Marine marchande - Quelques nouvelles au quotidien
Françoise Massard
Navires cités dans cette page ( cliquez sur leurs noms ) : - Admiral Sun - Athena - Axel - Baccara - Baltic Spirit - BBC Arizona - BBC Campana - BBC Colorado - BBC Michigan - BBC Ohio - BBC Oregon - BBC Plata - BBC Virginia - Bellatrix I - Berge Aoraki - Black Watch - Blue Carmel - Blue Note - Blue Tune - Bosporus - British Sailor - British Seafarer - Calobra - Canal Street - Cape Ioanna - Cape Orchid - Cape Osprey - Cape Salvia - Cape Stefanie - Capri - Castel dell'Ovo - Castello di Gradara - Chiquita Schweiz - Cool Spirit - Coral Medusa - Coral Monactis - Crassier - Daniel Laval - Dutch Trader -  Eagle Melbourne - Eleonora Lembo - Emerald Express - Energy Challenger - Energy Commander - Erik - Evdokia L - Faust - Federal Kumano - Federal Nakagawa - Federal Seto - Fehn Caledonia - Fehn Calypso - Fehn Cape - Fehn Chief - Fehn Pollux - FPMC 25 - FPMC 26 - Frieda - Fulda - Ganbei - Georgios Alexios - German Bay - German Express - German Sky - Glovis Ambition - Gulf Angel - Gulf Blue - Gulf West - Heemskerkgracht - Hemgracht - HHL Amazon - HHL Nile - Imina - Jannes - Josef - Karadeniz Powership Orhan Ali Khan - Karadeniz Powership Orka Sultan - Kohyohsan - Korsika - Koryu 8 - Maersk Murotsu - Mandagra - Margherita Iuliano - Mariposa - Memel - Mercer Street - MSC Manya - Nederland Reefer - Nortrader - Nortram - Nunalik - Ocean Prima - Ocean Primary - OOCL Melbourne - Oriental Navigator - Pacific Onyx - Pacific Topaz - Pacific Zircon - Pia - Pierre de Fermat - Port Klang Voyager - Rix Munte - Sandviken - Shinyo Brilliance - Silver Pioneer - Skuteviken - Schweiz Reefer - Sophia - Souria - Star Courage - Star Spirit - Sunlight - Sunny Boffa - Sunny Boke - Sunny Conakry - Sunny Link - Sunshine Express - Syn Tabit - Syn Turais - Syn Zania - Syn Zube - Taroko - Triple S - Unique Explorer - Unique Fidelity - Werra - Wilson Bergen - Wilson Cadiz - Wilson Caen - Wilson Calais - Wilson Clyde - Wilson Cork - Wilson Corpach - Wilson Rotterdam - Winning Integrity - Winning Joy - Xin Pu Yang -  Xin Shen Yang - Xin Xia Yang - Xin Yong Yang -
Page précédente
 Rien de systématique dans cette rubrique, seulement quelques informations au gré de mes lectures ou des photos du jour...
Page suivante  

Un cargo pilote à voile tournante
en escale à La Rochelle les 12 & 13.07.2018
Cargo FEHN POLLUX

(dossier mis en ligne le 06.08.2018)


Quelques navires en escale à La Rochelle
(le 30.07.2018)

Photos Samuel Daguenet


Deux navires très typés en escale à Fort-de-France (Martinique) les 28 et 29.07.2018 — Photos Yvon Perchoc
Voilà tout d'abord le câblier français PIERRE DE FERMAT lors de son arrivée et de sa mise à quai à Fort-de-France le 29.07.2018 vers 18h00 (Local Time), soit à peine 30 min avant la tombée de la nuit. Il quittera le port 48 h plus tard pour entamer la pose d'un câble de télécommunications à fibres optiques entre Schoelcher (Martinique) et Kourou (Guyane). Ce câblier ("Cable Layer" en anglais) est assez récent, en service depuis le 16.10.2014 pour le compte du groupe français Orange Marine (anciennement France Télécom Marine). C'est un câblier polyvalent (pose et maintenance de câbles, tant de télécommunications que d'énergie), à la pointe de l'innovation et de la technologie. Son design "Vard 9 01", conçu par le bureau d'études du chantier Vard (aujourd'hui Fincantieri) qui a construit le navire, est issu des nouveaux navires offshore. On notera, de prime abord, la forme particulière de son étrave : c'est ce que Vard appelle une "étrave à brion". Dans une mer peu formée (vagues de moins de 5 m), la partie renfoncée de la coque au-dessus du bulbe coupe les vagues par le dessus, ce qui — selon ses concepteurs — limite le tangage, augmente l'efficacité du bulbe, diminue la résistance à l'avancement (et donc un peu la consommation de carburant, autour de 10 %). Ce câblier dispose d'un grand pont de travail couvert (voir photo infra), avec trois cuves de stockage pour les câbles sous-marins. La dimension environnementale a été intégrée dès la phase de conception du navire : design hydrodynamique de la coque, traitement des eaux de ballast pour protéger les écosystèmes marins, peinture antisalissure sans biocides, etc. Visite à bord du câblier PIERRE DE FERMAT (11.2014).
Ce navire porte le nom de l'humaniste français Pierre de Fermat (1601-1665), tantôt magistrat, tantôt mathématicien, que tous les apprentis physiciens connaissent pour son fameux "Principe de Fermat" (propagation rectiligne de la lumière dans un milieu homogène) à la base de l'optique géométrique.
PIERRE DE FERMAT
PIERRE DE FERMAT
PIERRE DE FERMAT
En opération de pose, le PIERRE DE FERMAT navigue aux alentours de 6 nd. Il peut ainsi déposer sur le fond marin de l'ordre de 11 km de câble à l'heure, soit de l'ordre de 260 km de câble par jour (sur la base de 24 h). C'est une valeur maximale théorique, les câbliers déposant plus généralement une centaine de kilomètres de câbles par jour. Lorsque le câble doit être ensouillé, c'est-à-dire enfoui dans une tranchée (de 1 à 2 m de profondeur) par la charrue ou le robot sous-marin (ROV / "Remotly Operated Vehicle") embarqués (engins conçus, fabriqués et opérés par Orange Marine au travers de sa filiale Simec / cf. photos ci-dessous), la vitesse du câblier tombe autour de 0,8 nd, soit une capacité de pose de l'ordre de 20 km de câble par 24 h. Les sillons d'ensouillage se remblaient naturellement par dépose de sédiments, et de façon rapide, mettant ainsi les câbles à l'abri.

Charrue (Doc. Orange) Robot sous-marin (ROV) Hector 7 (docs. Françoise Massard et Yannick Le Bris)

Ce type de navire spécialisé permet donc de réaliser toutes les étapes de l'installation de câbles sous-marins, depuis l'inspection préalable des fonds marins (le "survey" dans le "jargon de métier") jusqu'à l'ensouillage du câble et la pose des répéteurs (amplificateurs optiques posés régulièrement tous les 70 km, sur toute la longueur du câble).
PIERRE DE FERMAT
PIERRE DE FERMAT
PIERRE DE FERMAT
Dans le cas présent, le PIERRE DE FERMAT vient donc poser le câble Kanawa ("Kanawa" signifie "pirogue" en langue amérindienne Kal'ina), soit 1 694 km de câble entre Martinique et Guyane. Le début de sa mission va être perturbée par le "Tour des yoles 2018" (du 29 juillet au 5 août, événement annuel incontournable en Martinique) qui passera en partie sur sa zone de travail (les plus gênants ne seront pas les concurrents, mais les centaines de bateaux accompagnateurs). Le détail de cette opération de pose du câble Kanawa est donné dans l'encadré plus bas.
 
