Marine marchande - Quelques nouvelles au quotidien
Françoise Massard
Navires cités dans cette page ( cliquez sur leurs noms ) : - Adriana Rose - Aeolian Fortune - Aeolian Light - Agri Ocean - Alexandra - Alkimos Heracles - AM Contrecoeur - AM Express - AM Shraddha - AM Umang - Amaryllis - Andros - AOM Bianca - AOM Gaia - AOM Georgina - Aquagrace - Argo Wind - Arietta Lily - Aristidis - Arouzu - Astrea - Atalanta - Athinoula - Atlantic Samouria - Atlas Strength - Atrotos Heracles - Attalia - Audacity - Babitonga - Bacco - Bahia Blanca - Barbarica - BBG Grace - BBG Honor - Beijing 2008 - Belgrano - Benifica - Beskidy - Bettys Dream - Billy Jim - Black Shark - Blas de Lezo - Blue Ridge - Bretagne - Bright Gemini - Bright Pegasus - Bright Wind - Brilliant Advance - Brilliant Discovery - Bulk Holland - Bulk Japan - Bulk Poland - Bulk Portugal - BW Japan - Charles de Gaulle - Chevalier Paul - CL Antwerp - Corte Real - Cosmo - Excalibur - Explorer - Global Fortune - King Arthur - Kurt Jensen - Leopold I - Lubeck - Luigi Rizzo - Normanna - Orient Tribune - Ottomana - Pregol Hav - Ravenna - Saracena - Sea Thames - Shogun - Sveva - Tansa - Tatry - USS Eiseinhower - Van Amstel -
Page précédente
 Rien de systématique dans cette rubrique, seulement quelques informations au gré de mes lectures ou des photos du jour...
Page suivante  

Après que la frégate belge LEOPOLD I ait dû quitter l'exercice en cours de l'Otan (cf. encadré ci-dessous) parce qu'un marin à son bord a été testé positif au Covid-19, c'est au tour du porte-avions CHARLES DE GAULLE d'abandonner et de rentrer à sa base à Toulon : une quarantaine de ses membres d'équipage sont suspectés eux-aussi d'être atteints. Une équipe médicale externe va être hélitreuillée ce 08.04.2020 pour pratiquer des tests à grande échelle.

Le porte-avions CHARLES DE GAULLE et des frégates étrangères en relâche à Brest (12-16.03.2020) — Photos Gilbert Auffret
Mon site n'est pas souvent consacré aux "bateaux gris", mais ce n'est pas fréquent que le port de Brest reçoive notre porte-avions CHARLES DE GAULLE (R91) qui l'a pourtant vu naître en 10.2001. Il y a en effet été construit mais n'y était jamais revenu depuis 2010. Premières tôles découpées en 1987 au chantier DCN de Brest (aujourd'hui Naval Group), il fut mis à l'eau en 05.1994 et admis au service actif en 05.2001. Quand il n'est pas en mission, il est basé à Toulon. Le porte-avions CHARLES DE GAULLE a subi un arrêt technique majeur à mi-vie (ATM2 dans le jargon militaire), de 2017 à 2019, au chantier Naval Group (ex DCN) de Toulon. Entre son entrée en service et ce long arrêt technique, soit pendant 16 ans, il a navigué durant environ 2 000 jours, parcouru l'équivalent de 30 tours du monde et procédé à quelque 80 000 catapultages / appontages, selon la Marine nationale). Durant cet arrêt technique programmé, commencé en 2017 et qui a duré de l'ordre de 18 mois, d'importants travaux ont été réalisés dont, en premier lieu, le changement du combustible nucléaire des deux réacteurs, mais aussi le remplacement de nombreux systèmes tant de navigation que de communication interne ou encore de systèmes de gestion de combat, etc., par de nouveaux systèmes plus modernes et plus performants, ainsi que l'installation d'un système de vision à 360° Artemis / Thalès (utilisable de jour comme de nuit), etc. Le CHARLES DE GAULLE est devenu un "porte-avions 2.0" selon son "Pacha". Remis en service actif début 2019, il a rejoint l’ensemble du Groupe aéronaval français (GAN) et a aussitôt participé à l'opération "Chammal" au Moyen-Orient, dans le cadre de la Mission Foch. A cette occasion, il a également effectué des exercices avec le porte-avions nucléaire USS EISEINHOWER de l'US Navy, leurs avions Rafale et F18 Hornet faisant des apontages réciproques sur leurs ponts. Cette Mission Foch, qui a débuté en janvier 2020 en Méditerranée orientale, va se poursuivre dans l'Atlantique et la mer du Nord (du 27.03 au 10.04). Cette mission, à laquelle participent des moyens alliés européens, dont des frégates allemande, belge, espagnole et portugaise, "marque l’engagement de la France au profit de la sécurité de l’Europe et de la stabilité de ses approches, en déployant dans ces eaux stratégiques une force navale importante, et vise à approfondir la connaissance des zones traversées et à contribuer à la stabilisation de l’espace euro-méditerranéen et euro-atlantique" selon la Marine nationale (un surcroît d’activité des sous-marins russes en Atlantique Nord a été constaté ces dernières années par les marines occidentales ; la libération progressive du passage du Nord-Est, liée au réchauffement climatique, intéresse par ailleurs les Chinois dans le cadre de leurs "Routes de la Soie"). Le CHARLES DE GAULLE est arrivé à Brest le 13.03.2020 sous un léger crachin et s'est amarré au quai oblique de la base navale vers 19 h. Il va donc participer, avec son escorte, à l’exercice interallié de l’Otan Joint Warrior qui va se dérouler au large de l'Ecosse, deuxième phase de la Mission Foch. Le porte-avions vient faire une escale d'avitaillement et de repos pour son équipage avant d'appareiller le 16.03 vers l'Ecosse.

