-08.2011) - Ex GERLIN (01.1991-05.2001- Ex SUSAN BORCHARD (02.1990-01.1991) - Ex ORION (03.1977-02.1990). Une douzaine de sisterships, parmi lesquels le YOUZARSIF-H (IMO 7611547 / 01.1977).


Le chimiquier STENA IMPRESSION en montée de Seine le 18.09.2016 — Photos Gérard Né
Arrivé sur rade du Havre le 18.09.2016 vers 01h00, en provenance de Lagos (Nigéria), le chimiquier STENA IMPRESSION engaine la Seine à 10h45 et se présente au niveau du pont de Tancarville vers 12h00, en direction du terminal de Port-Jérôme (Grand Port Maritime de Rouen / GPMR), où il doit accoster au poste PJG3 (PK 331,65 / PK = point kilométrique). Un crachin jusqu'ici tenace semble vouloir s'estomper, laissant filtrer quelques timides rayons lumineux.
STENA IMPRESSION
STENA IMPRESSION
STENA IMPRESSION
STENA IMPRESSION
Le STENA IMPRESSION est le premier d'une série de dix navires — construits pour l'armement suédois Stena — entre début 2015 et le premier trimestre 2017 (cf. infra), pour un coût total de 400 M$. Design de la coque et du château optimisé, système d'alimentation automatique du moteur pour un ajustement en continu de ses performances, récupération maximale des pertes d'énergie, etc., doivent permettre à ces nouveaux navires d'économiser jusqu'à 20 % de combustibles par rapport à d'autres navires de la même taille. A droite, le STENA IMPRESSION approche de la courbe de Radicatel.
STENA IMPRESSION
STENA IMPRESSION
STENA IMPRESSION
STENA IMPRESSION
Comme on le voit sur sa muraille, ce citernier est basé sur le concept "IMOIIMAX" (développé par Stena Teknik et le chantier Guangzhou Shipyard International) : il peut transporter aussi bien des huiles végétales que des produits chimiques et/ou des produits pétroliers plus ou moins lourds, d'où une très grande flexibilité d'utilisation. Pour ce faire, il est doté de 16 citernes de 3 000 m3 chacune, équipées d'un système de nettoyage ultra performant afin de minimiser les délais de chargement.
STENA IMPRESSION
STENA IMPRESSION
STENA IMPRESSION
Le STENA IMPRESSION est aidé, pour sa manœuvre d'accostage, par le remorqueur CAPITAINE LOUIS THOMAS.
STENA IMPRESSION
STENA IMPRESSION & CAPITAINE LOUIS THOMAS
STENA IMPRESSION
Voici le STENA IMPRESSION en vue de Port-Jérôme. Ce terminal (sis sur la commune de Notre-Dame-de-Gravenchon, cf. plan) est dédié aux vracs liquides : produits pétroliers raffinés, biocarburants, alcools, etc. Il compte 7 appontements privés totalisant 30 bras de chargement. Son tirant d'eau est de 11 m. Ce terminal dessert la raffinerie de Port-Jérôme-Gravenchon (Exxon-Mobil / cf. Doc.) dont la capacité de raffinage annuelle est de l'ordre de 12 Mt. A noter que Rouen est le troisième port français pour les vracs liquides. Sur la photo de gauche, on aperçoit Quillebeuf s/Seine à droite et le bac 23  qui attend le passage libre. Sur la photo de droite, le chimiquier va éviter pour accoster au poste PJG3. Il appareillera dans la nuit du 21.09, à destination de Everett (port situé à quelques kilomètres de Boston, Massachusetts, Etats-Unis).
STENA IMPRESSION
STENA IMPRESSION
STENA IMPRESSION (London) - IMO 9667461 - Indicatif d'appel 2IDH5 - MMSI 235108755 - Chimiquier - 183,20x32,26x18,20 m - TE 12,90 m - JB 29 666 - JN 14 204 - PL 49 776 t - P 7 210 kW (mot. 2T-6cyl MAN-B&W-Dalian 6S50ME-B9 / hélice à pas fixe) - V 15 nd - Générat. aux. 4 x 800 kW - Cap. 46 576 m3 (16 citernes) - Constr. 01.2015 (Guangzhou Shipyard International, Guangzhou, Chine) - Propr. Stena (Göteborg, Suède) - Gérant/Opérat. Stena Weco (Rungsted Kyst, Danemark) - Pav. GBR. Sisterships : STENA IMAGE (IMO 9667473 / 04.2015) - STENA IMAGINATION (IMO 9685463 / 06.2016) - STENA IMMACULATE (IMO 9693018 / Livrable 01.2017) - STENA IMMORTAL (IMO 9685475 / 09.2016 / Lancé comme STENA IMMENSE 04.2016) - STENA IMPECCABLE (IMO 9693020 / Livrable 03.2017) - STENA IMPERATIVE (IMO 9666077 / 01.2016) - STENA IMPERIAL (IMO 9667485 / 07.2015) - STENA IMPORTANT (IMO 9667497 / 10.2015) - STENAWECO IMPULSE (IMO 9666089 / 03.2016).
Page précédente
Dernière mise à jour - 25.09.2016

© Françoise Massard  
  www.cargos-paquebots.net