PIERRE DE FERMAT
PIERRE DE FERMAT
PIERRE DE FERMAT
PIERRE DE FERMAT (Marseille) - IMO 9694505 - Indicatif d'appel FIIZ - MMSI 228041600 - Câblier - 100,10x21,50x8,81 m - TE 7,10 m - JB 8 781 - JN 2 634 - PL 4 000 t - Ptot 9 000 kW (quatre moteurs Caterpillar 3516C-HD couplés à quatre générateurs qui alimentent deux moteurs électriques de propulsion (de 2 500 kW chacun) entraînant deux azipods Rolls-Royce) - Vmax 15 nd - Vserv. 14 nd - Trois propulseurs d'étrave Rolls-Royce de 880 kW chacun (dont deux en tunnel et un azimutal rétractable susceptible d'être relevé lors d'opérations dans des petits fonds) - Générat. aux. 1 x 715 kW / 1 x 163 kW - Système de positionnement dynamique DP2 Alstom - Classé FS Ice 1C - Traction au croc 80 t - Capacité de stockage de câbles 2 300 t (3 cuves) - Trois ponts de travail (380 m2 / 150 m2 / 50 m2) - Emménagements pour 80 personnes (70 cabines simples et 5 cabines doubles, toutes extérieures et équipées de lavabo/douche/WC) - Cap. de prod. d'eau douce 500 m3/j - Autonomie max. 45 j - Design Vard 9 01 - Grues 1 x 10 t / 1 x 2,7 t - Constr. 10.2014 (Vard Braila, Braila, Roumanie (coque) / Vard Brattvaag, Brattvaag, Norvège) - Propr./Gérant/Opérat. Orange Marine (Puteaux, France) - Pav. FRA.

Projet Kanawa de pose du câble de télécommunications Guyane-Antilles (1 694 km) entre Schœlcher (Martinique) et Kourou (Guyane)
Comme on l'a dit précédemment, un navire-câblier est un navire spécialisé qui dispose à son bord de l'ensemble des équipements nécessaires à la manipulation du câble, au jointage de deux sections de câble, ainsi qu'aux différents tests électriques, optiques et de transmission, et ceci tant lors de la pose de câbles sous-marins neufs que lors de la maintenance de câbles déjà en place (et ceci, jusqu'à des profondeurs de 2 000 m). Le PIERRE DE FERMAT pourra ensouiller (par "jetting" dans les faibles fonds) puis poser le câble sur toute sa longueur entre Martinique et Guyane (le "jetting" consiste à envoyer de l'eau sous pression — via une charrue tractée pour les faibles profondeurs ou un ROV pour les hauteurs d'eau plus importantes, engins vus plus haut — pour créer une tranchée dans laquelle le câble est ensuite déposé).
Comme on le voit sur les cartes ci-dessous, ce projet Kanawa consiste en l'implantation d'un câble sous-marin de télécommunication entre la Martinique et la Guyane (câble dit Guyane-Antilles). Ce projet est porté par la société Orange (propriétaire du câblier). Long de 1 694 km, le câble reliera la ville martiniquaise de Schœlcher (située au N-O de la Baie de Fort-de-France) à Kourou (ville guyannaise célèbre pour son centre spatial). En Martinique, il est prévu que ce câble atterrisse sur la plage de Madiana (commune de Schœlcher / 14°36,739' N - 61°05,909' O / cf. photo plus loin), via une "chambre-plage" (ou "Beach Manhole" ou "BMH" en anglais), relais enterré (4x2x3 m) dans lequel le câble sous- marin se trouve connecté au réseau terrestre (seule la plaque de la trappe d'accès sera visible une fois l'installation terminée, ceci afin de ne pas dégrader le paysage). "Kanawa" signifie "pirogue" en langue amérindienne Kal'ina.

Ci-contre, chargement à Calais d'un câble et d'un répéteur (destinés au projet Kanawa) à bord du câblier PIERRE DE FERMAT (photo Orange)
J'ai eu, pour ma part, l'occasion de photographier à Calais non le PIERRE DE FERMAT, mais deux de ses compères : les ILE DE BREHAT et ILE D'AIX

Parcours du câble Kanawa entre Martinique et Guyane Parcours du câble Kanawa au départ de la Martinique
La commune de Schoelcher rend évidemment hommage à Victor Schoelcher (1804-1893), journaliste, critique musical, mais surtout homme politique fortement engagé avant-gardiste, militant pour la construction d'un régime républicain en France, pour l'application du suffrage universel, pour la reconnaissance du droit civique des femmes, pour le droit des enfants et, bien sûr, pour l'abolition de l'esclavage (décret du 27 avril 1848). Voir sa biographie résumée ici. Fort-de-France s'enorgueillit à juste titre de posséder une superbe "Bibliothèque Schoelcher" que j'ai eu la chance de visiter deux fois.
Parcours du câble Kanawa au départ de Schœlcher Plage de Madiana (sur la commune de Schœlcher)
Bien sûr, de très nombreuses études environnementales, portant sur la faune et la flore, ont été menées avant le choix de ce site de Madiana, afin de respecter au mieux les espèces présentes, comme l'hypocampe des Caraïbes ou la tortue verte. Des études poussées ont également été conduites pour déterminer l'impact magnétique de ce câble une fois en service (il sera très faible car le courant électrique dans le câble sera continu, à la différence du courant domestique qui lui est alternatif). Ce câble Kanawa offrira une capacité maximale de 10 térabits par seconde, ce qui permettra d'anticiper la croissance du trafic, de diversifier les points de connexion et de sécuriser davantage le trafic vers et depuis les États-Unis (il sera connecté au câble ECFS qui relie les Caraïbes aux États-Unis).
 

1 térabit/seconde (Tbit/s) correspond à 125 Go/s. Ce câble de 10 Tbit/s équivaudra donc à un débit de 1 250 Go/s, soit environ 100 à 200 films à la seconde selon la qualité des DVDs.

Il permettra aux deux territoires français (Martinique et Guyanne) de bénéficier d'une connectivité directe aux principales plateformes régionales et internationales. Ce câble est un câble sous-marin standard pour télécommunications (de type OALC- 5 à fibres optiques, câble qui peut être utilisé à toutes les profondeurs de la mer, jusqu'à 8 000 m) fourni par Alcatel Lucent. Il est composé d'un faisceau central de fibres optiques (fibres de verre) et se présente sous quatre formats (avec différents types de protection) afin de tenir compte, le long de son parcours, des différences de constitution des fonds sous-marins et du relief, ainsi que des différents courants (le bassin Caraïbe est alimenté par les eaux du courant des Guyanes, par les eaux de l'océan Atlantique — courant Nord équatorial — au travers des îles de l'arc antillais, par le courant des Caraïbes vers la Floride, etc.).
Près des côtes, le câble est plus renforcé et son fourreau plus épais pour ne pas être arraché par un chalut de pêche ou sectionné par une ancre par exemple. Au large, il doit pouvoir résister à des morsures de gros poissons. Tout au long du parcours, il doit présenter une bonne résistance à l'érosion (frottements sur les fonds rocheux), pouvoir encaisser des mouvements sismiques d'amplitude moyenne et présenter une bonne isolation à la haute tension. La partie enfouie du câble reçoit, en plus des classiques isolants à base de polypropylène, des couches bitumineuses. Le diamètre du câble variera ainsi entre 20 et 35 mm selon les secteurs de son parcours de 1 694 km. Des répéteurs (voir un exemple ici) — équipements permettant d'amplifier le signal — seront installés tout le long du parcours, tous les 100 km environ. La société Orange gardera la maîtrise d'œuvre du projet jusqu'à la fin de son exploitation (démantèlement compris). Le montant des travaux de pose du câble Kanawa en Martinique est estimé autour de 1 800 000 € TTC. La mise en service du câble est prévue pour fin 2018.
Pont de travail couvert du câblier PIERRE DE FERMAT