Long de 261,50 m pour une largeur de 31,50 m à la ligne de flottaison et 64,36 m au niveau du pont d'envol, et haut de 75 m, son déplacement à pleine charge est de 42 500 t. Ses deux réacteurs nucléaires à eau préssurisée de type K15 fournissent la vapeur à deux turbo-réacteurs (leur puissance totale est de 61 000 kW) qui entraînent deux lignes d'arbres et deux hélices à pas variable. L'énergie électrique ainsi produite sert non seulement à la propulsion du porte-avions, mais aussi à toute l'alimentation du bord. Grâce à cette propulsion nucléaire, la vitesse du CHARLES DE GAULLE passe de 0 à 27 nd (sa vitesse maximale) en 7 min. Il peut parcourir entre 1 000 et 1 200 km par jour et peut ainsi rallier rapidement une zone de conflit. Ses soutes à carburant-aviation peuvent embarquer 3 400 t, celles à vivres 300 t et celles à munitions 600 t (missiles air-air Mica et Magic 2, bombes à guidage laser, missiles antinavires Exocet AM39, missiles nucléaires de type ASMP, obus de 30 mm alimentant le canon des Rafale, etc.). Cela lui confère une autonomie de 45 j. Il peut également embarquer 1 000 t de gazole pour alimenter en mer ses navires d'escorte (cf. infra) et est de plus toujours accompagné, en opérations, par un ou deux pétroliers-avitailleurs.

Comme on le voit sur les deux photos centrales ci-dessous, le porte-avions dispose de nombreux tracteurs (jaunes) destinés à manutentionner les avions tant sur le pont que dans le hangar.

Le CHARLES DE GAULLE est capable d'embarquer jusqu'à une quarantaine d'aéronefs : ici (photo Marine nationale), on le voit avec 24 avions Rafale Marine (nombre qui peut monter à 30, voire 36), 2 avions Awacs E-2C Hawkeye et 2 hélicoptères (1 Dauphin Pedro et 1 Caïman Marine), appartenant au Groupe Aérien Embarqué (GAE) qui fonctionne avec 600 personnes (pilotes, personnels de pont, mécaniciens de maintenance, etc.). Le Rafale Marine (avec missiles Meteor, Mica et Scalp EG / photo Marine nationale) est un avion polyvalent (de Dassault Aviation) : attaque au sol, lutte antinavire, défense aérienne, dissuasion nucléaire, reconnaissance, ou encore ravitaillement en vol d’autres appareils. Volant plus haut, plus vite et plus longtemps que son prédécesseur SEM (les derniers Super Etendard Modernisés ont été retirés du service en 2016), il permet d'effectuer des missions plus longues, de jour comme de nuit et avec plus d’armes (il peut emporter jusqu’à 14 t de carburant et de munitions). Le Awacs E-2C Hawkeye (photo Marine nationale), de l'avionneur américain Grumman, est un avion radar de reconnaissance et de surveillance aérienne à longue portée, qui accompagne les Rafale Marine lors de leurs combats contre des cibles maritimes ou terrestres. Long de près de 18 m pour une envergure de l'ordre de 25 m, il pèse environ 24 t. Avion à hélices (8 pales chacune), il est équipé de deux turbopropulseurs Allison T-56-A-427 de 4 190 kW chacun. Son gros radar tournant APS-145 a une portée de 250 milles nautiques (MN). Son autonomie est de 6 h, temps pendant lequel il peut franchir 1 600 MN (1 MN = 1 852 m / 1 nd = 1 MN/h). Sur les quatre photos ci-dessous, on voit le CHARLES DE GAULLE faisant un tour en rade, vers l'île Longue, avant d'aller accoster ce 13.03 au soir.

L'hélicoptère Dauphin Pedro (construit par Aéospatiale, aujourd'hui Airbus Helicopters) est systématiquement en vol lors des manœuvres aériennes, prêt à intervenir au moindre problème (pilote éjecté à récupérer en mer par exemple, ou en cas de crash même si les accidents sont fort heureusement extrêmement rares). Il y a donc toujours un plongeur parmi les quatre membres d'équipage de cet hélicoptère. Cet hélicoptère mesure 13,68 m de long, a un rotor à quatre pales de 11,94 m de diamètre (ces pales se replient pour faciliter le stockage), pèse 2,7 t à vide (4,2 t à pleine charge) et vole à 250 km/h (vitesse max. 330 km/h). Ses deux turbines Turbomeca Ariel 1MN ont une puissance unitaire de 560 kW. Son câble de treuil, auquel on peut accrocher une civière, mesure 90 m de long et peut lever jusqu'à 270 kg. Son autonomie est de 4 h (ou 400 MN). Son surnom Pedro vient du nom du pilote d’hélicoptère américain qui aurait réalisé la première mission de sauvetage au profit d’un avion embarqué, pendant la guerre de Corée dans les années 1950. Enfin, l'hélicoptère Caïman MarineNH90 (photo Marine nationale), construit par le consortium NH Industries / Airbus Helicopters (à Marignane), est un hélicoptère de combat naval (il est équipé de torpilles, mitrailleuse, etc., cf. doc.), de jour comme de nuit. Il peut également faire du transport de commandos ou des évacuations sanitaires. Long de 19,56 m (HT) pour 3,63 m de large, il pèse 8 t (à vide) et jusqu'à 11 t (à pleine charge). Le diamètre de son rotor est de 16,3 m. Il peut embarquer 14 passagers (en plus de ses 3 membres d'équipage) ou 12 civières. Très maniable, il peut décoller ou aponter avec des vents allant jusqu'à 50 nd et par mer forte (roulis de 10°). Cet hélicoptère bi-turbine européen est équipé de deux moteurs Turbomeca RTM322 (de puissance unitaire 1 840 kW) et sa vitesse de croisière est de 260 km/h (295 km/h max.). Son autonomie est de 4 h, lui permettant de franchir une distance de l'ordre de 950 km.

Le pont d'envol (les avions y sont armés et avitaillés en carburant) du CHARLES DE GAULLE, de 12 000 m2, comprend deux pistes d'envol avec catapultes à vapeur (une avant et une latérale, longues de 75 m) et trois pistes d'atterrissage avec brins d'arrêt hydrauliques (ces brins d'acier de 90 m de long sont reliés sous le pont à des presses de frein). Lorsque la météo est mauvaise, il peut déployer son système de stabilisation (deux paires d'ailerons). Le GAE peut effectuer jusqu'à 100 vols par jour (la capacité d'une catapulte est d’un avion par minute). Pour l'entretien des avions, le CHARLES DE GAULLE dispose d'un grand hangar de 138 m de long pour 29 m de large (soit 4 000 m2) et 6 m de hauteur sous plafond, éventuellement divisible en deux demi-hangars par une cloison pare-feu. Deux ascenseurs (de charge maximale unitaire de 36 t) permettent de faire passer les aéronefs du pont au hangar (et réciproquement).

Comme prévu, le CHARLES DE GAULLE appareille de Brest le 16.03 au matin, cap sur l'Ecosse. Le CHARLES DE GAULLE embarque environ 1 900 personnes (hommes et femmes), dont 1 200 membres d'équipage, 600 personnels du GAE et 100 militaires affectés à l'état-major embarqué. Ce porte-avions est évidemment doté de très puissantes capacités d’autodéfense (32 missiles surface-air Aster 15 / photo Marine nationale, d'une portée d’environ 30 km, conçus pour détruire des missiles antinavire supersoniques, 2 systèmes surface-air Sadral (Système d'Auto-défense Rapprochée Anti-aérienne Léger) mis au point par la société Matra et équipés chacun de 6 missiles Mistral, 4 mitrailleuses de 12,7 mm, etc.).

Comme on l'a dit plus haut, le CHARLES DE GAULLE ne se déplace jamais seul car, en cas de conflit, il serait évidemment une cible de choix. Il est donc toujours protégé par des navires d'escorte comme on le voit ici (frégates de défense aérienne, frégates de lutte anti-sous-marine, sous-marin nucléaire d’attaque / SNLE), formant ce qu'on appellle le GAN (Groupe aéronaval). Cette puissante escorte du porte-avion s'ajoute ainsi à ses propres moyens d'auto-défense que sont les avions de son groupe aérien, présentés précédemment. Le GAN peut aussi disposer des avions de patrouille maritime intervenant depuis la terre, quand la zone de déploiement du GAN l’autorise. Le groupe bénéficie également d’informations émanant des autorités de l’Etat français, de satellites ou de situations élaborées par des marines amies. L’objectif est, ainsi, de détecter, de traiter et contrer éventuellement toute attaque, qu’elle soit navale, aérienne ou sous-marine.


Le porte-avions CHARLES DE GAULLE, accompagné de frégates françaises et étrangères , constituant la Task Force 473, ont donc touché Brest les 12, 13 & 14.03.2020 et en ont appareillé le 16.03, le Groupe aéronaval (GAN) devant poursuivre la mission Foch en mer du Nord et en Baltique. Il sera rejoint, en cours de route, par des bâtiments danois et néerlandais, pour l’un des plus grands exercices de l’Otan en Europe, dont le Joint Warrior 201, au large de l'Ecosse. Ce type d'exercices de grande envergure permet de développer l’interopérabilité entre les marines européennes. On notera que le GAN ne s'était pas déployé en Atlantique et mer du Nord depuis dix ans. Le retour du porte-avions à Toulon est prévu d'ici fin avril. On voit ci-après les frégates étrangères devant participer à l'exercice et qui ont relâché à Brest durant le week-end du 13-16.03.2020.