Ce chantier Kanawa est, non seulement intégralement porté, mais aussi entièrement financé par l'opérateur téléphonique Orange. Le budget total porte sur un peu moins de 40 millions d'euros d'investissement. Ses deux objectifs sont, rappelons-le : sécuriser à 100 % la connexion et absorber l'augmentation de trafic en prévision de l'accroissement de la population en Guyane. Il permettra d'offrir à la Guyane deux accès redondants aux réseaux télécoms mondiaux en complément d'Americas II. Ce nouveau câble devrait être opérationnel fin 2018. Sa durée de vie minimale sera de 25 ans.

Remarque : vu les très nombreux câbles qui jonchent les fonds marins à travers le monde, les opérateurs se sont répartis les zones de maintenance (voir par exemple sur la carte ci-contre, les zones pour Orange dans le cadre du consortium ACMA / Atlantic Cable Maintenance Agreement). Le câblier PIERRE DE FERMAT est d'ailleurs surtout utilisé pour la maintenance des câbles. Une fois un défaut de communication signalé, le câblier doit pouvoir appareiller en moins de 24 h pour se rendre sur la zone de travaux avec les ressources humaines et techniques nécessaires. Les mesures effectuées par les stations terrestres et les techniciens à bord permettent de localiser le défaut. Le câble est alors remonté sur le navire, la section endommagée est éliminée et remplacée par un câble neuf (d'une longueur égale à deux fois la distance entre le bateau et le fond). Il en résulte une surlongueur qui est posée sur le fond et vérifiée par le ROV.
Dans ce contexte, d'autres câbliers peuvent intervenir tel que le PACIFIC GUARDIAN (de la sociéte britanniqué Global Marine) basé à Curaçao (je l'y ai moi-même photographié à Willemstad le 30.04.2016).
 
Principales sources documentaires
— Demande d'autorisation d'occupation du domaine public maritime pour l'installation et l'atterrage du câble sous-marin de télécommunication KANAWA en Martinique.
— Demande de concession d'utilisation du domaine public maritime pour le câble sous-marin de télécommunication KANAWA en Guyane.
— Site http://marine.orange.com/
— Site https://www.setec.fr/
— Site http://www.martinique.port.fr

Un autre navire typé arrive à Fort-de-France le 28.07.2018, le cargo réfrigéré STAR SPIRIT (naviguant sous pavillon panaméen). Il appartient à l'armement japonais Nissen Kaiun, mais est opéré par l'armement britannique Star Reefers. Livré en 01.2001 par le chantier japonais Shikoku Dockyard, c'est le premier d'une série de quatre sisterships dont le dernier a été livré en 03.2018 (cf. infra). Il est curieux par sa couleur déjà, les cargos "reefers" étant généralement blancs (cf. par exemple le SCHWEIZ REEFER récemment vu en Seine).
STAR SPIRIT
Mais, bien sûr, c'est sa proue très particulière qui retient l'attention en premier lieu. Pas des plus élégantes, cette étrave est construite selon le design Ax-Bow développé par le groupe sidérurgique japonais NKK Corporation (groupe créé en 1912 sous le nom de Nippon Kokan K.K., qui se diversifia en se lançant dans la construction navale en 1940, avec l'achat de la Tsurumi Steelmaking and Shipbuilding Company). NKK appliqua pour la première fois son nouveau design au vraquier KOHYOHSAN (construit fin 2001 pour Erica Navigation (Imabari-shi, Japon) et affrété par l'armateur japonais MOL / Mitsui O.S.K. Lines) — cf. encadré en fin de dossier. Le STAR SPIRIT est le sistership du SILVER PIONEER (voir photos infra). Comme on vient de le voir, cette technologie Ax-Bow était plutôt utilisée sur les vraquiers ou les tankers. C'est, je crois, la première fois qu'elle est appliquée à un reefer, à la coque généralement assez effilée.
 
STAR SPIRIT
STAR SPIRIT
STAR SPIRIT
Le KOHYOHSAN a reçu une distinction au moment de sa sortie ("The Ship of the Year 2001 Awards") attribuée par la SNAJ (Society of Naval Architects of Japan), car c'était le premier navire doté de cette proue Ax-Bow qui sera ensuite reprise pour de nombreux vraquiers et tankers. Le but de ce nouveau design était de réduire la résistance à l'avancement du navire au niveau de la surface de l'eau, afin que ce type de navire puisse avoir une vitesse équivalente à celle des navires de même taille mais plus puissamment motorisés (réduire la puissance moteur, c'est réduire le prix des soutes, objectif constant de tous les armements). Ce type d'étrave a été étudié par NKK, dès 1996, en collaboration avec l'Université d'Osaka. Ils ont pu montrer que cette étrave "coupait" mieux les vagues, y compris dans des conditions de mer difficlles (vents forts et grosses vagues). Les résultats escomptés par ces designs innovants ont-ils été atteints ? Les études parlent d'une réduction de 4 à 6 % au niveau de la consommation de fuel à pleine charge… Voir l'encadré plus bas pour le principe de l'étrave Ax-Bow.
STAR SPIRIT
STAR SPIRIT
STAR SPIRIT
La poupe du STAR SPIRIT est également spéciale, constituée de deux poutres formant un "W", lesquelles touchent à peine l'eau lorsque le navire est à pleine charge. Là encore, je suppose que ce design est destiné à minimiser les frottements avec l'eau (et peut-être augmenter le rendement de l'hélice ?).
STAR SPIRIT
STAR SPIRIT
STAR SPIRIT
STAR SPIRIT (Panama) - IMO 9765847 - Indicatif d'appel 3FRZ - MMSI 355286000 - Cargo frigorifique - 188,60x26,00x14,10 m - TE 9,72 m - JB 17 164 - JN 8 092 - PL 16 727 t - P 15 300 kW (mot. 2T-7cyl MAN-B&W-Mitsui Engineering 7S60ME-C8 / hélice à pas fixe) - V 20 nd - Prop. d'étrave (1 010 kW) - Générat. aux. 5 x 1 400 kW - Cap. 18 500 m3 (4 cales réfrigérées jusqu'à – 30 °C) / 598 evp (dont 320 reefers) - Grues 1 x 45 t / 2 x 40 t / 2 x 8 t - Constr. 01.2017 (Shikoku Dockyard, Takamatsu, Japon) - Propr./Gérant Nissen Kaiun (Imabari-shi, Ehime-ken, Japon) - Opérat. Star Reefers (Sutton, Royaume-Uni) - Pav. PAN. Sisterships : BALTIC SPIRIT (IMO 9765873 / 03.2018) - COOL SPIRIT (IMO 9765861 / 01.2018) - STAR COURAGE (IMO 9765859 / 05.2017).