La frégate BLAS DE LEZO de la Marine Royale espagnole (Armada Española) arrive à Brest la première, le 13.03.2020 au matin et en appareille le 16.03 en milieu de matinée. C'est une frégate antiaérienne de la classe Alvaro de Bazan, dont le système de combat Aegis déployé autour d’un radar SPY1-D lui permet de détecter des aéronefs et des missiles à très longue distance, capacités de détection renforcées par un hélicoptère SH60 embarqué. Détachée à l’avant du GAN, elle joue le rôle de vigie et d’éclaireur afin d’assurer que la zone d’opérations où il évolue est sécurisée. Sa participation à la mission Foch lui permet d’améliorer son interopérabilité avec le GAN et plus généralement avec la Marine nationale, contribuant ainsi au renforcement de la coopération franco-espagnole dans le but commun de sécurisation des approches aéromaritimes et territoriales européennes. Autre photo ici. Cette frégate porte le nom d'un marin espagnol, Blas de Lezo y Olavarrieta (03.02.1687 Pasajes - 07.09.1741 Carthagène des Indes) qui s'est illustré dans de nombreuses batailles navales dont celle de Malaga (1704) contre les Anglo-Hollandais et celle de Cartagena de Indias contre les Anglais (1741)… ville colombienne très florissante au XVIIIe siècle (comme on peut le voir ici).

BLAS DE LEZO BLAS DE LEZO BLAS DE LEZO BLAS DE LEZO

BLAS DE LEZO / F103 - Frégate - 146,70x18,60 m - TE 4,84 m - Déplac. 6 390 t (à pleine charge) / 5 800 t (lège) - Ptot 34 812 kW (deux turbines à gaz General Electric LM2500 + deux moteurs Diesel Caterpillar-Navantia 3600 / hélice à pas fixe) - V 28,5 nd - Autonomie 4 500 NM (à 18 nd) - Equipage 250 (dont 48 officiers) - Nombreux armements (lance-missiles, lance-torpilles, canons, etc.) et systèmes électroniques - Plateforme et hangar pour hélicoptère Sikorsky SH60B1 - Autonomie 4 500 NM (à 18 nd) - Constr. 12.2004 (Navantia, El Ferrol, Espagne) - Propr./Gérant/Opérat. Armada Española (Espagne) - Pav. ESP. Source : Mer et Marine.


La frégate française BRETAGNE arrive à Brest le 12.03.2020 dans la matinée et quitte le port la première le 16.03 dès 07h30. C'est une frégate multi-missions (FREMM) de la classe Aquitaine. Bâtiment polyvalent (missions : connaissance, anticipation, prévention, protection, intervention, dissuasion), optimisé pour la lutte anti sous-marine, la BRETAGNE offre des capacités opérationnelles ma­jeures. Elle peut agir dans tous les domaines de lutte contre des objectifs à terre, mais aussi mener un combat de grande in­tensité en haute mer ou dans la zone littorale. Elle bénéficie des dernières innovations tech­nologiques et peut mettre en œuvre le missile de croisière naval (MdCN), outil stratégique décisif permet­tant un tir longue portée de précision de la mer vers la terre. Alliant en­durance, autonomie et haut niveau d’automatisation, elle constitue, avec son hélicoptère Caïman Marine, une pièce maîtresse de la marine moderne.
BRETAGNE BRETAGNE BRETAGNE BRETAGNE
BRETAGNE / D655 (Brest) - Frégate - 137,00x19,70 m - TE 7,30 m - Déplac. 6 040 t (à pleine charge) - P 40 000 kW (une turbine à gaz General Electric-Avio LM2500 (de 32 000 kW) + quatre moteurs Diesel MTU (de 2 000 kW chacun) / deux hélices) - V 27 nd - Autonomie 6 000 NM (à 15 nd) - Nombreux armements (lance-missiles, lance-torpilles, canons, mitrailleuses, etc.) et systèmes électroniques - Plateforme et hangar pour hélicoptère Caïman Marine et drone aérien - Equipage 108 marins - Constr. 08.2018 (Chantier naval DCNS, Lorient, France) - Propr./Gérant/Opérat. Marine nationale (France) - Pav. FRA. Source : Ministère des Armées.

La frégate française CHEVALIER PAUL arrive à Brest le 14.03.2020 en tout début de matinée, et appareillera en troisième position le 16.03 au matin. C'est une frégate de défense aérienne (FDA) de la classe Horizon (sistership du FORBIN). Assurant la su­prématie aéromaritime autour du porte-avion, c'est un élément incontournable de l’escorte du GAN. En outre, elle peut contribuer à la défense aérienne interarmées sur les théâtres d’opérations extérieures ou dans les approches maritimes du territoire national. Son puissant système de détection et son armement en font une unité redoutable, pouvant contrôler un vaste espace aérien et remplir tout le spectre de mis­sions des frégates de premier rang (connaissance, anticipation, prévention, protection, intervention). Son nom rend hommage au "Capitaine Paul", de son vrai nom Jean-Paul de Saumeur (12.1597 Marseille - 12.1667 Toulon), fils naturel d’une lavandière et du marquis Paul de Fortia, gouverneur du château d'If. Il s'illustra en particulier dans la guerre contre le commerce ottoman, ce qui lui valut d'être nommé Chevalier de l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem en 1637, puis commandeur de l’Ordre de Malte en 1659. Il participa activement à de nombreuses victoires françaises contre les Barbaresques (principalement en Méditerranée), montrant une audace et une maîtrise exceptionnelles. Il devint en 1664 le Conseiller de François Bourbon-Vendôme, duc de Beaufort, Surintendant général de la Royale. Plusieurs bâtiments de la Marine nationale ont porté successivement son nom : un contre-torpilleur (1934-1941) et un escorteur d'escadre (1956-1971).
CHEVALIER PAUL / D 621 (Toulon) - Frégate - 152,90x20,30 m - TE 5,40 m - TA 42,30 m - Dépl. 7 050 t (à pleine charge) - Ptot 45 448  kW (deux turbines à gaz GE-Avio LM2500 (de 18 400 kW chacun) + deux moteurs Diesel SEMT Pielstick 12PA6STC (de 4 324 kW) / deux hélices) - V 30 nd - Prop. d'étrave - Nombreux armements (lance-missiles, lance-torpilles, canons, mitrailleuses, etc.) et systèmes électroniques - Autonomie 7 000 NM à 18 nd / 3 500 MN à 25 nd) / 45 j en vivres - Plateforme et hangar pour un hélicoptère NH90 - Equipage 195 marins (27 officiers / 120 officiers-mariniers / 48 quartiers-maîtres et matelots) - Constr. 06.2011 (Naval Group, Toulon, France) - Propr./Gérant/Opérat. Marine nationale (France) - Pav. FRA. Source : Ministère des Armées.

La frégate portugaise CORTE REAL a touché Brest le 13.03.2020 en début d'après-midi et est repartie le 16.03 en fin de matinée. C'est une frégate de la classe Vasco de Gama, de type Meko 200 (Meko est l'abréviation de Mehrzweck-Kombination, ou "combinaison polyvalente"). Ce concept de "modularité", appliqué à l'armement, à l'électronique, et à tous les équipements en général du bâtiment, a été développé par le chantier allemand Blohm & Voss, devenu TKMS (Thyssen Krupp Marine System), après sa fusion avec Howaldtswerke-Deutsche Werft. Cette modularité appliquée à divers navires de guerre (frégates, corvettes, patrouilleurs de haute mer) vise à réduire leur coût de construction et à en faciliter la maintenance ultérieure. A noter que cette frégate et son hélicoptère ont permis de contrecarrer, le 01.05.2009, une tentative d’attaque de pirates au large de Mombasa (Kenya), arraisonnonnant leur bateau de ravitaillement, les arrêtant et éliminant leurs armes et leurs matériels.
CORTE REAL CORTE REAL CORTE REAL CORTE REAL
CORTE REAL / F 332 - Frégate - 115,90x14,20 m - TE 6,20 m - Déplac. 3 200 t (à pleine charge) / 2 920 t (lège)  - Ptot 46 140 kW (deux turbines à gaz General Electric LM2500 (de 19 000 kW chacune) + deux moteurs Diesel MTU 20V956-TB92 (de 4 070 kW chacun) / deux hélices à pas variable) - V 32 nd - Autonomie 4 100 NM (à 18 nd) - Equipage 180 (dont 19 officiers) - Nombreux armements (lance-missiles, lance-torpilles, canons, etc.) et systèmes électroniques - Plateforme et hangar pour deux hélicptères Westland Super Lynx Mk.95 - Constr. 02.1992 (Howaldtswerke-Deutsche Werft / TKMS, Kiel, Allemagne) - Propr./Gérant/Opérat. Marinha Portuguesa (Portugal) - Pav. PRT. Sources : Seaforces.org.