Le KOHYOHSAN, premier vraquier construit avec l'étrave Ax-Bow, et l'un de ses sisterships (SILVER PIONEER)
Le but de tout armateur est de maîtriser au mieux le prix de ses soutes, et donc de minimiser la puissance des moteurs de propulsion de ses navires, tout en ne diminuant pas trop la vitesse. Une des méthodes consiste à réduire la résistance à l'avancement du navire (sa "traînée") car celle-ci absorbe une partie de l'énergie moteur au détriment de la propulsion proprement dite. Tout navire, en se déplaçant, entraîne une déformation de la surface de l'eau en un système de vagues, appelées "vagues d'accompagnement", qui se développent tout le long de la ligne de flottaison du navire. Avec une étrave classique (celle des tankers par exemple, cf. partie haute du schéma ci-contre), quand le navire rencontre les vagues, une partie d'entre elles frappent le "nez" du navire, se cassent contre lui, augmentant sa résistance à l'avancement. Après de nombreux travaux, menés en collaboration avec l'Université d'Osaka, le sidérurgiste japonais NKK a donc proposé l'étrave Ax-Bow (partie basse du schéma ci-contre, cf. publication ici) : en gros, on peut dire qu'en adoptant une étrave plus effilée au niveau de la surface de l'eau, les vagues frappant l'étrave se réfléchissent sur les côtés de la coque plutôt que dans l'axe longitudinal du navire, d'où un moindre "freinage". La diminution de la résistance générée par les vagues serait, dans ce cas, de l'ordre de 20 à 30 %, ce qui permettrait une réduction de puissance du moteur de 4 à 6 %. Ces résultats ont été obtenus en comparant le comportement du vraquier KOHYOHSAN (ci-dessous à gauche, photo Vladimir Knyaz) à celui d'un de ses sisterships que le constructeur avait doté d'une étrave classique.  
Le KOHYOHSAN navigue aujourd'hui comme KARADENIZ POWERSHIP ORKA SULTAN, après son rachat début 2016 par l'armement stanbouliote Karadeniz Holding (voir plus bas). Il semble qu'il ait, au moment de son rachat, été partiellement reconstruit (mais je n'ai pas davantage d'information).
KOHYOHSAN (ph. Vladimir Knyaz) SILVER PIONEER (sistership du KOHYOHSAN) en navigation sur la Seine le 29.09.2013 (photos Gérard Né)
KARADENIZ POWERSHIP ORKA SULTAN (Monrovia) - IMO 9198252 - Indicatif d'appel D5KX4 - MMSI 636017429 - Vraquier - 289,00x45,00x24,10 m - TE 17,81 m - JB 87 493 - JN 57 629 - PL 172 564 t - P 16 860 kW (mot. 2T-6cyl MAN-B&W-Mitsui Engineering 6S70MC / hélice à pas fixe) - V 14,7 nd - Générat. aux. 3 x 580 kW - Cap. GRN 191 721 m3 (9 cales) - Pont renforcé pour supporter des charges lourdes - Constr. 01.2001 (Nippon Kokan KK / NKK Corp., Tsu ME, Japon) - Propr. Karadeniz Holding (Istanbul, Turquie) - Gérant/Opérat. Karmarine (Istanbul, Turquie) - Pav. LBR - Ex KOHYOHSAN (11.2001-02.2016). Sisterships : BERGE AORAKI (IMO 9223590 / 04.2000) - CAPE IOANNA (IMO 9111917 / 06.1996 / photo Emmanuel Bonici) - CAPE ORCHID (IMO 9238571 / 03.2001) - CAPE OSPREY (IMO 9165516 / 06.1999) - CAPE STEFANIE (IMO 9176113 / 07.1999) - CAPRI (IMO 9248526 / 10.2001) - CRASSIER (IMO 9217761 / 02.2000) - GANBEI (IMO 9206437 / 01.2001) - GLOVIS AMBITION (IMO 9218832 / 02.2002 / Ex SILVER PIONEER 02.2013-08.2014 (voir ci-dessus) / Ex CAPE SALVIA 02.2002-02.2013) - KARADENIZ POWERSHIP ORHAN ALI KHAN (IMO 9248514 / 07.2001) - KORYU 8 (IMO 9226619 / 08.2000) - ORIENTAL NAVIGATOR (IMO 9172430 / 01.1999) - SHINYO BRILLIANCE (IMO 9224635 / 02.2001) - SUNLIGHT (IMO 9217759 / 01.2000) - SUNNY BOFFA (IMO 9253090 / 11.2001) - SUNNY BOKE (IMO 9198240 / 02.2001) - SUNNY CONAKRY (IMO 9226633 / 01.2002) - SUNNY LINK (IMO 9254666 / 06.2002) - WINNING INTEGRITY (IMO 9218868 / 12.2000) - WINNING JOY (IMO 9171618 / 03.1999).
Autres types d'étrave  
Tout d'abord, il ne faut pas confondre l'étrave Ax-Bow vue précédemment avec l'étrave X-Bow conçue par le bureau d'études norvégien Ulstein Design AS (en collaboration avec Bourbon Offshore Norway) et appliqué pour la première fois (en 2006) au remorqueur ravitailleur releveur d'ancres BOURBON ORCA. Par ailleurs, comme on le voit sur le document ci-contre, il existe aussi l'étrave Leadge Bow (en bas, à droite), développée par l'Universal Shipbuilding Corporation (aujourd'hui Japan Marine United / JMU). Selon son concepteur, l'étrave Leadge Bow est une évolution de l'étrave Ax-Bow : celle-ci a été redressée et affinée sur toute sa hauteur, y compris sous la ligne de flottaison (jusqu'à supprimer le bulbe). Aux dires du concepteur, cette forme d'étrave Leadge Bow diminue encore un peu plus (que la Ax-Bow) la résistance à l'avancement du navire, augmentant par là-même ses performances énergétiques (cf. JSEA n° 318).


Navires en descente sur le Noordzeekanaal reliant Amsterdam à la mer du Nord (29.07.2018) — Photos Nico Kemps
FEDERAL NAKAGAWA
FEDERAL NAKAGAWA
JANNES
JANNES
Vraquier canadien FEDERAL NAKAGAWA Cargo allemand JANNES
FEDERAL NAKAGAWA (Majuro) - IMO 9278791 - Indicatif d'appel V7RF9 - MMSI 538006782 - Vraquier - 199,99x23,76x14,85 m - TE 10,73 m - JB 20 661 - JN 12 020 - PL 36 489 t - P 7 877 kW (mot. 2T-6cyl MAN-B&W-Kawasaki Heavy Industries 6S46MC-C / hélice à pas fixe) - V 14 nd - Prop. d'étrave (716 kW) - Générat. aux. 3 x 450 kW - Cap. GRN 44 084 m3 (6 cales) - Grues 3 x 30 t - Constr. 02.2005 (Oshima Shipbuilding, Saikai, Japon) - Propr./Gérant/Opérat. Fednav (Montréal, Canada) - Pav. MHL. Sisterships : FEDERAL KUMANO (IMO 9244257 / 02.2003) - FEDERAL SETO (IMO 9267209 / 03.2004).
JANNES (Saint John's) - IMO 9435129 - Indicatif d'appel V2DK9 - MMSI 305246000 - Cargo de divers - 138,45x21,00x11,00 m - TE 8,00 m - JB 9 618 - JN 4 260 - PL 12 708 t - P 6 000 kW (mot. 4T-6cyl MaK-Caterpillar 6M43C / hélice à pas variable) - V 15 nd - Prop. d'étrave (500 kW) - Générat. aux. 3 x 750 kW - Cap. GRN 15 952 m3 (3 cales) / 665 evp (dont 25 reefers) - Grues 2 x 150 t - Constr. 01.2009 (Jiangdong Shipyard / Wuhu Shipping Company / Sinotrans&CSC, Wuhu, Chine ) - Propr./Gérant/Opérat. Krey Schiffahrts (Leer, Allemagne) - Pav. ATG - Ex BBC OHIO (01.2009-07.2017). Sisterships : BBC ARIZONA (IMO 9501253 / 04.2010) - BBC CAMPANA (IMO 9291963 / 08.2004) - BBC MICHIGAN (IMO 9501241 / 03.2010) - BBC ONTARIO (IMO 9312157 / 09.2004) - BBC OREGON (IMO 9501265 / 08.2010) - BBC PLATA (IMO 9291975 / 01.2005) - BBC VIRGINIA (IMO 9501277 / 12.2010) - ERIK (IMO 9435105 / 06.2008) - FRIEDA (IMO 9435117 / 09.2008 / Ex BBC COLORADO 09.2008-05.2017) - HEEMSKERKGRACHT (IMO 9443669 / 08.2009 / Ex HHL NILE 10.2011-09.2016) - JOSEF (IMO 9467005 / 05.2011) - NUNALIK (IMO 9466996 / 12.2009 / Ex HEMGRACHT 09.2016-08.2017 / Ex HHL AMAZON 07.2011-09.2016) - PIA (IMO 9384318 / 12.2007) - SOPHIA (IMO 9467017 / 11.2011) - SOURIA (IMO 9274331 / 06.2004).
Et de nombreux navires à Rotterdam (dernière semaine de juillet 2018)


Quelques paquebots en escale à Fort de France
(entre début janvier et début avril 2018)


PhotosYvon Perchoc


Arrivée au Havre-Antifer du pétrolier chinois XIN XIA YANG (23.07.2018) — Photos Gérard Né

Le "Crude Oil Tanker" chinois XIN XIA YANG arrive sur rade du Havre le 23.07.2018 à 13h00, en provenance de Sidi Kerir (port pétrolier égyptien situé au Sud-Ouest d'Alexandrie). Il embarque aussitôt le pilote et passe les digues d'accès au port à 15h10.

XIN XIA YANG
XIN XIA YANG
XIN XIA YANG
Comme pour tous les pétroliers de cette taille (plus de 300 000 tpl), il est aidé dans ses manœuvres d'évitage et d'accostage par quatre remorqueurs :
V.B. SAINTE ADRESSE (25) et V.B. OCTEVILLE (11) à tribord, ainsi que V.B. TORNADE (16) et V.B. YPORT (12) à bâbord.
XIN XIA YANG
XIN XIA YANG
XIN XIA YANG
Son accostage cap au Sud au quai AFR Ouest est terminé à 16h00. Les date et heure de son appareillage, ainsi que sa prochaine destination sont encore inconnues au moment de la mise en ligne de cet encadré (26.07 AM).
XIN XIA YANG
XIN XIA YANG
XIN XIA YANG
XIN XIA YANG (Shanghai) - IMO 9416630 - Indicatif d'appel BPAI - MMSI 413188000 - Pétrolier (Transport de brut) - 332,90x60,00x29,80 m - TE 20,50 m - JB 161 488 - JN 104 666 - PL 309 140 t - P 29 400 kW (mot. 2T-7cyl Wartsila 7RTA84T / hélice à pas fixe) - V 15,7 nd - Générat. aux. 3 x 1 050 kW - Cap. 334 500 m3 (15 citernes) - Constr. 02.2011 (Guangzhou Longxue Shipbuilding, Guangzhou, GD, Chine) - Propr./Gérant/Opérat. Cosco Shipping (Shanghai, Chine) - Pav. CHN. Sisterships : XIN PU YANG (IMO 9416628 / 01.2010) - XIN SHEN YANG (IMO 9416654 / 12.2010) - XIN YONG YANG (IMO 9416642 / 07.2010).


Quelques navires vus à Brest (18-23.07.2018) — Photos Gilbert Auffret
Le porte-conteneurs MSC MANYA appareille de Brest le 23.07.2018 à 17h00, à destination du Havre. Il avait accosté à Brest (au poste QR 2-3) le matin même, à 03h00, en provenance de Montoir-de-Bretagne. Son opération commerciale brestoise a consisté en un déchargement de 2 500 t de marchandises conteneurisées, suivi d'un chargement de 3 500 t.
Pour la petite histoire, ce porte-conteneurs avait récupéré, le 01.02.2007, en Atlantique Nord (à environ 800 milles de Cape Cod, Massachusetts, état situé au N-E de New York) quatorze migrants sénégalais en détresse : ils naviguaient à bord d'un catamaran de 14 pieds depuis 47 jours (ils étaient partis de l'ïle de Gorée, dans la baie de Dakar). Ce PC naviguait alors sous son nom d'origine OOCL MELBOURNE (sous pavillon de Hong Kong), pour le compte de l'armement chinois Orient Overseas Container Line, faisant route de Barcelone (Espagne) à Brooklyn (arrondissement de New York, Etats-Unis). Le sauvetage se déroula bien malgré des conditions de mer alors assez rudes. Les migrants, en assez bonne santé malgré leur long périple, furent pris en charge, à terre, par le Centre d'Immigration du New Jersey, qui lança évidemment une enquête à leur sujet.
MSC MANYA
MSC MANYA
MSC MANYA
MSC MANYA
MSC MANYA (Monrovia) - IMO 9275397 - Indicatif d'appel A8ZK7 - MMSI 636015233 - Porte-conteneurs - 234,62x32,20x18,80 m - TE 12,52 m - JB 34 610 - JN 16 865 - PL 43 093 t - P 28 880 kW (mot. 2T-8cyl MAN-B&W-Mitsui 8K80MC-C / hélice à pas fixe) - V 25,9 nd - Prop. d'étrave (1 680 kW) - Générat. aux. 4 x 1 200 kW / 1 x 96 kW - Cap. 2 762 evp (dont 300 reefers) - Constr. 06.2003 (Koyo Dockyard, Mihara-Hiroshima, Japon) - Propr. Manya Maritime (Limassol, Chypre) - Gérant/Opérat. Mediterranean Shipping Company (Genève, Suisse) - Pav. LBR - Ex TAROKO (05.2011-05.2017) - OOCL MELBOURNE (06.2003-05.2011). Sisterships : ATHENA (IMO 9275361 / 01.2003) - BELLATRIX I (IMO 9275373 / 04.2003) - PORT KLANG VOYAGER (IMO 9275385 / 06.2003).