La frégate belge LEOPOLD I est arrivée à Brest le 13.06.2020 à 11h00 et a appareillé le 16.03 à la même heure. Cette frégate appartient à la classe Karel Doorman, caractérisée par sa polyvalence : cette frégate est équipée pour lutter contre les bâtiments de surface, la lutte antibactérienne et la lutte anti-sous-marine. A noter que cette frégate n'a pas pu participer à la totalité de l'exercice, ayant dû quitter le GAN fin mars après qu'un marin ait été testé Covid-19 à bord.
LEOPOLD I LEOPOLD I LEOPOLD I LEOPOLD I
LEOPOLD I / F930 (Zeebrugge) - Indicatif d'appel ORJP - Frégate - 122,25x14,37 m - TE 6,20 m - Déplac. 3 320 t (à pleine charge) / 2 800 t (lège) - Ptot 32 082 kW (deux turbines à gaz Rolls-Royce Spey 1A (de 12 438 kW chacune) + deux moteurs Diesel Stork-Werkspoor (de 3 603 kW chacun) / deux hélices à pas variable) - Vmax 30 nd - Equipage 145 (15 officiers / 70 sous-officiers / 60 matelots) - Nombreux armements (lance-missiles, lance-torpilles, canons, mitraillettes, etc.) - Plateforme et hangar pour un hélicoptère NH90 - Constr. 04.1988 (Koninklijke Maatschappij de Schelde, Flessingue, Pays-Bas) - Propr./Gérant/Opérat. Ministère de la Défense (Belgique) - Pav. BEL - Ex VAN AMSTEL (04.1988-03.2007 / Marine Royale néerlandaise - Koninklijke Marine). Source : Ministère de la Défense belge.

Enfin, ci-dessous, la frégate allemande LÜBECK arrive à Brest le 13.03.2020, juste après la frégate belge précédente. C'est la dernière frégate de la classe F122 (dite Bremen), dont la sortie de flotte est prévue l'année prochaine, les huit frégates F122 (entrées en service entre 1982 et 1990) étant remplacées par celles de type F125. Elle repart le 16.03. A noter que la frégate italienne LUIGI RIZZO (F595) qui devait également participer à cette deuxième phase de la Mission Foch a dû se décommander en raison de la grave crise sanitaire (Covid-19 parti de Chine) alors à son paroxisme en Italie (avant de toucher les autres pays européens, puis se généraliser à toute la planète).
LÜBECK LÜBECK LÜBECK LÜBECK
LÜBECK / F214 - Indicatif d'appel OFR - MMSI 211210210 - Frégate - 130,50x14,60 m - TE 6,30 m - Déplac. 3 680 t (à pleine charge) - Ptot 46 140 kW (deux turbines à gaz General Electric LM2500 (de 19 000 kW chacune) + deux moteurs Diesel MTU 20V956-TB92 (de 4 070 kW chacun) / deux hélices à pas variable) - V 30 nd - Plateforme et hangar pour deux hélicoptères Westland Sea Lynx Mk.88A - Nombreux armements (lances-missiles, lances-torpilles, canons, etc.) et systèmes électroniques associés - Autonomie 4 000 NM à 18 nd - Equipage 202 marins / 20 personnels aéronautiques - Constr. 03.1990 (Nordseewerke, Emden, Allemagne) - Propr./Gérant/Opérat. Deutsche Marine (Allemagne) - Pav. DEU. Sources : Seaforces.org.



Nombreux mouvements de navires
au GPMLR

(24.03.2020)

Photos Samuel Daguenet


CHEF DE BAIE : nouveau baliseur
des Phares & Balises de La Rochelle

(premier trimestre 2020)

Photos Thierry Rambaud


Entrée dans le port de Bayonne du vraquier GLOBAL FORTUNE (21.03.2020) — Photos Philippe Lauga
Le vraquier grec GLOBAL FORTUNE avait accosté à La Rochelle le 12.03.2020 vers 15h00, en provenance d'Arzew (port algérien aussi connu comme Bethioua, situé à 35 km à l'Est d'Oran). Il avait livré 16 670 t d'urée en vrac provenant du complexe industriel Sorfert opérationnel à Arzew depuis 2014 (avec une production annuelle de 1,26 Mt d'urée et de 1,6 Mt d'ammoniac anhydre, ce complexe est l'un des plus gros producteurs d'engrais azotés en Afrique du Nord, il emploie environ 730 personnes). Une fois son déchargement terminé, le GLOBAL FORTUNE a appareillé du GPMLR le 18.03 à 19h30 à destination de Bayonne. On le voit justement ici faisant son entrée dans le port de Bayonne le 21.03 un peu avant 16h00 (il est arrivé le 19.03, mais a mouillé sur rade).

Le GLOBAL FORTUNE va accoster bâbord à quai (au poste T3/4). Il vient décharger les 10 730 t d'urée qui lui restent dans ses cales. Nous connaissons déjà ce navire puisque je l'avais photographié à La Rochelle le 10.10.2011, mais il s'appelait alors ORIENT TRIBUNE, nom qu'il a porté entre son entrée en service en 03.2011 et 12.2019 (date à laquelle il a été racheté à l'armement chypriote Interorient Marine Services par l'armement grec Ocean Carriers Shipping).