Le caboteur allemand TRIPLE S quitte le port de Brest le 24.07.2018, après avoir déchargé 3 000 t de maïs au poste 6 MIN. Il y avait accosté le 22.07 à 08h00, en provenance de Blaye. On peut voir ici d'autres photos de ce petit cargo à quai à Saint-Nazaire le 25.07.2015.
TRIPLE S
TRIPLE S
TRIPLE S

TRIPLE S (Saint John's) - IMO 9662382 - Indicatif d'appel V2QN7 - MMSI 305948000 - Cargo de divers - 89,95x15,40x7,60 m - TE 6,13 m - JB 3 845 - JN 1 590 - PL 5 192 t - P 2 040 kW (mot. 4T-6cyl MAN-B&W 6L27/38 / hélice à pas variable) - V 11,8 nd - Prop. d'étrave (250 kW) - Générat. aux. 2 x 218 kW - Cap. GRN 5 946 m3 (1 cale) / 195 evp - Constr. 02.2013 (Israel Shipyards, Haifa, Israel / chantier surtout spécialisé dans la construction de navires militaires) - Propr. Otto A. Müller / OAM (Hambourg, Allemagne) - Gérant/Opérat. Mastermind Shipmanagement / MSM (Limassol, Chypre & Kotor, Montenegro) - Pav. ATG. Sisterships : BLUE NOTE (IMO 9491915 / 05.2010) - BLUE TUNE (IMO 9491927 / 11.2010) - CALOBRA (IMO 9491903 / 12.2009 / Ex BLUE CARMEL 12.2009-04.2016) - MANDRAGA (IMO 9433511 / 05.2009 / Ex IMINA 05.2009-10.2015).


Le pétrolier norvégien SANDVIKEN arrive à Brest le 20.07.2018 à 12h30, en provenance de Lorient. C'est un navire tout neuf, entré en service le 25.04.2018, pour l'armement norvégien Viken Shipping dont on retrouve le logo sur la cheminée. Sa quille fut posée le 19.12.2015 au chantier sud-coréen Dae Sun Shipbuilding & Engineering et il fut lancé le 19.10.2017. Il navigue sous pavillon français (son port d'immatriculation étant Marseille) car il est opéré par l'armement nantais V. Ships France depuis sa mise en service. Il va accoster au poste QR 5HS, aidé dans sa manœuvre par le remorqueur ROBUSTE. Ce navire-citerne repartira le soir même à 23h30, à destination de Donges, après avoir livré 3 200 t d'essence.
SANDVIKEN
SANDVIKEN
SANDVIKEN
SANDVIKEN (Marseille) - IMO 9803649 - Indicatif d'appel FLBS - MMSI 226340000 - Pétrolier - 130,00x20,40x12,50 m - TE 8,60 m - JB 9 385 - JN 3 658 - PL 12 659 t - P 4 400 kW (mot. 2T-6cyl MAN-B&W-STX 6S35ME-B9 / hélice à pas variable) - V 14 nd - Prop. d'étrave (588 kW) - Générat. aux. 3 x 740 kW / 1 x 220 kW - Cap. 14 440 m3 (12 citernes) - Constr. 04.2018 (Dae Sun Shipbuilding & Engineering, Busan, Corée du Sud) - Propr./Gérant Viken Shipping (Øvre Ervik, Norvège) - Opérat. V. Ships France (Nantes, France) - Pav. FRA. Sistership : SKUTEVIKEN (IMO 9803651 / 05.2018).

Le caboteur norvégien WILSON CLYDE (coque bleue) appareille de Brest le 23.07.2018 à 14h30, à destination de Dunkerque. Il avait accosté au poste 5 EST le 19.07 à 08h00, en provenance de Ipswich (port de la côte S-E de la Grande-Bretagne). Il y a chargé 3 000 t de déchets métalliques. Je l'ai, pour ma part, photographié à La Rochelle le 27.02.2013 (cf. ici), il arrivait… de Brest. Les deux photos de droite montrent le petit gazier néerlandais CORAL MONACTIS (coque rouge) lors de son appareillage de Brest le 23.07.2018 à 17h00 à destination de Rotterdam (son port d'attache). Nous le connaissons déjà, mais sous son précédent nom : CASTELLO DI GRADARA, nom sous lequel nous l'avions présenté en descente de Seine le 28.06.2012. Il a en effet été racheté en 11.2015 par l'armement néerlandais Anthony Veder dont on retrouve le logo sur la cheminée. Lors de cette escale, il est venu livrer 716 t de propane liquifié au poste QR5G (il avait touché Brest le 18.07 à 02h00, en provenance de Fawley, port pétrolier et gazier situé à une dizaine de kilomètres au sud de Southampton, GB).

WILSON CLYDE
WILSON CLYDE
CORAL MONACTIS
CORAL MONACTIS
WILSON CLYDE (Bridgetown) - IMO 9178458 - Indicatif d'appel 8PRV - MMSI 314187000 - Cargo de divers - 99,90x12,80x7,55 m - TE 5,666 m - JB 2 999 - JN 1 733 - PL 4 438 t - P 2 550 kW (mot. 4T-6cyl MWM TBD645L6 / hélice à pas variable) - V 13 nd - Prop. d'étrave (220 kW) - Générat. 2 x 420 kW - Cap. GRN 5 915 m3 (2 cales) / 297 evp (dont 30 reefers) - Equipage 8 - Constr. 05.1998 (Slovenské Lodenice Komárno, Komárno, Slovaquie) - Propr./Gérant/Opérat. Wilson (Bergen, Norvège) - Pav. BRB - Ex ADMIRAL SUN (10.2001-2004) - Ex DUTCH TRADER (05.1998-10.2001). Sisterships : BOSPORUS (IMO 9125061 / 12.1996) - EVDOKIA L (IMO 9191266 / 10.1998) - FULDA (IMO 9191278 / 11.1998) - GEORGIOS ALEXIOS (IMO 9192624 / 12.1999 / Ex MEMEL 12.1999-12.2014) - GERMAN BAY (IMO 9125097 / 12.1997) - GERMAN SKY (IMO 9125047 / 12.1995) - GULF ANGEL (IMO 9125059 / 10.1996) - GULF BLUE (IMO 9125073 / 06.1997) - GULF WEST (IMO 9125085 / 08.1997 / Ex WILSON CORPACH 09.2013-07.2017 / Ex FAUST 09.1997-09.2013 / Ex GERMAN EXPRESS 08.1997-09.1997) - RIX MUNTE (IMO 9191254 / 07.1998 / Ex BACCARA 07.1998-02.2018) - WERRA (IMO 9192636 / 05.2001 / Ex KORSIKA 05.2001-09.2013) - WILSON CADIZ (IMO 9192612 / 01.2000) - WILSON CAEN (IMO 9173290 / 04.1998) - WILSON CALAIS (IMO 9156101 / 10.2001) - WILSON CORK (IMO 9178460 / 09.1998).
CORAL MONACTIS (Rotterdam) - IMO 9373735 - Indicatif d'appel PDDB - MMSI 244870428 - LPG (Transport de Gaz de pétrole liquéfiés) - 95,47x15,50x8,00 m - TE 6,49 m - JB 3 836 - JN 1 150 - PL 4 027 t - P 2 380 kW (mot. 4T-7cyl MAN-B&W 7L27/38 / hélice à pas variable) - V 14,3 nd - Prop. d'étrave (294 kW) - Générat. aux. 3 x 400 kW - Cap. 3 937 m3 (2 cuves cylindriques / gaz liquéfiés) - Constr. 06.2009 (Cantiere Navale di Pesaro / CNP, Pesaro, Italie) - Propr./Gérant/Opérat. Anthony Veder (Rotterdam, Pays-Bas) - Pav. NLD - Ex CASTELLO DI GRADARA (06.2009-11.2015). Sisterships : CORAL MEDUSA (IMO 9346926 / 11.2007 / Ex CASTEL DELL'OVO 11.2007-12.2015) - SYN TABIT (IMO 9346902 / 01.2007 / Ex ELEONORA LEMBO 02.2009-12.2013 / Ex OCEAN PRIMA 01.2007-02.2009) - SYN TURAIS (IMO 9346914 / 07.2007 / Ex MARGHERITA IULIANO 03.2009-12.2013 / Ex OCEAN PRIMARY 07.2007-03.2009) - SYN ZANIA (IMO 9346938 / 05.2008) - SYN ZUBE (IMO 9346940 / 11.2008).


Le porte-conteneurs NYK HAWK en première escale à Marseille-Fos
(en présence des BREVIK BRIDGE et AL KHARJ)
(19 & 20.07.2018)
Photos Emmanuel Bonici


Quelques navires en navigation sur le Noordzeekanaal reliant Amsterdam à la mer du Nord (20.07.2018) — Photos Nico Kemps
BRITISH SEAFARER
BRITISH SEAFARER
ENERGY CHALLENGER
ENERGY CHALLENGER
Pétrolier / Chimiquier britannique BRITISH SEAFARER Pétrolier grec ENERGY CHALLENGER
BRITISH SEAFARER (Douglas) - IMO 9724609 - Indicatif d'appel 2IYG8 - MMSI 235113766 - Pétrolier / Chimiquier - 183,06x32,20x19,10 m - TE 12,323 m - JB 30 948 - JN 11 988 - PL 45 999 t - P 9 160 kW (mot. 2T-6cyl MAN-B&W-HHI 6G50ME-B9 / hélice à pas fixe) - V 14,2 nd - Générat. aux. 3 x 900 kW - Cap. 52 693 m3 (12 citernes) - Constr. 09.2016 (Hyundai Mipo Dockyard, Ulsan, Corée du Sud) - Propr./Gérant/Opérat. BP Shipping / BP Plc Group (Sunbury-on-Thames, proche Londres, Grande-Bretagne) - Pav. IOM. Sisterships : cf. BRITISH SAILOR (IMO 9724673 / 11.2016).
ENERGY CHALLENGER (Douglas) - IMO 9288265 - Indicatif d'appel MJUV7 - MMSI 235009400 - Pétrolier (Brut et produits raffinés) - 228,00x32,24x20,40 m - TE 13,669 m - JB 42 172 - JN 19 551 - PL 70 675 t - P 13 560 kW (mot. 2T-6cyl MAN-B&W-Doosan 6S60MC-C / hélice à pas fixe) - V 14,9 nd - Générat. aux. 3 x 1 500 kW - Cap. 77 514 m3 (14 citernes) - Constr. 07.2005 (STX Shipbuilding, Jinhae-Changwon, Corée du Sud) - Propr. Enterprises Shipping & Trading (Athènes, Grèce) - (Athènes, Grèce) - Gérant/Opérat. Golden Energy Management (Athènes, Grèce) dont on reconnaît le logo sur la cheminée - Pav. IOM. Sisterships : cf. ENERGY COMMANDER (IMO 9275658 / 04.2004).

MARIPOSA
MARIPOSA
MARIPOSA
Chimiquier / Pétrolier grec MARIPOSA (aussi vu à Montoir le 03.08.2014 et à Lavéra le 09.12.2015)

MARIPOSA (Nassau) - IMO 9425540 - Indicatif d'appel C6YO2 - MMSI 311039800 - Chimiquier / Pétrolier - 182,50x32,20x18,40 m - TE 12,90 m - JB 28 418 - JN 14 385 - PL 50 120 t - P 8 580 kW (mot. 2T-6cyl MAN-B&W-Mitsui 6S50MC / hélice à pas fixe) - V 14,8 nd - Générat. aux. 3 x 480 kW - Cap. 54 457 m3 (12 citernes) - Constr. 10.2010 (Onomichi Dockyard, Onomichi, Hiroshima, Japon) - Propr./Gérant/Opérat. Samos Steamship (Paleo Faliro, Athènes, Grèce) - Pav. BHS. Sisterships : AXEL (IMO 9425552 / 11.2010) - CANAL STREET (IMO 9539561 / 10.2012 / Ex PACIFIC TOPAZ 10.2012-03.2014) - EAGLE MELBOURNE (IMO 9433810 / 04.2011) - EMERALD EXPRESS (IMO 9425564 / 01.2011) - FPMC 25 (IMO 9433834 / 05.2011 / vu à La Rochelle le 03.01.2013) - FPMC 26 (IMO 9433846 / 06.2011) - MAERSK MUROTSU (IMO 9425514 / 06.2010 / vu à Amsterdam également le 13.05.2016) - MERCER STREET (IMO 9539585 / 02.2013) - PACIFIC ONYX (IMO 9539597 / 03.2013 / vu ici même le 29.01.2016) - PACIFIC ZIRCON (IMO 9539573 / 01.2013) - SUNSHINE EXPRESS (IMO 9433808 / 02.2011) - UNIQUE EXPLORER (IMO 9425526 / 07.2010 / vu à La Rochelle le 12.01.2016) - UNIQUE FIDELITY (IMO 9425538 / 09.2010).



Quelques navires en Seine le 15.07.2018 — Photos Gérard Né

Photographié depuis le pont de Tancarville le 15.07.2018 en milieu de matinée, voici le petit cargo WILSON ROTTERDAM. Arrivé sur rade du Havre la veille à 22h30, en provenance de Rotterdam (Pays-Bas), il a engaîné à 9h30 ce 15.07 et passe sous le pont à 10h30. Il accostera à Radicatel vers 11h30. Il appareillera le 18.07 à 15h30, décapellera deux heures plus tard, puis mettra le cap sur Bjugn (port norvégien situé au N-O de Trondheim et donnant sur la mer de Norvège).

La construction de ce navire semble avoir été mouvementée. En effet, commandé le 19.12.2007 (par qui ?) au chantier chinois Wuxue Janda Shipbuilding, la quille du WILSON ROTTERDAM fut posée le 23.12.2008. Mais il ne fut lancé que le 23.01.2017 (soit plus de 8 ans après), sous le nom de FEHN CHIEF, pour le compte de Fehn Bereederungs semble t-il. Il sera finalement livré le 12.05.2017 sous son nom actuel, par un autre chantier chinois, le Wuxue Kaiyangxing Shipbuilding. Le cargo avait été, entre temps, racheté par la compagnie Caiano Shipping qui appartient à la filiale "Shipping" du groupe norvégien Caiano. Il est opéré par l'armement norvégien Wilson EuroCarriers, actionnaire du même groupe.
WILSON ROTTERDAM WILSON ROTTERDAM WILSON ROTTERDAM
WILSON ROTTERDAM (Bridgetown) - IMO 9557381 - Indicatif d'appel 8PMG - MMSI 314036000 - Cargo de divers - 87,91x11,41x5,80 m - TE 4,10 m - JB 1 904 - JN 878 - PL 2 529 t - P 1 326 kW (mot. 4T-6cyl Anglo Belgian Corp. 6DZC / hélice à pas fixe) - V 10,6 nd - Prop. d'étrave (150 kW) - Générat. aux. 2 x 160 kW / 1 x 90 kW - Cap. GRN 3 389 m3 (1 cale) / 54 evp - Constr. 05.2017 (Wuxue Janda Shipbuilding, Wuxue, Chine (coque) / Wuxue Kaiyangxing Shipbuilding, Wuhan, Chine) - Gérant/Opérat. Wilson EuroCarriers (Bergen, Norvège) - Pav. BRB - Lancé comme FEHN CHIEF (01.2017). Sisterships : cf. FEHN CALEDONIA (IMO 9557367 / 03.2013). A noter cependant que le NORTRADER (IMO 9557393 / 10.2012) navigue comme FEHN CALYPSO depuis 08.2017 et que le NORTRAMP (IMO 9556820 / 10.2012) est devenu le FEHN CAPE en 09.2017. Il faut également citer le WILSON BERGEN (9557408 / 08.2016) qui était alors encore sous son nom de chantier (de même d'ailleurs que le WILSON ROTTERDAM que nous voyons aujourd'hui).