GLOBAL FORTUNE (Majuro) - IMO 9467603 - Indicatif d'appel V7A2739 - MMSI 538008770 - Vraquier - 180,00x30,00x14,70 m - TE 9,816 m - JB 23 426 - JN 11 082 - PL 33 701 t - P 8 580 kW (mot. 2T-6cyl MAN-B&W 6S50MC / hélice à pas fixe) - V 14 nd - Générat. aux. 3 x 600 kW - Cap. GRN 46 285 m3 (5 cales) - Grues 4 x 35 t - Panneaux de cales renforcés pour pouvoir recevoir des charges lourdes en pontée même si les cales 2 & 4 sont vides - Constr. 03.2011 (Samjin Shipbuilding Industries, Weihai, Chine) - Propr./Gérant/Opérat. Global Carriers (Athènes, Grèce) - Pav. MHL - Ex ORIENT TRIBUNE (03.2011-12.2019). Sisterships :  cf. CL ANTWERP (IMO 9474204 / IMO 9474204).

Histoire du port de Bayonne - Balade fluvio-maritime au Pays-Basque


Quelques nouvelles de La Rochelle (19.03.2020) — Photos Samuel Daguenet
Le cargo polonais TATRY entre dans le port de La Rochelle le 19.03.2020 à 14h00 (il est arrivé de Rouen le 15.03 en milieu de nuit et a, entre temps, mouillé en zone d'attente). Il va accoster au poste AP00 du quai Lombard, avec l'aide de deux remorqueurs.
TATRY TATRY TATRY TATRY
Il vient charger 20 000 t d'orge en vrac, puis appareillera pour Jeddah (port d'Arabie Saoudite, sur la mer Rouge), ETD 21.03 à 00h30. Comme on le voit sur sa cheminée, il appartient à l'armement polonais Polska Zegluga Morska PP.
TATRY TATRY TATRY TATRY
TATRY (Monrovia) - IMO 9582960 - Indicatif d'appel D5CZ6 - MMSI 636015818 - Vraquier - 228,99x32,26x20,05 m - TE 14,43 m - JB 43 025 - JN 27 217 - PL 82 138 t - P 9 710 kW (mot. 2T-6cyl MAN-B&W-Mitsui 6S60MC-C / hélice à pas fixe) - V 14,5 nd - Générat. aux. 3 x 400 kW - Cap. GRN 97 294 m3 (7 cales) - Constr. 10.2013 (Tadotsu Shipbuilding / Tsuneishi Shipbuilding Group, Tadotsu, KG, Japon) - Propr./Gérant/Opérat. Polska Zegluga Morska PP (Szczecin, Pologne) - Pav. LBR. Navire-catalogue, des dizaines de sisterships, citons-en quelques-uns (dont certains très récents) : ADRIANA ROSE (IMO 9727467 / 01.2016) - AEOLIAN FORTUNE (IMO 9461192 / 09.2011) - AEOLIAN LIGHT (IMO 9323053 / 01.2007) - AGRI OCEAN (IMO 9770684 / 06.2019) - ALEXANDRA (IMO 9354844 / 03.2006) - ALKIMOS HERACLES (IMO 9668881 / 09.2014) - AM CONTRECOEUR (IMO 9583184 / 11.2011) - AM EXPRESS (IMO 9461350 / 01.2010) - AM SHRADDHA (IMO 9837004 / 08.2019) - AM UMANG (IMO 9792058 / 07.2017) - AMARYLLIS (IMO 9840491 / 03.2019) - ANDROS (IMO 9505352 / 08.2010) - AOM BIANCA (IMO 9728215 / 01.2017) - AOM GAIA (IMO 9623702 / 06.2014) - AOM GEORGINA (IMO 9622552 / 06.2014) - AQUAGRACE (IMO 9764087 / 06.2017) - ARGO WIND (IMO 9758430 / 02.2017) - ARIETTA LILY (IMO 9727479 / 01.2017) - ARISTIDIS (IMO 9510369 / 03.2013) - AROUZU (IMO 9589138 / 03.2012) - ASTREA (IMO 9705366 / 09.2015) - ATALANTA (IMO 9494113 / 01.2010) - ATHINOULA (IMO 9583213 / 11.2012) - ATLANTIC SAMURAI (IMO 9783980 / 04.2019) - ATLAS STRENGTH (IMO 9310288 / 09.2006) - ATROTOS HERACLES (IMO 9668879 / 05.2014) - ATTALIA (IMO 9423360 / 10.2010) - AUDACITY (IMO 9783954 / 09.2018) - BABITONGA (IMO 9858292 / 10.2019) - BACCO (IMO 9461453 / 12.2011) - BAHIA BLANCA (IMO 9781035 / 06.2017) - BBG GRACE (IMO 9702704 / 04.2015) - BBG HONOR (IMO 9702716 / 08.2015) - BEIJING 2008 (IMO 9442744 / 10.2007) - BELGRANO (IMO 9708992 / 06.2015) - BENFICA (IMO 9746695 / 03.2017) - BESKIDY (IMO 9582958 / 08.2013) - BETTYS DREAM (IMO 9460916 / 04.2008) - BILLY JIM (IMO 9602411 / 02.2014) - BLUE RIDGE (IMO 9518177 / 07.2013) - BRIGHT GEMINI (IMO 9599092 / 06.2013) - BRIGHT PEGASUS (IMO 9599080 / 04.2013) - BRIGHT WIND (IMO 9582972 / 07.2013) - BRILLIANT ADVANCE (IMO 9687722 / 03.2014) - BRILLIANT DISCOVERY (IMO 9687734 / 09.2014) - BULK HOLLAND (IMO 9746700 / 04.2017) - BULK JAPAN (IMO 9310290 / 07.2006) - BULK POLAND (IMO 9682863 / 03.2014) - BULK PORTUGAL (IMO 9518098 / 11.2012) - BW JAPAN (IMO 9836438 / 05.2019), etc.