Puis arrive le paquebot britannique BLACK WATCH (de l'armement Fred Olsen Cruise Lines). Arrivé sur rade à 9h50, en provenance de Saint-Malo, il engaina la Seine à 10h05 et atteint le pont de Tancarville à 11h00. La dernière fois que nous avons vu ce vétéran (46 ans de navigation) et petit paquebot, c'était le 10.10.2016 : sa coque était alors grise surlignée d'un filet rouge (il était entièrement blanc auparavant, comme on le voit ici par exemple). Le voilà bleu désormais. Il ne semble toutefois pas être repassé au chantier depuis 07.2016 (si je me réfère à sa société de classification). En regardant de près sa coque (cf. ici par exemple), cette nouvelle couche de peinture n'aurait-elle pas été déposée à flot ? Pourquoi ce nouveau changement de robe ? Nous en aurons sans doute l'explication plus tard.
BLACK WATCH BLACK WATCH BLACK WATCH
Comme on le voit sur les photos, beaucoup de passagers profitent, sur les ponts et les balcons, du magnifique soleil de ce mi-juillet. Cette remontée sur Rouen devrait être superbe (même si, personnellement, la période que je préfère pour la navigation sur la Seine est le début du printemps, au moment de la floraison des pommiers ! J'ai navigué sur la Seine deux fois, à bord de portes-conteneurs, à des périodes différentes, mais c'est en avril à bord du paquebot fluvial BOTTICELLI que j'ai de loin préféré la descente de Paris à Honfleur, puis la remontée vers Lutèce). Le BLACK WATCH atteindra Rouen vers 16h30. Prochaine escale : Honfleur qu'il atteindra le 17.07 à 02h15. Il en repartira le soir même à 16h00, à destination de Saint-Peter (cf. ici quelques vues de cette jolie "capitale" de Guernesey).
BLACK WATCH BLACK WATCH BLACK WATCH

Quelques vues du Val de Seine au début du printemps, prises les 16 et 17.04.2015 (lors d'une croisière Paris-Honfleur-Paris à bord du paquebot fluvial BOTTICELLI)… la nature s'éveille, les arbres fruitiers se parent de belles couleurs.
Sur la deuxième photo ci-dessous, petite chapelle dans le parc de l'abbaye de Jumièges. Sur les deux photos de droite, la Seine à Conflans-Sainte-Honorine, dominée par le superbe Musée de la Batellerie et des Voies navigables (installé dans le Château du prieuré, construit au début du XIXe siècle et profondément remanié dans les années 1870, château qui fut racheté par la ville de Conflans en 1931).

Vue cette fois-ci du pont de Normandie, la drague aspiratrice en marche (DAM) DANIEL LAVAL (à élinde traînante) est en plein dragage d'entretien afin de garantir en permanence un tirant d'eau suffisant dans le chenal pour la sécurité des navires. Une fois extraits du lit du chenal de navigation, les sédiments stockés dans le puits de la drague sont, pour certains, immergés par clapage (1) en mer au large du Havre, dans des sites d'immersion officiellement dédiés, comme celui de Machu par exemple qui s'étend sur une surface de 7,15 km2 (l'épaisseur des sédiments ainsi déposés est au maximum de 5 m, afin d'en minimiser l'impact sur les organismes vivants ("benthos aquatique"). D'autres sédiments sont transportés jusqu'à des installations de transit, réparties tout au long de la Seine de Rouen à Honfleur, dans le cadre d'une démarche de valorisation des sédiments dans le secteur du BTP. Les sédiments les plus fins — argiles, vases — peuvent être utilisés pour remblayer des ballastières dans le cadre d'un réaménagement paysager et écologique par exemple. Le dragage se fait à vitesse réduite (2 à 3 nd). A noter que les quantités draguées sont très variables d'un mois sur l'autre en raison des variations du régime hydraulique de la Seine et des conditions météorologiques. En moyenne, ce sont 4 à 5 millions de mètres-cubes qui sont dragués chaque année entre l'estuaire et Rouen. Les matériaux de dragage sont régulièrement analysés, du point de vue tant chimique que bactériologique (selon des protocoles définis par circulaires gouvernementales), afin de s'assurer de leur non-nocivité avant rejet.
(1) Le clapage consiste à déverser en mer des matériaux de dragage à l'aide d'un navire dont le puits (cale qui stocke les déblais, celle de la DANIEL LAVAL a une capacité de 5 000 m3) s'ouvre par le fond. Par extension, le clapage désigne souvent toute opération de rejet en mer de boues et de matériaux solides.
DANIEL LAVAL DANIEL LAVAL DANIEL LAVAL

Le cargo frigorifique SCHWEIZ REEFER émerge enfin d'une légère brume de chaleur, s'apprêtant à passer sous le pont de Normandie. Arrivant lui aussi de Rotterdam, il a engaîné la Seine ce 15.07.2018 peu avant 13h00. Sur la photo de droite ci-dessous, on aperçoit au fond le terminal conteneurs de Port 2000.
SCHWEIZ REEFER SCHWEIZ REEFER SCHWEIZ REEFER
J'ai moi-même photographié ce cargo frigorifique le 12.06.2011 à Hambourg, amarré sur les bords de l'Elbe, mais il s'appelait alors CHIQUITA SCHWEIZ.
SCHWEIZ REEFER SCHWEIZ REEFER SCHWEIZ REEFER
Le SCHWEIZ REEFER croise la drague DANIEL LAVAL (que nous avons vue précédemment) et file sur Radicatel qu'il touchera vers 15h30.
SCHWEIZ REEFER SCHWEIZ REEFER SCHWEIZ REEFER
Son appareillage est prévu le 16.07 vers 02h00, à destination de Fort de France (Martinique).
SCHWEIZ REEFER SCHWEIZ REEFER
SCHWEIZ REEFER () - IMO 9015216 - Indicatif d'appel C6KD9 - MMSI 308124000 - Cargo frigorifique - 158,13x24,40x15,70 m - TE 10,02 m - JB 13 049 - JN 5 353 - PL 13 930 t - P 14 960 kW (mot. 2T-8cyl MAN-B&W-Kawasaki 8S60MC / hélice à pas fixe) - V 21,5 nd - Prop. d'étrave (1 000 kW) - Générat. 2 x 1 600 kW / 2 x 1 000 kW / 1 x 156 kW - Cap. 18 281 m3 (réfrigérés / 4 cales) / 439 evp (dont 170 reefers) - Constr. 05.1992 (Danyard A/S, Frederikshavn, Danemark) - Propr. Schweiz Shipping (Athènes, Grèce) - Gérant Chartworld Shipping (Athènes, Grèce) - Opérat. Seatrade Reefer Chartering (Anvers, Belgique) - Pav. BHS - Ex CHIQUITA SCHWEIZ (05.1992-07.2014). Sistership : NEDERLAND REEFER (IMO 9015199 / 12.1991).

Page précédente
Dernière mise à jour - 26.03.2019

© Françoise Massard  
  www.cargos-paquebots.net