Le pétrolier OTTOMANA appareille du GPMLR le 19.03.2020 à 11h15, à destination de Bilbao (port de Biscaye, au Nord de l'Espagne, à mi-chemin entre Santander à l'Ouest et Saint-Sébastien à l'Est). Il est arrivé la veille, accostant à 14h00 au poste APES de l'appontement pétrolier, en provenance d'Amsterdam (Pays-Bas). Il est venu livrer 14 504 t d'essence.
OTTOMANA OTTOMANA OTTOMANA OTTOMANA

Ce navire-citerne OTTOMANA est aux couleurs de l'armement italien Mediterranea di Navigazione fondé en 1908 à Ravenne (port du Nord de l'Italie, sur la côte Adriatique). Le but des fondateurs, les frères Andrea et Pietro Cagnoni, était alors de relier la côte Nord Adriatique de l'Italie à la côte de la Yougoslavie, afin de desservir, en particulier, les ports de Ravenne, de Trieste (port italien situé au Nord de la frontière italo-slovène), l'île Cherso (aujourd'hui croate) et le port de Fiume (qui n'est autre que l'actuel port croate de Rijeka). Les premiers navires de la flotte, dont le RAVENNA, transportaient essentiellement des passagers et du bois. C'est au début des années 1960 que la compagnie se repositionna sur le transport de pétrole, du bitume, de gaz et de produits chimiques. La flotte comprend actuellement dix navires de 3 000 à 35 000 tpl : BARBARICA (IMO 9383443 / 04.2008) - BLACK SHARK (IMO 9480655 / 04.2010) - COSMO (IMO 9251755 / 03.2003) - EXCALIBUR (IMO 9480409 / 04.2012) - KING ARTHUR (IMO 9480382 / 01.2011) - NORMANNA (IMO 9125279 / 11.1996) - SARACENA (IMO 9334325 / 11.2007) - SHOGUN (IMO 9242443 / 06.2002) - SVEVA (IMO 9156539 / 03.1999), et donc cet OTTOMANA. Sur la photo de droite, on voit le caboteur fluvio-maritime PREGOL HAV arrivant à La Rochelle le 19.03.2020 à 10h30, en provenance de Rotterdam (Pays-Bas). Il va accoster au poste SM01 du quai Saint-Marc pour y décharger 1 650 t de tourteaux de soja. Il appareillera le 20.03 vers 17h30, cap sur Sheerness (port situé sur la côte S-E de la Grande-Bretagne, sur l'estuaire de la Medway, au Nord du Kent).

OTTOMANA OTTOMANA OTTOMANA
OTTOMANA (Ravenna) - IMO 9299214 - Indicatif d'appel IBMT - MMSI 247152100 - Chimiquier / Pétrolier - 169,15x27,40x14,60 m - TE 9,962 m - JB 18 034 - JN 8 119 - PL 27 300 t - P 7 650 kW (mot. 2T-6cyl Mitsubishi-Manises 6UEC50LSII / hélice à pas variable) - V 15,5 nd - Prop. d'étrave (800 kW) - Générat. aux. 3 x 900 kW - Cap. 32 481 m3 (12 citernes) - Constr. 01.2006 (Celiktekne Sanayii ve Ticaret, Tuzla-Istanbul, Turquie) - Propr./Gérant Mediterranea di Navigazione (Ravenne, Italie) - Pav. ITA.
PREGOL HAV (Saint John's) - IMO 8519239 - Indicatif d'appel V2QO3 - MMSI 305966000 - Cargo de divers - 82,60x11,30x5,40 m - TE 4,221 m - JB 1 616 - JN 758 - PL 2 291 t - P 600 kW (mot. 4T-8cyl Kloeckner-Humboldt-Deutz SBA8M528 / hélice à pas fixe) - V 10,5 nd - Prop. d'étrave - Générat. aux. 2 x 248 kW - Cap. GRN 2 953 m3 (1 cale) / 44 evp - Coque renforcée glace - Constr. 12.1985 (Peters Werft, Wewelsfleth, Allemagne) - Propr./Gérant/Opérat. HAV Shipping (Oslo, Norvège & Kaliningrad, Russie) - Pav. ATG - Ex TANSA (07.2008-05.2013) - Ex EXPLORER (10.2003-07.2008) - Ex SEA THAMES (01.1994-10.2003) - Ex KURT JENSEN (12.1985-01.1994).
Page précédente
Dernière mise à jour - 13.04.2020

© Françoise Massard  
  www.cargos-paquebots.net